En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 766.23 PTS
+0.26 %
4 769.5
+0.34 %
SBF 120 PTS
3 785.73
+0.25 %
DAX PTS
10 765.29
+0.23 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.35 %
6 491.52
+0.00 %
1.140
+0.29 %

Ça plane (un peu trop) pour Airbus

| Boursier | 828 | 2.50 par 2 internautes

Selon Bernstein, les stocks d'320neo sans moteurs s'accumulent chez l'avionneur...

Ça plane (un peu trop) pour Airbus
Credits Adrien Daste / Safran

Bernstein estime qu'environ 70 "planeurs" sont parqués à Toulouse et à Hambourg chez [FR:NL0000235190:0]Airbus[:FR] à cause des retards de livraison des motoristes CFM International et Pratt & Whitney, c'est-à-dire des monocouloirs déjà assemblés mais dont les réacteurs n'ont pas été installés. Ce total pourrait monter à une centaine d'appareils d'ici la fin avril, selon le bureau d'études. Cette situation complexe à gérer sur le plan logistique risque aussi de mettre la pression sur les cash-flows d'Airbus au premier trimestre, avec des décalages de livraisons tout au long de l'année. Chez [US:US0970231058:0]Boeing[:US], le problème est un peu moins pénalisant car les retards de livraison du LEAP-1B (quatre à cinq semaines) semblent entrer dans le matelas de sécurité prévu par l'industriel. Le gros point noir pour Airbus est l'accumulation des soucis du PW1100G, même si le motoriste semble avoir trouvé la parade. Cependant, les clients pourraient attendre d'avoir plus de garanties pour accepter les livraisons. P&W doit aussi remplacer et mettre à niveau une centaine de moteurs. Le fournisseur a assuré être en mesure d'honorer toutes les demandes sur l'année, mais cela implique une cadence très élevée au second semestre, avec les risques que cela comporte.

Malgré ces déboires, Bernstein reste à surperformance sur Airbus et Boeing, car il juge que les deux groupes seront en bonne forme une fois les difficultés surmontées.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

                                                     Un contrat d'environ 360 millions d'euros Alstom fournira de…

Publié le 19/12/2018

Le Conseil d’administration de la société biopharmaceutique internationale Cerenis Therapeutics a annoncé la nomination de Richard Pasternak en tant que Président Directeur général, à compter…

Publié le 19/12/2018

L'atterrissage sur la rentabilité moins douloureux que prévu

Publié le 19/12/2018

Onxeo bondit de 11,7% ce matin à 0,985 euro dans un volume fourni...

Publié le 19/12/2018

L'avertissement sur les revenus de son quatrième trimestre ne passe pas inaperçu dans les salles de marchés...