En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 356.11 PTS
+0.75 %
5 356.00
+0.80 %
SBF 120 PTS
4 300.09
+0.71 %
DAX PTS
12 560.55
+0.39 %
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
+0.00 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Airbus Helicopters interdit d'appel d'offres en Autriche ?

| Boursier | 513 | 3 par 1 internautes

Vienne menace d'empêcher le groupe de participer à un appel d'offres après l'affaires des Eurofighter...

Airbus Helicopters interdit d'appel d'offres en Autriche ?
Credits Eurofighter

La tension serait montée d'un cran entre [FR:NL0000235190:0]Airbus[:FR] et l'Autriche, après que le ministère de la défense du pays de l'arc alpin eut annoncé qu'il ferait son possible pour empêcher l'industriel de participer à un petit appel d'offres d'hélicoptères militaires légers. Selon une source interne à l'entreprise bien informée citée par le 'Financial Times', Airbus Helicopters "aimerait bien savoir sur quelle base il pourrait être exclu", d'autant qu'à sa connaissance, aucune procédure judiciaire n'a encore été ouverte en Autriche, mais seulement une enquête. Et encore, a laissé entendre cette source, Airbus Helicopters n'est pas concerné.

Le torchon brûle entre Vienne et Airbus depuis février dernier et les accusations proférées par le gouvernement, qui soupçonne l'industriel et ses partenaires, BAE Systems et Leonardo, d'avoir gonflé le prix des 18 Eurofighter commandés en 2003 pour 2 milliards d'euros (contrat ramené à 15 appareils en 2017). Les griefs portent sur la facture totale, les équipements fournis et les délais de livraison. L'Autriche chercherait même preneur pour ses jets de combat, qu'elle pourrait remplacer par des appareils concurrents. Pour ce porte-parole de l'exécutif autrichien citée par le 'FT' ce matin, "il est tout à fait compréhensible que nous ne cherchions pas à avoir de relations d'affaires avec une entreprise contre laquelle une enquête pénale est en cours". Gageons que ce dossier hautement politique est loin d'en être à son dernier acte, surtout avec les élections législatives qui se profilent le 15 octobre en Autriche.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

66% de part d'audience...

Publié le 22/06/2018

VALLOUREC constituera ce jour le sous-jacent de notre conseil sur le produit dérivé à destination des investisseurs les plus actifs. L’outil sélectionné est le warrant Call Q198S émis par…

Publié le 22/06/2018

A la recherche d'un PDG depuis la démission de Jean-Marc Janaillac, Air France KLM aurait jeté son dévolu sur Philippe Capron, le directeur financier...

Publié le 22/06/2018

L'Arcep tranche en faveur de l'opérateur de Xavier Niel

Publié le 22/06/2018

Le titre ne parvient pas à remonter la pente