5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Les résultats de Rémy Cointreau peinent à justifier une valorisation généreuse

| Boursier | 87 | Aucun vote sur cette news

Le groupe a réitéré ses objectifs annuels...

Les résultats de Rémy Cointreau peinent à justifier une valorisation généreuse
Credits Reuters

Rémy Cointreau a fait progresser ses marges lors du premier semestre de son exercice 2017-2018. La marge brute notamment, grâce à la montée en gamme des spiritueux et malgré les investissements dans la publicité et le réseau de distribution. L'objectif de hausse du résultat opérationnel courant est confirmé. L'accueil réservé à la publication est plus que tiède en bourse, puisque le titre chute de -2,3% à 108,15 euros. Les résultats sont honnêtes, mais il y avait un risque de faiblesse du titre compte tenu du niveau de valorisation élevé, écrivait ce matin Edward Mundy, chez Jefferies, qui recommande de conserver les positions même si son objectif de cours de 100 euros est plus bas que les niveaux actuels. Le spécialiste rappelle que le dossier se paye environ 33 fois les résultats attendus en 2018, contre une moyenne de 21,6 fois au secteur, ce qui nécessite de dépasser régulièrement les objectifs pour que de tels niveaux se justifient. La croissance organique et pourtant solide, mais le levier sur les marges a été limité par les frais publicitaires et le renforcement des dépenses dans le réseau. Compte tenu d'un modèle qui se base plutôt sur le secteur du luxe, qui nécessite donc de lourds investissements d'image, l'évolution des marges pourrait être contrainte, prévient Jefferies.

De son côté, Liberum est toujours sceptique. L'analyste, à la vente, rappelle que le management a indiqué dernièrement que le consensus de 245 ME était trop élevé pour le résultat opérationnel courant annuel. Malgré un léger ajustement, il est encore à 243,8 ME. Certains analystes pourraient être déçus par la simple confirmation floue de l'objectif, explique le bureau d'études, ce qui illustre aussi la prudence du management face à un environnement de change adverse.

Une hausse de la marge un peu courte

Alors que le chiffre d'affaires a progressé de 6% en données publiées et de 7% en données organiques à 544,4 millions d'euros, le résultat opérationnel courant s'est établi à 134,1 ME, en amélioration de 8,2% en données brutes, et de 11,8% en organique. La marge progresse ainsi de 24,1 à 24,6%. Le bénéfice net hors éléments non-récurrents s'établit à 90,3 ME, supérieur de 17,9% à celui du premier semestre du précédent exercice en données brutes, et de 20% en données organiques. Par division, la marge opérationnelle courante du cognac (Rémy Martin) reste élevée à 31,5%, quoiqu'en légère érosion en données brutes. Celle des liqueurs et spiritueux se contracte davantage à 17,4%. La marge des marques partenaires est en légère hausse (5,2%). Le consensus misait sur 137,3 ME de marge et un bénéfice net de 88,8 ME, mais s'attendait à un effet de change moins adverse.

La dette nette a progressé de 40,5 ME sur le semestre écoulé, pour atteindre 430,6 ME. Elle recule légèrement sur un an. Le ratio bancaire dette nette sur EBITDA s'améliore à 1,66 à fin septembre 2017 contre 1,78 à fin mars 2017 et 2,16 à fin septembre 2016.

Rémy Cointreau confirme son objectif d'une croissance de son résultat opérationnel courant sur l'exercice 2017-2018, à devises et périmètre constants, sans le chiffrer, comme à son habitude.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS