En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 316.01 PTS
-
5 308.00
-
SBF 120 PTS
4 269.71
-
DAX PTS
12 511.91
-
Dowjones PTS
24 461.70
-0.80 %
7 217.49
-0.87 %
Nikkei PTS
22 482.37
-0.93 %

Bourbon creuse ses pertes, mais le marché frémit

| Boursier | 112 | Aucun vote sur cette news

Dans un contexte toujours très compliqué, le groupe est parvenu à améliorer sa génération de cash-flow libre...

Bourbon creuse ses pertes, mais le marché frémit
Credits Groupe Bourbon

Nette baisse pour le chiffre d'affaires de Bourbon au cours du premier semestre 2017, à 459,5 millions d'euros, en retrait de -24,9% en données constantes sur un an. Sans surprise, les comptes sont mis sous pression par une activité toujours déprimée dans les services pétroliers. L'EBITDAR ajusté hors plus-values baisse de -37% à 145,1 ME, ramenant la marge de 38,2 à 31,6%. L'EBITDA ajusté est amputé de -56% à 59,6 ME tandis que le résultat opérationnel ajusté creuse sa perte à -87 ME, après -24,8 ME un an avant. La perte nette ressort à -170,1 ME part du groupe, dont -50 ME de pertes de change latentes. Gilbert Dupont misait sur un EBITDAR ajusté de cet ordre mais craignait une perte opérationnelle encore plus lourde. Portzamparc était dans une attente à peu près identique. Lé génération de cash-flow libre s'est améliorée par rapport au second semestre 2016, à 76 ME, grâce à la baisse des dépenses d'investissements et d'arrêts techniques programmés.

Un frémissement

Le PDG Jacques de Chateauvieux adopte un discours très prudent, en estimant que la durée du bas de cycle reste incertaine. Son groupe continue à faire le dos rond en rognant sur les coûts. La réorganisation de la dette fin juillet lui garantit une meilleure marge de manoeuvre en attendant la reprise. Avec un prix du baril stabilisé autour des 50$, les compagnies pétrolières se sont adaptées et initient à nouveau des projets d'exploration-production, précise le management, qui concède que la demande reste encore basse mais ajoute que "des signaux de reprise progressive des activités de forage et de développement des champs existants sont perceptibles dans certains pays". Les taux d'utilisation dans les segments Subsea et Crew boats devraient se stabiliser. Les segments Offshore profond et continental verront une légère progression de l'activité mais à des prix toujours faibles à cause de la surcapacité de navires sur le marché.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les coûts de développement devraient avoisiner les 12,6 ME...

Publié le 21/06/2018

Précisions...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Gévelot...

Publié le 21/06/2018

L'innovation, dans l'ADN d'Essilor depuis son origine, est partie intégrante de la mission du Groupe, "améliorer la vision pour améliorer la vie"...

Publié le 21/06/2018

Retour d'Assemblée générale Riber...