En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 210.00
+0.31 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 031.81
+0.70 %
7 090.63
+0.79 %
1.133
+0.00 %

Au nom de Dieu: comment des extrémistes ont détourné les lois sur le blasphème au Pakistan

| AFP | 261 | Aucun vote sur cette news
Des manifestants islamistes s'opposent à l'acquittement d'Asia Bibi, le 9 novembre 2018 à Karachi, au Pakistan
Des manifestants islamistes s'opposent à l'acquittement d'Asia Bibi, le 9 novembre 2018 à Karachi, au Pakistan ( ASIF HASSAN / AFP/Archives )

Des hommes politiques ont été assassinés, un pays européen menacé d'annihilation nucléaire, des étudiants lynchés... Le tout au nom de la lutte contre le blasphème au Pakistan, où ceux qui insultent le prophète Mahomet risquent la peine de mort.

D'où viennent ces lois ?

La première loi sur le blasphème a été adoptée durant la présence coloniale britannique, alors que le Pakistan musulman et l'Inde hindouiste ne formaient encore qu'un seul pays. Le but était alors de maintenir la paix entre les différentes communautés religieuses du sous-continent.

Mais c'est sous le général Zia-ul-Haq, dans les années 1980, que la question a pris de l'ampleur. Le gouvernement militaire de ce dictateur islamiste a adopté une série de lois, dont une prévoyant la peine capitale en cas d'insulte à l'encontre du prophète Mahomet.

Des militants pakistanais rassemblés pour l'anniversaire de la mort du gouverneur de la province du Punjab, Salmaan Taseer, le 4 janvier 2016 à Lahore
Des militants pakistanais rassemblés pour l'anniversaire de la mort du gouverneur de la province du Punjab, Salmaan Taseer, le 4 janvier 2016 à Lahore ( Arif Ali / AFP/Archives )

A ce jour, personne n'a été exécuté pour blasphème, la plupart des peines de mort étant commuées de fait en prison à perpétuité. Mais de simples accusations suffisent à provoquer des lynchages meurtriers.

En juin 2017, Mashal Khan, 23 ans, a été battu et blessé par balle avant d'être jeté du deuxième étage de sa résidence universitaire de Mardan (Nord-Ouest) et tué. La police a ensuite déterminé qu'il était innocent des faits de blasphème dont on l'accusait.

Quelles sont leurs conséquences ?

Les organisations internationales de défense des droits de l'Homme voient dans ces lois un outil d'oppression, particulièrement des minorités. Ces dernières années, les lois sur le blasphème ont également été employées pour discréditer dissidents et hommes politiques.

Khadim Hussain Rizvi, chef du parti religieux Tehreek e-Labaik, lors d'une conférence de presse, le 2 novembre 2018 à Lahore, au Pakistan
Khadim Hussain Rizvi, chef du parti religieux Tehreek e-Labaik, lors d'une conférence de presse, le 2 novembre 2018 à Lahore, au Pakistan ( ARIF ALI / AFP/Archives )

Le sujet est si incendiaire que de simples appels à réformer ces lois ont provoqué des violences. Pour ce genre de commentaires, Salmaan Taseer, le gouverneur du Pendjab, la province la plus riche et la plus peuplée du Pakistan, a été assassiné par son propre garde du corps en 2011.

Quelques mois plus tard, Shahbaz Bhatti, un ministre catholique également opposé à ces lois, a aussi été abattu à Islamabad.

Depuis deux ans, un nouveau groupe extrémiste s'est emparé de cette question sensible et a réussi à faire plier deux gouvernements successifs en organisant des manifestations violentes.

Le parti Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP) -- ou Mouvement au service du prophète -- est devenu un temps l'un des groupes les plus puissants du Pakistan avant d'être affaibli par des arrestations en série.

Sous la gouverne de son leader, Khadim Hussain Rizvi, le TLP a essayé de radicaliser les masses sur cette question, faisant craindre de nouvelles turbulences au Pakistan, à peine sorti d'une décennie de violences extrémistes.

Les dirigeants du TLP ont menacé de "faire disparaître les Pays-Bas de la face de la terre" par l'arme atomique, quand le député anti-islam Geert Wilders a annoncé la tenue d'un concours de caricatures de Mahomet.

Ils ont également appelé à l'assassinat des juges de la Cour suprême et à une mutinerie dans l'armée après l'acquittement d'Asia Bibi.

Qu'attend le Pakistan ?

Les défenseurs des droits de l'Homme réclament de longue date une réforme de ces lois, qui selon eux sont souvent employées dans le cadre de litiges n'ayant rien à voir avec la religion.

Heurts entre forces de police et manifestants après l'arrestation de Khadim Hussain Rizvi, leader du parti Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), le 24 novembre 2018 à Karachi, au Pakistan
Heurts entre forces de police et manifestants après l'arrestation de Khadim Hussain Rizvi, leader du parti Tehreek-e-Labaik Pakistan (TLP), le 24 novembre 2018 à Karachi, au Pakistan ( ASIF HASSAN / AFP/Archives )

Mais leur champ est si vaste que le simple fait de les critiquer peut être perçu comme un blasphème.

Après les meurtres de MM. Taseer et Bhatti, seuls de très rares responsables politiques ont appelé à réformer ces lois, sans y parvenir.

Durant la dernière campagne électorale, qui l'a porté au pouvoir en 2018, le Premier ministre Imran Khan s'était dit "entièrement" favorable aux lois anti-blasphème.

"Aucun musulman ne peut se dire musulman s'il ne croit pas que le prophète Mahomet est le dernier prophète", avait-il ajouté.

Washington a placé en janvier le Pakistan sur une liste noire de pays violant la liberté religieuse. Islamabad a rejeté cette décision qu'il qualifie de politiquement motivée.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...