En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 659.08 PTS
+0.00 %
5 646.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 464.70
-
DAX PTS
12 457.70
-
Dowjones PTS
27 094.79
-0.19 %
7 901.79
+0.00 %
1.105
+0.14 %

YouTube agit à son tour contre la propagande de la Chine sur Hong Kong

| AFP | 237 | 1 par 1 internautes
YouTube a désactivé 210 chaînes soupçonnées d'être impliquées dans une vaste campagne de propagande
YouTube a désactivé 210 chaînes soupçonnées d'être impliquées dans une vaste campagne de propagande ( LIONEL BONAVENTURE / AFP )

Après Twitter et Facebook, la plateforme vidéo YouTube a annoncé jeudi avoir agi à son tour contre une vaste campagne de propagande menée par les autorités chinoises sur les réseaux sociaux pour discréditer la mobilisation en faveur de réformes démocratiques à Hong Kong.

YouTube a désactivé 210 chaînes après avoir découvert qu'elles agissaient "de manière coordonnée en mettant en ligne des vidéos liées aux manifestations en cours à Hong Kong", a expliqué Shane Huntley, analyste chargé de la sécurité au sein du groupe Google, qui possède la plateforme vidéo.

"Nous avons mis au jour le recours à des VPN (réseau virtuel permettant notamment de dissimuler l'origine géographique réelle de la connexion internet) et d'autres méthodes pour masquer l'origine de ces comptes", a précisé l'expert. "Cette découverte est cohérente avec les observations et actions récemment effectuées par Facebook et Twitter concernant la Chine".

Deux autres géants technologiques américains, Twitter et Facebook, avaient porté lundi des accusations similaires contre Pékin, soulignant avoir fermé un millier de comptes actifs liés à cette campagne de désinformation. Twitter avait précisé avoir aussi fermé 200.000 autres comptes avant qu'ils ne soient réellement actifs.

"Ces comptes cherchaient délibérément et spécifiquement à semer la discorde politique à Hong Kong et notamment à saper la légitimité et les positions politiques du mouvement de protestation sur le terrain", a expliqué Twitter à propos des comptes actifs suspendus.

Facebook avait précisé de son côté que certaines publications des comptes suspendus comparaient les manifestants hongkongais aux combattants du groupe Etat islamique, les qualifiant de "cafards" et leur attribuant de soi-disant projets de meurtres au moyen de lance-pierres.

Région semi-autonome du sud de la Chine, Hong Kong traverse depuis juin sa plus grave crise politique, avec des manifestations et autres actions presque quotidiennes pour demander davantage de libertés.

La mobilisation a souvent tourné en affrontements ces dernières semaines entre militants radicaux et forces de l'ordre. Cela s'est traduit par des menaces d'intervention plus pressantes du gouvernement central chinois, qui a qualifié le mouvement de "terroriste".

Pékin a cependant officiellement laissé les coudées franches à l'exécutif local et à sa police pour régler la situation.

En coulisses, le gouvernement central déploie d'importants efforts pour tenter d'influencer l'opinion, affirment cependant Twitter, Facebook, et désormais Google.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a assuré via un porte-parole "ne pas être au courant de la situation".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

L'assureur CNP a conclu un accord évalué à 7 milliards de reals, soit 1,53 milliard d'euros, pour la distribution au Brésil de polices d'assurance...

Publié le 20/09/2019

Une présentation de Stanilas Veillet se tiendra ce 20 septembre...

Publié le 20/09/2019

Le score du Groupe augmente de 4 points en 2019, passant de 69 à 73/100 dans un contexte d'augmentation des exigences de la méthodologie d'évaluation...

Publié le 20/09/2019

La politique rigoureuse de gestion des charges d'exploitation, initiée en 2018 a été poursuivie en 2019...

Publié le 20/09/2019

Abivax est en perte de 14,2 ME au 1er semestre...