En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 792.04 PTS
-
4 818.00
-
SBF 120 PTS
3 792.68
-
DAX PTS
12 542.44
-
Dow Jones PTS
27 147.70
-1.84 %
10 980.22
+0. %
1.177
-0.01 %

Yoshihide Suga, un nouveau Premier ministre japonais symbole de continuité

| AFP | 204 | 5 par 1 internautes
Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga (c) est applaudi après son élection, au Parlement le 16 septembre 2020
Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga (c) est applaudi après son élection, au Parlement le 16 septembre 2020 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP )

Yoshihide Suga, élu mercredi nouveau Premier ministre du Japon par le Parlement, est un fils d'agriculteur réputé impénétrable mais qui a su incarner l'expérience, le pragmatisme et la continuité politique pour succéder à Shinzo Abe, dont il était un fidèle lieutenant.

Dès l'annonce fin août par M. Abe de son intention de démissionner pour des raisons de santé, la plupart des grandes factions du Parti libéral-démocrate (PLD) ont choisi de soutenir M. Suga, politicien chevronné de 71 ans qui était la cheville ouvrière du gouvernement sortant.

Il avait le profil idéal pour faire consensus au sein de son parti: "Il a toujours été une sorte de solitaire silencieux au sein du PLD, capable de s'entendre avec presque tout le monde, sans afficher une ambition personnelle ou des convictions politiques fortes", selon Yongwook Ryu, universitaire de Singapour expert des politiques en Asie de l'Est.

Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga(g), le 16 septembre 2020 à son arrivée à son bureau à Tokyo
Le nouveau Premier ministre japonais Yoshihide Suga(g), le 16 septembre 2020 à son arrivée à son bureau à Tokyo ( Kazuhiro NOGI / AFP )

M. Suga a loyalement servi et conseillé M. Abe pendant des années. Il avait notamment joué un rôle déterminant dans son retour au pouvoir fin 2012, après l'échec de son premier mandat de Premier ministre en 2006-2007.

M. Abe l'avait récompensé en le nommant secrétaire général du gouvernement, un poste hautement stratégique.

Endossant le rôle de coordinateur de la politique entre les ministères et les nombreuses agences de l'Etat, M. Suga a acquis une réputation d'habile tacticien, parvenant à mettre au pas la complexe et puissante bureaucratie japonaise pour exécuter les politiques clé du gouvernement.

"Les gens pensent que je fais peur, surtout les bureaucrates. Mais je suis bienveillant (...) avec ceux qui travaillent sérieusement", a assuré M. Suga lors d'un récent débat public.

Petits boulots

Sous le mandat de M. Abe, il a notamment travaillé à l'assouplissement des restrictions sur le travail des étrangers dans un pays en manque de main-d'oeuvre et porté diverses initiatives, comme la mise en place d'un crédit d'impôt pour soutenir les régions rurales et la réduction des tarifs des opérateurs mobiles.

Assurant aussi la fonction de porte-parole du gouvernement, M. Suga était devenu le visage de l'administration Abe, tout en se montrant peu loquace, et parfois cassant avec les journalistes posant des questions embarrassantes.

Ses origines rurales, qu'il met volontiers en avant dans ses discours, détonnent au sein d'un PLD dominé par des héritiers de grandes familles politiciennes.

Profil de Yoshihide Suga, élu nouveau chef du Parti libéral-
démocrate (PLD) japonais au pouvoir le 14 septembre
Profil de Yoshihide Suga, élu nouveau chef du Parti libéral- démocrate (PLD) japonais au pouvoir le 14 septembre ( John SAEKI / AFP )

Fils d'un cultivateur de fraises et d'une enseignante de la région d'Akita (nord), M. Suga a lui-même financé ses études à Tokyo en enchaînant des petits boulots, dans une usine de cartons ou comme manutentionnaire au grand marché aux poissons de la capitale, selon son site internet officiel.

Après des études de droit, il est rapidement saisi par le virus de la politique. Il travaille comme assistant parlementaire d'un élu de Yokohama, puis devient à 28 ans élu du conseil municipal de cette même grande ville, voisine de Tokyo. Neuf ans plus tard, en 1996, il décroche un siège de député de Yokohama, qu'il détient toujours.

Sobriété

Cet homme marié et père de trois enfants est resté jusqu'à présent très discret sur sa vie privée, avec une passion déclarée pour des loisirs ordinaires - pêche et marche à pied notamment - et son abstinence d'alcool.

Soucieux d'adoucir sa réputation sévère, il a aussi déclaré avoir un faible pour certaines sucreries comme les pancakes.

Il avait gagné en notoriété et en sympathie auprès de l'opinion publique japonaise l'an dernier en dévoilant à la nation entière le nom de la nouvelle ère impériale, Reiwa. Il était depuis souvent surnommé affectueusement "Oncle Reiwa".

Les défis qui l'attendent sont immenses, de la gestion de la crise du coronavirus au redressement économique du Japon, tombé dans une profonde récession, en passant par des relations diplomatiques souvent tortueuses avec ses voisins chinois et sud-coréens.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
#}
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2020

La valorisation d'entreprise est de 357 ME pour 250 ME de chiffre d'affaires...

Publié le 21/09/2020

Le chiffre d'affaires de Mediawan au 1er semestre 2020 s'établit à 115,7 millions d'euros, en baisse de -39% par rapport à l'exercice précédent...

Publié le 21/09/2020

Les projets d'accord publiés par ByteDance et Oracle ont révélé des contradictions sur les termes de l'accord concernant TikTok...

Publié le 21/09/2020

Verimatrix annonce le déploiement, par son revendeur japonais privilégié Toshiba Information Systems (Japan) Corporation, de la technologie de...

Publié le 21/09/2020

Le groupe Europlasma confirme son retournement dans le cadre du plan de continuation...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne