En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.140
+0.09 %

Xavier Bertrand: Nicolas Sarkozy va pouvoir "donner sa version"

| AFP | 319 | Aucun vote sur cette news
Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand parle à des journalistes au ministère de l'Economie à Paris, le 2 février 2018
Le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand parle à des journalistes au ministère de l'Economie à Paris, le 2 février 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le nouveau statut de Nicolas Sarkozy, mis en examen dans l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne électorale de 2007, va "lui permettre de donner sa version" face aux accusations de Ziad Takieddine et des dignitaires libyens, a noté jeudi l'ex-ministre Xavier Bertrand (divers droite).

Les accusations dont l'ancien président de la République fait l'objet sont "graves, mais depuis maintenant quelques années, et surtout depuis quelques jours, on n'entend qu'une version, celle de M. Takieddine et celle des hauts dignitaires du régime libyen", a déploré sur CNews le président de la région Hauts-de-France, qui a quitté LR fin 2017.

"Le nouveau statut de Nicolas Sarkozy va lui permettre aussi de donner sa version parce que quand même, M. Takieddine comme prince de la vérité qu'on entend partout, matin midi, et soir, c'est une version qui ne me suffit pas", a-t-il ajouté.

Il a dit avoir "regardé la chronologie des faits" lorsque "ces révélations avaient éclaté", et avoir alors remarqué que "tout ce qui est sorti est sorti après que la France à l'époque ait reçu les opposants de M. Kadhafi. Juste cela".

"Maintenant à la justice de dire les choses pour que toute la lumière soit faite", a-t-il poursuivi. "J'ai envie comme tout le monde de savoir exactement, je n'ai pas envie de me contenter" de la version de MM. Kadhafi ou Takieddine.

Avec la mise en examen de Nicolas Sarlozy, "c'est pas la première fois que la justice a fait la preuve de son indépendance et c'est important de savoir en France que personne n'est au-dessus des lois", a-t-il noté.

Interrogé sur ses relations avec M. Sarkozy, Xavier Bertrand a souligné que "les différends", notamment "politiques", qu'il a pu avoir avec lui ne l'empêchent pas de savoir "ce qui a été fait pendant ces années 2007-2012" et "n'effaceront pas" ces relations personnelles.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…