En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Xavier Bertrand, les Hauts-de-France comme tremplin ?

| AFP | 403 | 5 par 1 internautes
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, parle avec des salariés d'Ascoval, le 25 octobre 2018 à Saint-Saulve
Le président des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, parle avec des salariés d'Ascoval, le 25 octobre 2018 à Saint-Saulve ( FRANCOIS LO PRESTI / AFP/Archives )

"Mon parti, c'est la région." Très virulent envers l'exécutif dans le dossier de l'aciérie Ascoval, l'ex-LR Xavier Bertrand creuse son sillon dans les Hauts-de-France, un "tremplin" pour ses ambitions présidentielles selon des élus de tous bords.

Xavier Bertrand est remonté. "On en a marre d'être pris pour des cons", fulminait l'ex-ministre, 53 ans, devant la presse le 18 octobre, en accusant le gouvernement de "préparer l'assassinat" de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve, près de Valenciennes.

Menacé de disparition, ce site est l'objet d'un projet de reprise du groupe franco-belge Altifort, qui réclamait que Vallourec, principal client et premier actionnaire, maintienne son niveau de commandes pendant un an et demi. Et M. Bertrand accuse Vallourec, dont l'État est actionnaire à 17%, de "torpiller" le projet de reprise.

Le gouvernement a indiqué mardi travailler avec Altifort sur une offre sans Vallourec. Le tribunal de grande instance de Strasbourg doit se prononcer sur ce dossier le 7 novembre, en pleine visite d'Emmanuel Macron dans la région.

En attendant, "Xavier met une pression d'enfer sur Macron", souligne Julien Dive, qui a succédé à M. Bertrand à l'Assemblée en 2016.

"Oui, il se démène. On a un président de région qui se bat pour défendre nos filières industrielles", explique le député communiste du Nord Fabien Roussel qui avertit le chef de l'État: sans issue positive, Ascoval "sera le Florange de Macron, et avec Xavier Bertrand on fera en sorte que ça lui colle à la peau jusqu'à la fin de son mandat".

Mais pour Philippe Eymery, président du groupe régional RN (ex-FN), M. Bertrand "se sert de la région comme d'un tremplin pour ses ambitions présidentielles". "Il veut se construire un destin national en partant du local", abonde le sénateur PS du Nord Patrick Kanner.

"Il installe un duel direct, à distance, avec Emmanuel Macron" et, en même temps, "il marque sa différence avec les autres responsables de droite, Wauquiez en tête", confirme un élu de droite du Nord.

M. Bertrand est coutumier des déclarations fracassantes. Emmanuel Macron, dont il a refusé les sollicitations en 2017 ? "Il n'écoute rien". Les ténors de son ex-parti des Républicains (LR), Nicolas Sarkozy en tête ? "Si on ne peut pas les enfermer, qu'ils se taisent", avait-il entre les deux tours des régionales de 2015.

- Devant Wauquiez et Pécresse -

A l'en croire, le nouveau Bertrand est arrivé à l'occasion de ce scrutin remporté en 2015 face à Marine Le Pen. "Cette campagne menée pendant presque une année, où j'ai rencontré la colère des gens, le sentiment d'abandon (...), la misère, je l'ai prise comme un coup de poing en pleine figure. Et ça a changé à jamais ma façon de faire de la politique", expliquait l'ancien agent d'assurance le soir de sa victoire obtenue grâce au retrait de la gauche, après un premier tour difficile.

La "menace" du Rassemblement national, l'ancien ministre de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy la vit en première ligne: l'Aisne, sa terre d'élection, et le Pas-de-Calais sont les deux seuls départements à avoir placé Marine Le Pen devant Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle en mai 2017.

La politique autrement se fait donc hors des partis. M. Bertrand, qui fait plancher ses soutiens dans son association La Manufacture, a quitté LR en décembre dernier au lendemain de l'élection de Laurent Wauquiez, dont il dénonce la ligne jugée trop droitière. "Il voulait la présidence du parti mais il n'en avait pas les moyens", estime une figure de LR.

Au sein du parti, on s'amuse de ses récentes critiques contre Emmanuel Macron quand M. Wauquiez "n'[a] pas varié dans son diagnostic".

Mais dans le dernier tableau de bord de l'Ifop pour Paris Match, M. Bertrand devance tant Laurent Wauquiez que Valérie Pécresse dans l'électorat de droite. "Ça valide sa stratégie hors les murs", estime le directeur général adjoint de l'Ifop Frédéric Dabi. "Le fait qu'il ait quitté LR n'a pas été vu comme un casus belli ou une trahison dans le peuple de droite."

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…