En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 169.32 PTS
+0.17 %
5 166.00
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 100.45
+0.17 %
DAX PTS
11 324.36
+0.13 %
Dowjones PTS
25 891.32
+0.03 %
7 066.61
+0.00 %
1.134
+0.04 %

Wauquiez opposé au retour des jihadistes au nom de la "sécurité des Français"

| AFP | 231 | Aucun vote sur cette news
Laurent Wauquiez à Paris le 6 décembre 2018
Laurent Wauquiez à Paris le 6 décembre 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

"La priorité, c'est la sécurité des Français", a expliqué dimanche le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez, réaffirmant son opposition catégorique au retour des jihadistes français détenus en Syrie comme en Irak.

La France, opposée jusqu'ici au retour des jihadistes français détenus par les Kurdes en Syrie, n'exclut plus leur rapatriement pour éviter qu'ils ne s'évanouissent dans la nature à la faveur du retrait américain.

"Je considère, je l'ai toujours dit, que les jihadistes ne doivent pas revenir en France", a réitéré M. Wauquiez.

"On sait que même s'ils passent devant la justice on n'a aucune garantie qu'ils iront en prison. Que même s'ils vont en prison on sait très bien qu'avec le système de remise de peine on peut aboutir ensuite à relâcher dans la nature des barbares, et prendre la responsabilité immense que ces gens contribuent ensuite à organiser des attentats sur le sol français", a argumenté M. Wauquiez.

Quelles garanties fournies par la justice syrienne ? "Là encore, il faut savoir choisir ses priorités. Ma priorité, c'est la sécurité des Français, ma priorité c'est qu'ils ne reviennent pas en France, c'est pas leur sort là-bas", a-t-il répondu.

"Pourquoi ne pas les confier à la justice en Irak ? Pourquoi ne pas les confier à la justice en Syrie ? Pourquoi ne pas faire des déchéances de nationalité ? Il y a des solutions qui existent, ce sont ces solutions que je demande au gouvernement de prendre", a-t-il insisté.

Quant aux assassinats ciblés, ouvertement prônés cette semaine par le député LR Pierre-Henri Dumont, "ne soyons pas hypocrites. La ministre de la Défense elle-même a dit que si les jihadistes mourraient en Syrie, c'était une bonne chose et elle a raison. François Hollande lui-même a dit dans un livre qu'il avait organisé des opérations pour que la France tue des jihadistes en Syrie et il avait raison."

"Si des jihadistes périssent dans ces combats, je dirais que c'est tant mieux", avait déclaré en octobre 2017 la ministre Florence Parly, quelques heures avant la chute de Raqa, "capitale" autoproclamée de l'EI en Syrie.

François Hollande a affirmé aux journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme avoir autorisé "au moins" quatre assassinats ciblés en octobre 2015, soit avant les attentats de Paris de novembre 2015.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/02/2019

La bonne maîtrise de l’endettement permet à Nexity de confirmer sa proposition de dividende de 2,50 euros minimum jusqu’en 2022, tout en lui donnant la possibilité de continuer de saisir des…

Publié le 20/02/2019

Tutoriel vidéo...

Publié le 20/02/2019

Le dispositif pourrait être amélioré selon un rapport de l'équipe comptable d'Exane BNP Paribas

Publié le 20/02/2019

Connexion ferroviaire autonome avec le port de Rouen...

Publié le 20/02/2019

Au quatrième trimestre 2018, Prodware a réalisé un chiffre d’affaires de 52,7 millions d'euros, soit une progression de 12,6%. A périmètre comparable, l’activité trimestrielle ressort en…