En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
-
5 436.00
-
SBF 120 PTS
4 340.58
-
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.63 %
Nikkei PTS
22 898.64
+0.89 %

Wauquiez, "clairement à droite", Portelli au "verbe haut" et Calan le juppéiste

| AFP | 299 | Aucun vote sur cette news
Un montage représentant Maël de Calan, Florence Portelli et Laurent Wauquiez, tous trois candidats à la présidence du parti Les Républicains
Un montage représentant Maël de Calan, Florence Portelli et Laurent Wauquiez, tous trois candidats à la présidence du parti Les Républicains ( Fred TANNEAU, LOIC VENANCE, JOEL SAGET / AFP/Archives )

Un favori, Laurent Wauquiez, et deux challengers, Florence Portelli et Maël de Calan: portrait des trois candidats à la présidence du parti Les Républicains.

- Wauquiez, "clairement à droite"-

Laurent Wauquiez, 42 ans, est un sur-diplômé qui a accumulé ministères et fonctions électives. Il est apprécié d'une partie importante des militants LR pour son positionnement "clairement à droite", qui fait dire à ses adversaires qu'il "court après le FN".

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et candidat à la présidence de LR Laurent Wauquiez, lors d'un meeting à Toulon, le 6 décembre 2017
Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes et candidat à la présidence de LR Laurent Wauquiez, lors d'un meeting à Toulon, le 6 décembre 2017 ( BERTRAND LANGLOIS / AFP )

Il promet de "rassembler" s'il est élu mais sa cote de confiance a sensiblement baissé en novembre à droite, selon un sondage Harris Interactive: -12 points (à 40%) chez les sympathisants et -11 chez les LR (45%). En cause peut-être: la sévérité de certains de ses propos (envers Emmanuel Macron notamment, qu'il a accusé de manquer "d'amour charnel pour la France"), alors que les Français de droite recherchent davantage "un rassembleur qu'un diviseur", selon le politologue Jean-Daniel Lévy. Chez les sympathisants FN, il perd également 7 points (25%).

Député en 2004 à 29 ans, réélu en 2007, il a été de tous les gouvernements de la présidence Sarkozy: secrétaire d'Etat (porte-parolat, Emploi), ministre (Affaires européennes, Enseignement supérieur). En 2008, il avait ravi à la gauche la municipalité du Puy-en-Velay (conservée en 2014), s'était fait réélire à l'Assemblée en 2012.

La victoire dont il est le plus fier est celle de la région Auvergne-Rhône-Alpes, en 2015, acquise "en rassemblant droite, UDI et même MoDem".

Sa fermeté sur les sujets régaliens - autorité, sécurité, immigration - provoque le malaise des Raffarin, Pécresse ou autres Bertrand, qui dénoncent sa "brutalité" et ses expressions comme le "cancer" de l'assistanat.

Ces critiques, l'homme à la parka rouge -son vêtement de prédilection par temps maussade- en fait fi. "Des affabulations", balaie-t-il. Wauquiez trace son sillon avec la nonchalance apparente que lui confère son physique: grand (1,91 m), mince, visage juvénile, cheveux poivre et sel.

Personne ne doute de ses ambitions élyséennes, qu'il tait. Mais chaque année, il fait l'ascension du Mont Mézenc (Haute-Loire), tel François Mitterrand gravissant la Roche de Solutré.

- Portelli, le verbe haut-

La maire de Taverny (Val-d'Oise), 39 ans, apparue au grand public comme porte-parole de François Fillon à la présidentielle, veut incarner l'épicentre de LR et "redonner sa fierté à la droite".

Elle est réputée pour son verbe haut: en plein "Penelopegate", elle défendait bec et ongles Fillon en affirmant qu'un assistant parlementaire pouvait même être payé... "à tricoter".

Florence Portelli, maire de Taverny et candidate à la présidence du parti Les Républicains, lors des universités du parti à La Baule, le 2 septembre 2017
Florence Portelli, maire de Taverny et candidate à la présidence du parti Les Républicains, lors des universités du parti à La Baule, le 2 septembre 2017 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Elle réserve désormais ses piques à ses deux rivaux: Wauquiez, à qui elle reproche autant son silence pendant le naufrage Fillon que ses ambitions élyséennes, ou Calan, vitrine des juppéistes accusés de déloyauté vis-à-vis de Fillon.

La jeune femme, 39 ans, blonde aux yeux noisette, qui dit avoir adhéré au RPR pour Philippe Séguin, se pose "au milieu de la droite", prônant un retour à une forme d'orthodoxie, conservatrice sur les valeurs, libérale sur l'économie, en rejetant toute porosité avec le FN.

Diplômée de droit public et de l'Institut de criminologie, elle est également férue de culture (Nicolas Sarkozy en avait fait la responsable culture de LR et Valérie Pécresse la présidente de l’orchestre national d’Ile-de-France), et pratique le piano depuis sa petite enfance.

"Depuis la création de l'UMP, on a fait des +combinazione+ électorales, on a tripatouillé des alliances d'appareil (...) on arrive à une espèce de magma informe, on ne sait plus qui on est", dénonce la fille d'un ex-sénateur LR, Hugues Portelli. Cette nièce d'un haut-magistrat anti-sarkozyste, Serge Portelli, avait séché le rassemblement du Trocadéro, jugé "anti-juges".

"Je suis fière" d'être "allée au bout" de la campagne, "malgré les embuches", assure-t-elle, en promettant: "si je suis élue, je ne serai pas la présidente de la purge".

- Calan, orphelin de Juppé -

A 36 ans, le benjamin de la compétition revendique d'incarner une "droite modérée", dans le sillage d'Alain Juppé, qui vient de lui apporter son soutien public.

Peu connu, ce Breton féru de voile, qui aime rappeler qu'il a fait un tour du monde sur les flots, est fils d'un ancien conseiller régional madeliniste, par ailleurs ponte du Medef.

Il a fait ses armes en tant que conseiller municipal, puis départemental dans le Finistère, avant de se faire remarquer lors de la primaire au côté du maire de Bordeaux.

Maël de Calan, candidat à la présidence du parti Les Républicains, lors d'une conférence de presse à Bordeaux, le 5 décembre 2015
Maël de Calan, candidat à la présidence du parti Les Républicains, lors d'une conférence de presse à Bordeaux, le 5 décembre 2015 ( MEHDI FEDOUACH / AFP/Archives )

Candidat aux législatives en juin 2017, son slogan "Une droite ouverte pour réformer avec Macron" ne lui a pas suffi pour triompher de la candidate En Marche mais lui vaut encore aujourd'hui un procès en quasi-traîtrise chez certains LR. D'autant qu'il avait prôné la mansuétude à l'endroit des "Constructifs", finalement exclus.

Parrainé par Jean-Pierre Raffarin, Maël de Calan n'a pas fait le plein parmi les modérés de l'ex-UMP. En privé, ses amis juppéistes s'interrogent sur une démarche "personnelle" qui, si elle débouchait sur un score confidentiel, affaiblirait l'influence du courant "progressiste" au sein du parti promis à Laurent Wauquiez.

Face au favori, Calan, qui se revendique "chrétien", n'attaque pas tant sur les valeurs que sur l'économie, accusant Wauquiez de "s'éloigner de l'ADN libéral" de la droite. Partisan d'une digue infranchissable avec l'extrême droite, il a écrit en 2016 "La Vérité sur le programme du Front national".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...