5 366.15 PTS
+0.48 %
5 362.50
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 270.60
+0.45 %
DAX PTS
13 167.54
+0.83 %
Dowjones PTS
23 609.04
+0.76 %
6 375.76
+1.06 %
Nikkei PTS
22 416.48
+0.70 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Wauquiez annonce sa candidature à la présidence de LR cette semaine

| AFP | 266 | Aucun vote sur cette news
Laurent Wauquiez,  président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le 23 mai 2017
Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le 23 mai 2017 ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP/Archives )

Laurent Wauquiez fait sa rentrée politique cette semaine en plusieurs étapes, entre un meeting à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône) et sa traditionnelle ascension du Mont Mézenc (Haute-Loire) dimanche, avec en point d'orgue l'annonce attendue de sa candidature à la présidence de LR.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes se rend à Châteaurenard à l'invitation du député Bernard Reynès, l'un des premiers à lui avoir apporté son soutien. C'est également dans cette ville que Nicolas Sarkozy, l'ex-président dont M. Wauquiez s'est rapproché ces dernières années, avait déclaré sa candidature à la primaire pour la présidentielle, en août 2016.

Réunis en congrès virtuel les 10 et 17 décembre, les quelque 250.000 militants encartés à LR auront le choix entre plusieurs candidats, dont trois se sont déjà déclarés: le vice-président du mouvement, Daniel Fasquelle, trésorier et député du Pas-de-Calais, Laurence Sailliet, proche du président des Hauts-de-France Xavier Bertrand, et Florence Portelli, ex-porte-parole du candidat François Fillon à la présidentielle. D'autres pourraient également se présenter.

Selon le juppéiste Maël de Calan, conseiller départemental LR du Finistère, un "collectif" de jeunes élus tenants d'une "droite ouverte", dira "la semaine prochaine" s'il présente un candidat. Selon lui, la droite "très conservatrice" de Wauquiez n'est "pas majoritaire" dans l'électorat des Républicains et ne peut pas les faire revenir au pouvoir.

En l'absence de personnalités de poids face à lui, M. Wauquiez est toutefois quasi-assuré d'être élu, d'autant que le corps électoral, qui n'a pas bougé depuis les défaites du printemps (seule "une dizaine de cartes" ont été renvoyées au siège, selon LR), s'est constitué sous la présidence Sarkozy du parti. Les sarkozystes Brice Hortefeux, Georges Fenech, Guillaume Larrivé ou Éric Ciotti lui ont déjà apporté leur soutien.

Mais cette victoire annoncée suscite le trouble de ceux qui, dans sa famille politique, lui reprochent une ligne "trop droitière", en pronostiquant une possible "implosion" du parti. Le juppéiste Dominique Bussereau, notamment, dénonce "les idées eurosceptiques et conservatrices" du futur candidat.

La fronde anti-Wauquiez avait démarré en juillet avec les déclarations au vitriol de M. Bertrand, qui accusait l'ancien ministre de courir "après l'extrême droite". Toutefois, M. Bertrand n'envisage pas de sortir de LR.

- "Fonder un nouveau parti?" -

Valérie Pécresse ne souhaite pas non plus s'en aller. Son micro-parti, Libres!, qu'elle lancera le 10 septembre à Argenteuil, se situera "au sein des Républicains", prend soin d'expliquer la présidente d'Ile-de-France.

Au contraire, "si je vois que le choix est entre Laurent Wauquiez et Daniel Fasquelle, j'ai plutôt envie de partir des Républicains", affirme Gérald Darmanin, ex-directeur de campagne de Sarkozy pendant la primaire, aujourd'hui ministre des Comptes publics d'Emmanuel Macron.

Dans le même esprit, Thierry Solère, cofondateur du groupe des "constructifs" à l'Assemblée, a affirmé mardi sur France Info que si Wauquiez était élu, il ne pourrait "pas être membre des Républicains", un parti politique "anti-européen qui passe son temps à faire des petites phrases et des slogans".

Les Constructifs, qui comportent environ trente-cinq LR, UDI et divers droite, se réuniront en séminaire les 6 et 7 septembre à Trouville pour "savoir comment on s'organise: rejoindre la République en Marche ou fonder un nouveau parti?", selon M. Solère.

Le Front national n'épargne pas non plus le favori de la course à la présidence de LR. "Laurent Wauquiez devrait être élu président d'un parti rabougri, qui ne sera pas aussi attractif que celui de Nicolas Sarkozy", a assuré mardi à l'AFP l'un de ses dirigeants.

Conscient des risques de fractures de son camp, M. Wauquiez, qui a plusieurs fois promis qu'il ne ferait "pas d'alliance" avec le FN, avait affirmé, en juillet, que le prochain président de LR devrait "veiller" à l'expression des sensibilités de droite.

Le parti ne peut pas se reconstruire "uniquement à partir d'un noyau dur" et doit "parler à tous les Français", l'a prévenu mardi le député Éric Woerth.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2017

Le chiffre d'affaires du 3e trimestre de l'exercice 2017 d'ESI s'établit à 24,9 ME, en recul de 2,4% à taux constants par rapport à la même période...

Publié le 21/11/2017

Sur les 9 premiers mois de l'exercice 2017, le groupe réalise un chiffre d'affaires de 51 ME

Publié le 21/11/2017

Au troisième trimestre, ESI Group a réalisé un chiffre d'affaires de 24,9 millions d'euros en baisse de 2,4% à taux de change constant. L'effet de change sur la période est négatif à hauteur de…

Publié le 21/11/2017

Kerlink, spécialiste des réseaux et solutions dédiés à l’Internet des Objets (Internet of Things – IoT), annonce un partenariat avec Spark, leader des services numériques en…

Publié le 21/11/2017

AB Science a annoncé la publication de résultats précliniques avec le masitinib mettant en évidence une propriété de cette molécule phare de la biotech dans la lutte contre la résistance à…

CONTENUS SPONSORISÉS