En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.139
+0.00 %

Wauquiez à ses concurrents LR: non à "un débat qui divise"

| AFP | 248 | Aucun vote sur cette news
Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, le 30 septembre 2017 à Souvigny-en-Sologne (Loir-et-Cher)
Laurent Wauquiez, favori de l'élection à la présidence des Républicains, le 30 septembre 2017 à Souvigny-en-Sologne (Loir-et-Cher) ( GUILLAUME SOUVANT / AFP/Archives )

Laurent Wauquiez, favori pour l'élection à la présidence des Républicains, a de nouveau opposé dimanche une fin de non-recevoir à ses concurrents Florence Portelli et Maël de Calan, qui lui réclament un débat télévisé, avançant son refus d'"un débat qui divise".

"La presse n'a pas le monopole du débat en France. Ensuite, je suis favorable à un débat, mais je ne veux pas d'un débat qui divise car ma famille est en état de grande fragilité", a-t-il déclaré lors du "Grand Jury" RTL-LCI-Le Figaro.

"J'ai trop vu les débats de la primaire, qui ont abouti au jeu des petites phrases. Moi, ma responsabilité, c'est ensuite de reconstruire donc je ne veux pas que des failles supplémentaires s'ouvrent au sein de ma famille", a ajouté le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Donc, selon lui, oui à "un débat large, public, devant ceux qui votent" mais non à un débat "dans un petit studio, entre nous" en "tournant le dos à ceux qui vont voter". "Les journalistes sont conviés, vous pourrez filmer ça sans problème", a-t-il toutefois concédé.

"Je ne veux pas qu'on retombe dans l'errance de ces débats qui divisent qu'on a eus lors de la primaire", a martelé M. Wauquiez.

Est-ce à dire que le probable futur président de LR refusera également une primaire pour désigner le candidat de la droite à la présidentielle de 2022 ? "Pour moi, ce n'est pas le sujet et, pour l'instant, ce n'est vraiment pas le sujet", a-t-il éludé en ajoutant : "Ce que je veux, c'est que la droite reparle aux Français".

Se sent-il le candidat légitime pour 2022 ? "Ma légitimité naturelle, c'est de reconstruire ma famille", a évacué M. Wauquiez.

Egalement interrogé sur les vives critiques dont il fait l'objet dans son propre camp, il les a balayées d'un revers de la main : "Dans ce que je lis, souvent, je vois beaucoup d'affabulations".

"J'en ai parfois assez qu'on dise tout et n'importe quoi", a-t-il lâché dans une allusion au portrait que lui a consacré le même jour Le Journal du Dimanche, où un élu de droite de sa région le qualifie de "tyran local".

Tout juste a-t-il reconnu que "oui, parfois, ça frotte parce qu'on a tellement été habitué à voir des politiques qui font de l'eau tiède et qui n'ont pas le courage d'aller jusqu'au bout".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 09/12/2018

Raphaël Glucksmann le 15 novembre 2018 à Montreuil ( JOEL SAGET / AFP )Le mouvement "Place publique" de Raphaël Glucksmann a appelé dimanche les "forces politiques et citoyennes" de la gauche…

Publié le 09/12/2018

Manifestation pro-Brexit soutenue par l'Ukip (Parti pour l'indépendance du Royaume Uni) à Londres le 9 décembre 2018 ( Adrian DENNIS / AFP )La Première ministre Theresa May a prévenu dimanche…

Publié le 09/12/2018

Un fan prend une photo de l'autel durant une messe hommage à Johnny Hallyday, le 9 décembre 2018 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP )Un an après la mort de Johnny Hallyday, plus d'un millier de…

Publié le 09/12/2018

Le président Emmanuel Macron, le 2 décembre 2018 à l'Elysée ( STEPHANE MAHE / POOL/AFP )Les présidents des associations d'élus, du Sénat Gérard Larcher, de l'Assemblée Richard Ferrand…

Publié le 09/12/2018

Photo de l'édition 2017 du conseil de coopération du Golfe (CCG), le 5 décembre 2017 au Koweït ( Yasser Al-Zayyat / AFP/Archives )Les six pétromonarchies arabes du Golfe ont entamé dimanche…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…