En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.55 PTS
+0.56 %
5 169.50
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 146.26
+0.55 %
DAX PTS
11 776.09
+0.52 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.151
+0.12 %

Voies sur berges: LR demande à Hidalgo des mesures "correctrices" après un rapport

| AFP | 406 | Aucun vote sur cette news
"Aucun phénomène d’évaporation du trafic n’a pu être observé ou établi plus d’un an après la fermeture de la voie" sur berges, indique un rapport qui juge que la pollution "s’est, pour l'essentiel, simplement déplacée" ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )

Les Républicains du Conseil de Paris ont dénoncé mardi les "graves conséquences" de la piétonnisation des voies sur berges voulue par la maire PS Anne Hidalgo, à qui ils demandent des "mesures correctrices", après un "rapport accablant" de la Région Ile-de-France.

La maire de Paris "doit d’urgence prendre les mesures correctrices qui s’imposent pour réduire l’exposition des Parisiens au bruit et à la pollution", après la piétonnisation l'an dernier au centre de Paris de la berge rive droite.

Le comité de suivi associant élus, préfecture de police, Région, BruitParif et AirParif "doit par ailleurs être réuni au plus vite", ajoute un communiqué.

Le groupe LR note ainsi le "rapport accablant" publié lundi par l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme, partenaire de la Région Ile-de-France présidée par Valérie Pécresse (LR), qui avait lancé l'an dernier son propre comité de suivi.

Ce "rapport définitif" de 109 pages "pointe les graves conséquences de cette décision autoritaire (de fermeture) à l'exact opposé des objectifs annoncés par la maire de Paris", indique LR.

Le groupe cite ainsi des reports de circulation dans "l’ensemble de la capitale, et pas seulement l’hypercentre, avec des temps de parcours augmentés jusqu’à 65%, une pollution qui n’a fait que se déplacer au plus près des habitations, notamment quai Henri IV où elle a augmenté de 15% et un niveau de bruit qui a plus que doublé la nuit sur les quais hauts (+2 à +4 dB)".

"Aucun phénomène d’évaporation du trafic n’a pu être observé ou établi plus d’un an après la fermeture de la voie", indique également le rapport, ajoutant que la pollution "s’est, pour l'essentiel, simplement déplacée".

Le Medef Grand Paris a également constaté "avec regret l’impact néfaste" de la mesure enregistré par ce rapport "accablant".

Ce rapport "dévoile des données qui en fait sont déjà publiques tout en les commentant de façon caricaturale", a réagi la Ville de Paris, jugeant "dommageable" que la Région "se mobilise encore et toujours contre la piétonnisation de 3,3 km de la Voie Georges Pompidou via un comité parallèle au véritable comité de suivi présidé par le Préfet de Police".

"Nous avons pu constater tout l’été que le parc Rives de Seine est un succès", a affirmé la Ville de Paris, soulignant qu'"il a été un élément important du dossier de candidature de Paris aux Jeux olympiques".

Voulue pour lutter contre la pollution de l'air et redonner aux piétons et vélos, l'usage de ces berges, la fermeture de la voie Georges-Pompidou interdit depuis l'automne 2016 aux voitures 3,3 km du quai bas le long de la Seine, de l'entrée du tunnel des Tuileries (Ier arrondissement) à la sortie du tunnel Henri-IV (IVe).

Très contestée notamment en banlieue par les élus de droite, elle donne depuis lieu à une bataille de chiffres entre les différents comités qui l'étudient. La préfecture de police de Paris a entériné la mesure le 28 juin, en recommandant des mesures contre le bruit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

A contre-courant, LafargeHolcim abandonne 3,4% à 38,2 euros en début de séance à Paris, au plus bas depuis plus de deux ans...

Publié le 18/10/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale (rachis), a finalisé son dossier réglementaire et peut désormais…

Publié le 18/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/10/2018

JCDecaux a annoncé que la Cour fédérale d'Australie a approuvé le "scheme of arrangement" portant sur l’acquisition d’APN Outdoor. Les actions d’APN Outdoor ont donc cessé d’être…

Publié le 18/10/2018

Derichebourg a signé avec la société Iren Ambiente un contrat en vue de la cession de ses activités de collecte de déchets ménagers, de nettoiement urbain, et de traitement de déchets en…