En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
-
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
-
DAX PTS
10 788.09
-
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.142
+0.30 %

Violences sexuelles: une plateforme de signalement en ligne lancée mardi

| AFP | 193 | Aucun vote sur cette news
Rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles à l'appel de #Noustoutes, le 29 septembre 2018 à Paris
Rassemblement contre les violences sexistes et sexuelles à l'appel de #Noustoutes, le 29 septembre 2018 à Paris ( Zakaria ABDELKAFI / AFP/Archives )

Une plateforme de signalement en ligne des violences sexistes et sexuelles sera lancée mardi par le gouvernement, a annoncé dimanche le Premier ministre Edouard Philippe, à l'occasion de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Initialement attendue pour octobre, cette plateforme sera "opérationnelle 24H/24 via le site service-public.fr", a précisé le chef du gouvernement dans une tribune publiée sur le réseau social Facebook.

"Elle permettra aux victimes ou aux témoins d'échanger avec un policier ou un gendarme spécialement formé pour les aider dans leurs démarches", a ajouté Edouard Philippe.

"C'est le premier des jalons, technique et politique, pour éradiquer les violences sexistes et sexuelles", a-t-il estimé. "Désormais quelques clics peuvent aider chacune à prendre un nouveau départ: pour soi, pour sa famille. Et peut-être pour éviter le pire", a insisté le Premier ministre.

Promise il y a un an par le président Emmanuel Macron, la plateforme doit être lancée en présence de la secrétaire d'Etat à l’Égalité femmes-hommes Marlène Schiappa et des ministres de l'Intérieur et de la Justice, Christophe Castaner et Nicole Belloubet.

En 2016, 123 femmes avaient été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours.

Une loi a été adoptée en août "pour renforcer les condamnations des violence sexistes et sexuelles", a rappelé Marlène Schiappa dimanche lors du Grand Rendez-vous Europe 1-CNews-Les Echos.

"Nous allons installer dans les jours à venir avec la garde des Sceaux (Nicole Belloubet) un groupe de suivi de ces condamnations pour vérifier l'efficacité" du texte, a-t-elle expliqué. "Si ce n'est pas assez efficace, nous ferons des lois encore plus contraignantes", a-t-elle promis.

Une "mission" va en outre être lancée "pour voir s'il est nécessaire de modifier" le droit français sur la question du viol, qui "ne parle pas de consentement", contrairement à ce que prévoit la convention d'Istanbul ratifiée par la France en 2014, afin de "mettre fin à (une) forme d'impunité intolérable", a annoncé Mme Schiappa.

La création d'un "outrage sexiste" pour le harcèlement de rue, passible de 90 euros minimum d'amende immédiate, a déjà permis "plusieurs condamnations" avant même la parution d'une circulaire d'application, a-t-elle assuré.

Autre annonce de Mme Schiappa, le fléchage de 400.000 euros non dépensés et initialement inscrits à son "budget communication" vers des associations, dont beaucoup verront "leur subvention doubler cette année", notamment le Mouvement du Nid "qui accompagne les femmes en sortie de la prostitution".

"L'association Excision, parlons-en" ou "le collectif féministe contre le viol" vont également bénéficier de rallonges, selon Mme Schiappa.

Samedi, 50.000 personnes selon les organisatrices, dont 30.000 à Paris (12.000 selon la préfecture de police), ont manifesté contre les violences faites aux femmes dans le cadre du mouvement #NousToutes. "C'est la plus grosse mobilisation (féministe) qu'on ait connue en France", s'est félicitée son instigatrice, Caroline De Haas, Marlène Schiappa saluant sur Twitter une "grande manifestation" qui "doit être vue et entendue".

"Ce que j'entends, c'est qu'on nous demande de faire plus, mieux et plus vite" contre les violences sexistes et sexuelles, a commenté dimanche la secrétaire d'Etat, qui "partage cette impatience" avec les associations féministes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…