En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 283.86 PTS
-1.92 %
5 296.50
-1.65 %
SBF 120 PTS
4 240.91
-1.79 %
DAX PTS
12 270.33
-2.46 %
Dowjones PTS
24 274.46
-1.25 %
7 024.43
-2.40 %
Nikkei PTS
22 338.15
-0.79 %

Violences sexuelles: Belloubet envisage des pré-plaintes en ligne

| AFP | 236 | Aucun vote sur cette news
La ministre de la Justice Nicole Belloubet, le 7 novembre 2017 à l'Assemblée nationale, à Paris
La ministre de la Justice Nicole Belloubet, le 7 novembre 2017 à l'Assemblée nationale, à Paris ( FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives )

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a déclaré lundi sur RTL qu'elle réfléchissait à la mise en place de pré-plaintes en ligne pour les victimes de violences sexuelles.

Les plaintes pour violences sexuelles déposées en zone gendarmerie ont augmenté en octobre de 30% par rapport à la même période de l'année précédente (+360 faits), a appris lundi l'AFP de source proche du dossier.

"La justice est prête à faire face" à cette hausse de plaintes, a assuré Nicole Belloubet.

La ministre envisage de lancer des "pré-plaintes en ligne". "Cela existe pour les atteintes aux biens. Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas le faire dans ce cadre là", a-t-elle déclaré.

De chez elle, la victime "pourrait déposer (une pré-plainte) sans avoir la nécessité d'aller au commissariat", a expliqué la ministre.

Par ailleurs, Mme Belloubet a évoqué une expérience dans les hôpitaux "qui consiste à prélever les preuves de violence sexuelle sans que la plainte ait été déposée". "Ensuite, la victime peut décider si elle porte plainte".

"Mon souci, c'est que les victimes aillent porter plainte et que nous puissions avoir le maximum de preuves", a déclaré la ministre.

Par ailleurs, un travail sur l'écoute des victimes va être conduit, a-t-elle promis. Il s'agirait par exemple de ne "pas mettre la victime systématiquement face à son agresseur à plusieurs reprises pendant l'enquête".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/06/2018

Un licencié de marque doit pouvoir réaliser un chiffre d'affaires de 150 à 200 kE par an...

Publié le 25/06/2018

Gecina a signé des promesses de ventes sur des immeubles, issus du périmètre historique d'Eurosic...

Publié le 25/06/2018

Tera 1000 dispose d'une puissance de calcul de 25 petaflops pour une consommation énergétique extrêmement compétitive de 4 MW...

Publié le 25/06/2018

Viveris crée un centre de compétences afin d'assurer la mise en oeuvre et la commercialisation des solutions Esker...

Publié le 25/06/2018

Le Groupe participera également au SIRHA en janvier 2019 à Lyon...