En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 116.79 PTS
-
5 124.50
+0.16 %
SBF 120 PTS
4 103.77
-
DAX PTS
11 589.21
-
Dowjones PTS
25 379.45
-1.27 %
7 116.09
+0.00 %
1.146
+0.01 %

Violence record au Brésil: les solutions simples de Bolsonaro

| AFP | 612 | 1 par 1 internautes
Une supportrice de Jair Bolsonaro imite un revolver avec ses doigts, le geste signature du candidat d'extrême-droite à l'élection présidentielle du Brésil
Une supportrice de Jair Bolsonaro imite un revolver avec ses doigts, le geste signature du candidat d'extrême-droite à l'élection présidentielle du Brésil ( Miguel SCHINCARIOL / AFP/Archives )

L'éradication de la violence au Brésil a été son grand thème de campagne dans l'un des pays les plus dangereux au monde: Jair Bolsonaro a séduit des dizaines de millions d'électeurs avec des solutions simples et radicales.

La recette de l'ex-capitaine de l'armée, s'il est élu le 28 octobre au 2e tour de la présidentielle, pour lutter contre l'insécurité: libéraliser le port d'arme et ouvrir la voie à des exécutions extra-judiciaires de masse.

La première photo de lui après l'attentat qui a failli lui coûter la vie le 6 septembre l'a montré sur Instagram imitant un revolver avec ses doigts.

Un geste devenu sa signature et copié lors de ses meetings par des Brésiliens se photographiant, tout sourire et avec enfants, devant ses affiches.

La violence est un fléau pour les 208 millions de Brésiliens: elle a atteint l'an dernier le record de 63.880 morts et, en sept ans a fait plus de tués que la guerre en Syrie.

Comment lutter dans le plus grand pays d'Amérique latine contre une criminalité qui fait plus de sept morts par heure?

Des membres des forces de sécurité brésiliennes en faction à Rio de Janeiro, le 29 septembre 2018
Des membres des forces de sécurité brésiliennes en faction à Rio de Janeiro, le 29 septembre 2018 ( DANIEL RAMALHO / AFP/Archives )

"Donner l'accès au port d'arme aux gens bien", répond Bolsonaro.

"Si l'un d'entre nous, civil ou soldat est attaqué (...) et s'il tire 20 fois sur l'assaillant, il doit être décoré et non pas aller devant la justice", a lancé le candidat d'extrême droite lors d'un meeting en août à Madureira.

Un discours simple qui fait mouche pour quelqu'un comme Jamaya Beatriz, une manucure de cette banlieue violente de Rio de Janeiro.

"Je vis dans un quartier dangereux", a expliqué la jeune femme, "si quelqu'un s'introduit chez moi, je veux être capable de défendre mes enfants".

- Crimes de haine -

Sara Winter, candidate de droite à l’assemblée nationale, trouve positif que Jair Bolsonaro veuille "armer les femmes pour qu’elles puissent se défendre, augmenter les peines de violeurs et instaurer la castration chimique".

Avec l'attentat, Bolsonaro est lui-même devenu une victime de la violence. Juste avant, il avait appelé à "fusiller" les membres du Parti des travailleurs (PT, gauche) dans un Etat où il faisait campagne.

Beaucoup d'armes circulent au Brésil. Pas seulement celles des narco-trafiquants qui traversent des frontières avec la Bolivie ou la Colombie en forme de passoire, mais aussi des armes vendues au marché noir par des policiers ou militaires véreux.

Mais Bolsonaro l'assure: "Les armes ne génèrent pas la guerre".

Un membre de l'unité spéciale de la police de Rio de Janeiro lors d'une opération de sécurité dans la favela Complexo do Alemao, le 6 octobre 2018
Un membre de l'unité spéciale de la police de Rio de Janeiro lors d'une opération de sécurité dans la favela Complexo do Alemao, le 6 octobre 2018 ( Mauro Pimentel / AFP )

L'arrivée de Donald Trump aux Etats-Unis a fait que "les crimes de haine ont considérablement augmenté car les gens qui sont derrière ce type d'action se voient légitimés par une personne comme celle-la", estime Glauber Sezerino, sociologue et coprésident d'Autres Brésils.

Le risque est alors de voir "les réseaux de l'extrême droite brésilienne (se livrer à) des voies de fait contre les populations noires, homosexuelles, transgenres ou même les partisans de gauche", ajoute-t-il.

Bolsonaro a promis une libéralisation du port d'armes. Il pourrait s'inspirer des "Etats-Unis où on peut acheter des armes de petit calibre au (supermarché) Wall-Mart", dit M. Sezerino.

Il pourra aussi compter au Parlement sur un lobby pro-armes qui a du pouvoir.

- "La saison de la chasse" -

Bolsonaro a également indiqué qu'il allègerait les expertises psychologiques requises avant l'achat d'une arme et réduirait le temps d'attente pour un port d'arme, qui peut parfois prendre un an.

La violence est un fléau pour les 208 millions de Brésiliens
La violence est un fléau pour les 208 millions de Brésiliens ( Fernando Souza / AFP/Archives )

Dans les zones les plus dangereuses, telles les favelas, s'il devient président, celui qui a dit qu'un "bon bandit est un bandit mort" pourra "ouvrir la saison de la chasse" aux criminels, craint M. Sezerino.

Il lui suffira de s'appuyer sur les prérogatives présidentielles pour faire appel à l'armée et aux forces de sécurité nationale.

C'est la voie ouverte à des exécutions extra-judiciaires de masse, telles celles que l'on voit par milliers aux Philippines au nom de la lutte antidrogue du président Rodrigo Duterte et pour lesquelles aucun policier n'a été poursuivi.

Au Brésil, la police a déjà la gâchette facile et ne rend guère de comptes non plus, comme l'a déploré Amnesty International: elle a tué l'an dernier 5.144 personnes lors d'opérations, un chiffre en hausse de 20%.

Mais la violence n'est pas seulement urbaine dans cet immense pays.

Pour Bolsonaro "les grands propriétaires terriens doivent avoir un accès plus facile au port d'arme pour faire face au mouvement des paysans sans terre" revendiquant des terrains, comme les indigènes, ajoute M. Sezerino.

"On expulsera les gens qui occupent" des propriétés. Par la manière forte.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Toujours fébrile, la Bourse de Paris a terminé en repli et au plus bas de la séance sur l’annonce d’une réponse sévère de la Commission européenne au projet de budget italien.

Publié le 19/10/2018

Tikehau Capital a annoncé les termes de l'offre publique d'achat qu'elle a l'intention de déposer après la réalisation définitive de l'acquisition de...

Publié le 19/10/2018

Au 30 septembre 2018, le chiffre d’affaires consolidé d’Icade est ressorti en hausse de 5,5% à 1,177 milliard d'euros, portée par l’ensemble des métiers : Foncière Tertiaire (+8,6%),…

Publié le 19/10/2018

Sopra Steria a annoncé viser un taux de marge opérationnelle d’activité d’environ 7,5 %, en 2018, soit un résultat opérationnel d’activité légèrement supérieur à 300 millions…

Publié le 19/10/2018

Le groupement Alise, piloté par Vinci Energies via sa filiale SDEL Transport Grands Projets, en partenariat avec Eiffage Énergie Systèmes (50/50),...