5 444.16 PTS
+0.10 %
5 375.50
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 345.33
+0.04 %
DAX PTS
12 550.82
-0.17 %
Dowjones PTS
24 188.91
-1.06 %
6 535.33
-1.71 %
Nikkei PTS
22 278.12
+0.86 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Valls veut la "réussite" de Macron et veut y "contribuer"

| AFP | 265 | 2 par 1 internautes
L'ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls, le 28 juin 2017 à Paris
L'ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls, le 28 juin 2017 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

L'ex-Premier ministre socialiste Manuel Valls, qui a rejoint les rangs de la majorité présidentielle à l'Assemblée nationale après avoir brigué en vain l'investiture de la République en marche aux législatives, a assuré dimanche vouloir la "réussite" d'Emmanuel Macron et vouloir "contribuer à sa réussite".

Le député de l'Essonne a réfuté toute "rancoeur" ou "jalousie" à l'égard du ministre de l'Economie devenu président. "La rancoeur, la jalousie ça ne fait pas partie de mon caractère", a-t-il dit sur France 2.

"Je ne vais pas vous dire le contraire, j'aurais aimé être à sa place, mettre en oeuvre une politique qui permette de dépasser les clivages droite-gauche", a-t-il poursuivi.

Il a assuré vouloir la "réussite" du chef de l'Etat.

Battu en janvier à la primaire du PS, Manuel Valls avait soutenu Emmanuel Macron avant le premier tour de l'élection présidentielle, aux dépens du vainqueur de la primaire Benoît Hamon.

"Je veux sa réussite, ça n'est pas une posture. Je pense que nous avons vécu un petit miracle, que normalement c'est le populisme qui devait l'emporter. Nous aurions pu avoir un deuxième tour Le Pen-Mélenchon", a déclaré Manuel Valls.

"L'élection d'Emmanuel Macron (...) a permis d'éviter cela. Donc pour lui, mais pour mon pays, et pour mes idées, pour les valeurs de la République que je défends (...), oui je veux sa réussite et je veux contribuer à sa réussite", a-t-il poursuivi.

Interrogé sur le mot "fainéants" utilisé par le chef de l'Etat et qui a fait polémique, l'ex-Premier ministre a estimé qu'il fallait "faire attention aux mots, ils ont leur importance".

"Je pense qu'aujourd'hui on a besoin de vérité, de réformes puissantes (...) et on a besoin en même temps de mots qui permettent de réconcilier, d'apaiser, de rassembler", a-t-il affirmé.

"Vu la fatigue que j'ai éprouvée après ces cinq années, notamment à Matignon, je n'ai pas eu l'impression d'être fainéant", a-t-il glissé. L'entourage du chef de l'Etat avait expliqué que le mot "fainéant" visait "ceux qui n'ont pas eu le courage de faire les réformes nécessaires", citant Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 2
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/04/2018

Un appareil de Qatar Airways avant son décollage de l'aéroport international de Doha le 20 juillet 2017 ( STRINGER / AFP/Archives )Qatar Airways va continuer à se développer même si la…

Publié le 21/04/2018

A gauche, l'ex-président et nouveau Premier ministre Serge Sarkissian, le 4 mars 2016, et à droite le leader de la contestation Nikol Pashinian, le 22 juillet 2016 ( KAREN MINASYAN / AFP…

Publié le 20/04/2018

Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh lors d'une conférence interministérielle de l'Opep-non Opep à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 avril 2018 ( Amer HILABI / AFP )Le ministre…

Publié le 20/04/2018

Foncière des Régions veut fusionner avec sa filiale italienne, Beni Stabili...

Publié le 20/04/2018

ZTE estime que les sanctions américaines menacent sa survie ( Lluis GENE / AFP )Le géant chinois des télécoms ZTE a annoncé vendredi qu'il comptait se défendre après la décision…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/04/2018

Tarkett a réalisé au premier trimestre un Ebitda ajusté en retrait à 30 millions d'euros contre 52 millions d'euros au premier trimestre 2017, pénalisé par le prix des matières premières, le…

Publié le 24/04/2018

Sur le 1er trimestre 2018, l'activité de Kerlink est en progression de 19%...

Publié le 24/04/2018

Assemblée Générale Essilor 2018   Version PDF du communiqué Adoption de l'ensemble des résolutions Versement d'un dividende de 1,53 EUR par action, en…

Publié le 24/04/2018

Telerperformance a publié un chiffre d’affaires consolidé de 1,026 milliard d’euros au titre de son premier trimestre 2018, en baisse de 3,8% par rapport au premier trimestre 2017. Toutefois, il…

Publié le 24/04/2018

Coface a enregistré au premier trimestre un résultat net, part du groupe, multiplié par 4,9 à 35,5 millions d’euros et un résultat opérationnel multiplié par trois à 58,4 millions d’euros.…