En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Valls: il faut "éviter" que les jihadistes détenus en Irak rentrent en France

| AFP | 427 | 5 par 1 internautes
L'ancien Premier ministre et actuel député Manuel Valls à Paris, le 20 décembre 2017
L'ancien Premier ministre et actuel député Manuel Valls à Paris, le 20 décembre 2017 ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Manuel Valls a appelé mardi à "éviter" que les jihadistes français détenus en Irak "rentrent en France, hommes ou femmes, quelle que soit l'issue", même si "on peut intervenir auprès des autorités irakiennes" pour que, le cas échéant, la peine de mort "ne soit pas appliquée".

Pour l'ancien Premier ministre, ces jihadistes ne doivent pas être jugés en France, même s'ils risquent la peine de mort en Irak. "Nous devons éviter qu’ils rentrent en France, hommes ou femmes, quelle que soit l’issue", a-t-il affirmé sur BFMTV et RMC, ajoutant que "d'une certaine manière nous appliquons, sans le dire, une forme de déchéance de la nationalité".

"Comme le terrorisme nous fait la guerre, là on est dans un moment particulier où je pense que nous devons être intransigeants, très clairs", a-t-il développé. "C'est difficile à assumer, mais il faut le faire. Il ne faut pas le faire de manière hypocrite, nous savons ce qui se passe en Irak, nous savons quelle est la justice irakienne".

"Je pense qu'on peut intervenir auprès des autorités irakiennes pour que cette peine de mort ne soit pas appliquée, mais c'est déjà extrêmement compliqué, c'est un pays souverain", a estimé le député (ex-PS devenu app. LREM) de l'Essonne.

"Je reconnais qu'il y a une confrontation juridique, voire quasi philosophique, entre ce que représentent comme danger pour nous ces terroristes et la question de la peine de mort", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la situation dans les prisons, au 9e jour du mouvement de blocage par les surveillants, déclenché par l'agression de gardiens par un détenu jihadiste, Manuel Valls a par ailleurs estimé que les détenus radicalisés représentaient "une véritable bombe à retardement".

On est passé de "700 détenus considérés comme radicalisés" en 2015 à 1.500 début 2018, a-t-il souligné, "et on voit bien que ça va progresser".

"Tous les spécialistes vous disent que ceux qui sont dans ce processus de radicalisation n'en sortiront pas", a-t-il affirmé, plaidant plutôt pour "la prévention de la radicalisation, notamment en milieu carcéral, à l'égard des plus jeunes".

"Il faut rendre au maximum hermétique le lien possible entre radicalisés et ceux qui ne le sont pas", a déclaré l'ex-Premier ministre qui croit "à des petites unités hermétiques, décentralisées, déconcentrées, spécialisées, avec des gardiens -ils le sont- formés".

M. Valls a également estimé que les gardiens de prison "ont besoin de reconnaissance, d’empathie (...) ils ont évidemment aussi une attente en matière rémunération, de primes, de formation (...) ce travail doit être évidemment fait".

"Nous avons peut-être perdu, les uns et les autres, il faut le reconnaître, beaucoup de temps par rapport à une profession qui souffre (...) peut-être d'abord d'un manque de considération", a-t-il dit.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…