En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Valls: ce n'est pas à la France "d'aller chercher" ses ressortissants ayant rejoint l'EI

| AFP | 408 | Aucun vote sur cette news
L'ancien Premier ministre Manuel Valls le 17 octobre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris
L'ancien Premier ministre Manuel Valls le 17 octobre 2017 à l'Assemblée nationale à Paris ( Patrick KOVARIK / AFP/Archives )

Manuel Valls a estimé dimanche que ce n'était pas à la France "d'aller chercher" ses ressortissants ayant rejoint l'organisation Etat islamique en Syrie, alors que l'EI a enregistré une nouvelle défaite cette semaine avec la perte de Deir Ezzor.

"Certains sont revenus, leur place est en prison, et ces familles doivent passer devant les tribunaux", a déclaré l'ancien Premier ministre au "Grand rendez-vous Europe 1/CNEWS/Les Echos".

Faut-il rapatrier ceux encore présents sur zone pour les juger ? "Moi, je pense que non. Je pense qu'il y a un moment où la responsabilité individuelle ou d'une famille doit s'imposer. Et que ce n'est pas à nous d'aller les chercher, de traiter ces questions", a répondu Manuel Valls.

"Il y a même des pays qui ont décidé, nous avons eu ce débat difficile, de déchoir de la nationalité des personnes qui sont parties à l'extérieur pour combattre nos valeurs, pour combattre la France. Nous sommes dans une guerre, oui ou non ? En tout cas, en Irak et en Syrie, nous participons à une guerre, nous sommes dans une coalition", a-t-il rappelé.

Une vingtaine de familles de femmes parties rejoindre le "califat" unilatéralement proclamé ont écrit au président Emmanuel Macron pour lui demander de les rapatrier avec leurs enfants, mais les autorités affichent une politique de fermeté.

"S'agissant de l'Irak, lorsque des personnes qui se trouvaient sur le territoire irakien et qui sont fait prisonnières, ces personnes seront judiciarisées en Irak", a réaffirmé mardi la ministre des Armées, Florence Parly.

"En Syrie (...), si des ressortissants français sont sur ce territoire syrien et entre les mains de différentes autorités, un signalement est fait auprès du CICR" (Comité international de la Croix-Rouge), a-t-elle ajouté. "Pour les personnes qui seraient de retour sur le territoire français, elles savent qu'elles s'exposent à des poursuites judiciaires systématiques."

Selon le gouvernement français, environ 1.700 Français sont allés rejoindre les zones jihadistes irako-syriennes à partir de 2014. Sur ce total, 278 sont morts - chiffre qu'il admet lui-même sous-évalué - et 302 sont revenus en France (244 adultes et 58 mineurs).

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...