En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
-
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

Rencontre au Sénat avec des "gilets jaunes", dont Drouet, annulée in extremis

| AFP | 486 | 4.33 par 6 internautes
Eric Drouet devant le Sénat, le 9 avril 2019
Eric Drouet devant le Sénat, le 9 avril 2019 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

Des "gilets jaunes" ont dénoncé mardi les pressions du gouvernement après l'annulation d'une rencontre entre des sénateurs et une délégation de représentants du mouvement social, dont Éric Drouet, pour évoquer la privatisation controversée d'Aéroports de Paris (ADP).

"On avait un rendez-vous à 10H00 qui a été annulé 20 minutes avant avec le motif de la trop grosse ampleur médiatique que ça a pris", a expliqué Éric Drouet à la presse avant d'avancer une autre hypothèse: "On ne peut pas dire encore si c'est ma présence ou pas qui dérange ou si c'est cette réunion-là en elle-même qui dérange au gouvernement".

Comme lui, Me Philippe de Veulle, cofondateur du collectif "Robes noires et gilets jaunes", qui faisait partie de la délégation, a souligné "des motifs politiques de haut niveau, des interférences".

Au Sénat, la présidente de la commission spéciale sur le projet de loi Pacte Catherine Fournier (centriste), qui devait rencontrer cette délégation, a mis en avant le "risque de trouble à l'ordre public" après la médiatisation de la réunion par Éric Drouet.

Peu avant, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire avait fait part de son "étonnement" concernant cette invitation au Sénat l'estimant "pas responsable".

La demande de rencontre avait été formulée il y a une quinzaine de jours à la présidence du Sénat, a précisé la sénatrice à l'AFP, sans qu'il soit question de la présence de M. Drouet.

Il a été condamné fin mars à une amende pour des manifestations non déclarées et doit encore être jugé pour port d'arme prohibé, un bâton, lors d'une manifestation.

L'objectif de cette rencontre était de "discuter et de voir comment annuler la vente d'ADP", a expliqué Éric Drouet, venu manifester avec une cinquantaine de personnes devant le Sénat dans l'après-midi.

Parmi eux, Emmanuel, "gilet jaune" de 63 ans, venu dénoncer la vente de "bijoux de famille", qui sont "bradés par le gouvernement".

Des parlementaires notamment socialistes, communistes et de droite (LR) ont annoncé mardi avoir recueilli les 185 signatures d'élus nécessaires à un possible référendum d'initiative partagée (RIP) contre cette privatisation.

Cette proposition parlementaire doit désormais être validée par le Conseil constitutionnel et signée par 4,5 millions de citoyens, pour organiser le référendum.

"Le gouvernement nous dit de nous taire"

Jérôme Rodrigues, une autre figure du mouvement, trouve "regrettable" l'annulation de ce rendez-vous "d'échange démocratique". "C'est le schéma classique d'un gouvernement qui nous dit de nous taire", ajoute-t-il auprès de l'AFP.

Les sénateurs ont réfuté toute pression du gouvernement. "Le Sénat n'a jamais travaillé sur intimidation ou sur pression", a affirmé Catherine Fournier. Reconnaissant avoir reçu un appel du ministre de l'Economie, elle a souligné que "ce n'est pas ce qui a finalement déclenché la décision".

L'annulation "n'a rien à voir avec l'exécutif, sous aucune forme", a pour sa part assuré sur LCI la secrétaire d'Etat Emmanuelle Wargon.

"Le Sénat est une maison commune. Il doit rester ouvert à tous les citoyens. On peut penser ce qu'on veut d'Eric Drouet. Mais lui fermer la porte est absurde", a pour sa part tweeté la sénatrice écologiste Esther Benbassa. Elle avait reçu une dizaine de "gilets jaunes" début décembre au Sénat.

Le Sénat a rejeté mardi après-midi, sans même débattre, le projet de loi Pacte en nouvelle lecture. En première lecture, le Sénat s'était opposé à plusieurs mesures phare du texte, notamment la privatisation d'ADP et de la Française des jeux. Le texte doit être adopté définitivement par le Parlement jeudi, via un ultime vote de l'Assemblée nationale.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
6 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…