En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 963.94 PTS
+0.79 %
4 955.5
+0.94 %
SBF 120 PTS
3 961.76
+0.96 %
DAX PTS
11 236.11
+1.53 %
Dowjones PTS
24 604.19
+0.57 %
6 615.80
+1.36 %
1.140
+0.32 %

"Un pont s'effondre, c'est l'Europe" : Macron raille les "démagogues nationalistes"

| AFP | 510 | 5 par 1 internautes
Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite officielle à Helsinki, en Finlande, le 30 août 2018
Le président français Emmanuel Macron lors de sa visite officielle à Helsinki, en Finlande, le 30 août 2018 ( Jacques Witt / AFP )

"Un pont s'effondre, c'est l'Europe !" : Emmanuel Macron a raillé jeudi les "mensonges d'Etat" des "démagogues nationalistes", qu'il considère plus que jamais comme ses principaux adversaires pour les prochaines élections européennes.

La veille déjà, il avait endossé le rôle d'"opposant principal" aux "nationalistes", que lui a décerné le Premier ministre hongrois Viktor Orban, allié du ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini.

"Au terme de trois jours en Europe du nord", a-t-il plaidé jeudi lors d'une conférence de presse, "pour moi le choix est simple. Soit il y a ceux qui ont la volonté de prendre l'Europe en otage et de dire (que) tous les problèmes viennent de l'Europe. Un pont s'effondre, c'est l'Europe ! La démographie galopante en Afrique, c'est l'Europe !".

Une allusion aux critiques de Matteo Salvini, qui avait accusé la politique d'austérité européenne d'être responsable de l'effondrement du pont de Gênes, qui a fait 43 morts le 14 août.

"Ce ne sont pas ce qu'on appelle les populistes, ce sont les démagogues nationalistes", a-t-il poursuivi.

"Ceux-là oublient ce que l'Europe nous a apporté depuis 70 ans et veulent une chose : la division, le repli nationaliste, derrière chaque petite chose qui nous sépare. Et le mensonge d'Etat" renvoyant leurs responsabilités "vers un étrange décideur qui ferait à notre place".

"Et puis il y a ce cheminement exigeant, ce commerce des accords et des désaccords", a-t-il continué, rappelant avoir "combattu et défait" ces idées lors de son élection contre Marine Le Pen.

"Ceux qui disent 'Mettons dehors tous les étrangers, fermons toutes les portes' mentent : ils n'y arriveront pas car l'Europe n'est pas une île", a-t-il ajouté.

Avertissant que "la pression migratoire va durer", il a plaidé pour que l'UE, qui organise sur ce sujet un sommet le 20 septembre à Salzbourg, "entende les peurs et y apporte un réponse précise pour les calmer".

Après des entretiens avec le président finlandais Sauli Niinistö et le Premier ministre Juha Sipilä, Emmanuel Macron a souligné les convergences de vue entre la France et la Finlande, qui dans quelques mois prendra la présidence tournante de l'UE.

Les deux pays ont notamment publié une déclaration commune sur la défense européenne, appelant à "doter les Européens d"une capacité autonome d'intervention militaire".

M. Macron avait prôné le matin une révision des traités afin d'instaurer une "solidarité quasi automatique d'intervention" en cas d'attaque d'Etat de l'UE, sur le modèle de la protection mutuelle prévue par l'Otan.

Son objectif est que l'Europe dispose d'une autonomie stratégique et puisse assurer sa propre défense en se passant des Etats-Unis, avait-il déclaré la semaine dernière, prenant acte du désengagement américain.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/11/2018

Le monde de l'aéronautique est en perpétuelle évolution...

Publié le 21/11/2018

Bernin, le 21 novembre 2018       INFORMATION RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL SOCIAL       (Article L. 233-8 II du Code…

Publié le 21/11/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 21/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société de droit canadien Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB) a déclaré à l'Autorité...

Publié le 21/11/2018

A moins de 24 heures d'une réunion extraordinaire du conseil d'administration du constructeur japonais, certains membres refuseraient de se prononcer sur l'éviction de son Président...