En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 025.20 PTS
-0.17 %
5 026.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 013.27
-0.22 %
DAX PTS
11 341.00
-0.11 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
-0.34 %
1.140
-0.10 %

Un plan de 8 milliards d'euros pour "enrayer la pauvreté"

| AFP | 605 | Aucun vote sur cette news
Le président Emmanuel Macron, à Paris le 11 septembre 2018
Le président Emmanuel Macron, à Paris le 11 septembre 2018 ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP/Archives )

Emmanuel Macron dévoile jeudi un plan très attendu de lutte contre la pauvreté, d'un montant de 8 milliards d'euros sur quatre ans, espérant lancer ainsi une nouvelle phase du quinquennat davantage axée sur le social.

Le président doit prononcer dans la matinée, au Musée de l'Homme à Paris, un discours d'environ une heure consacré à une "stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté".

Le chef de l'Etat entend avec ce plan "enrayer les inégalités de destin qui se perpétuent de génération en génération" et permettre aux gens de "sortir de la pauvreté", selon son entourage.

Les mesures sont déjà "entièrement financées", a promis l'Elysée. Le montant? C'est le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, qui a vendu la mèche mercredi dans la version en ligne du quotidien 20 Minutes mercredi: le plan sera doté de "8 milliards d'euros répartis sur quatre ans".

Jeudi, M. Macron entendra d'abord les témoignages "de personnes vivant dans la précarité ou ayant réussi à en sortir", avant de livrer "un discours de philosophie générale et de sens", a-t-on expliqué à l'Elysée.

Les détails de la stratégie seront ensuite développés par la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, et le délégué interministériel chargé du dossier, Olivier Noblecourt.

Soucieux de combattre l'image de "président des riches" que lui colle l'opposition, M. Macron avait passé cinq heures lundi dans un centre d'ATD Quart Monde pour échanger avec des personnes touchées par la grande pauvreté, une rencontre qui devrait "nourrir les mots de son discours", ont expliqué ses conseillers.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à Paris le 11 juillet 2018
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à Paris le 11 juillet 2018 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

En présentant ce plan lui-même, Emmanuel Macron veut démontrer l'importance qu'il lui accorde, cinq jours avant la présentation d'une réorganisation du système de santé.

Cette "stratégie nationale" s'appuiera sur deux "piliers", la prévention de la précarité, notamment chez les plus jeunes, et l'aide à la réinsertion vers l'emploi, a détaillé mercredi un conseiller du chef de l'Etat lors d'une rencontre avec la presse.

- "repenser les minima sociaux" -

Sur le premier volet, le plan prévoit notamment d'ouvrir davantage les crèches aux enfants de quartiers prioritaires ou défavorisés - via des bonus financiers aux collectivités -, de créer un fonds pour financer des petits-déjeuners dans les écoles prioritaires ou des tarifs sociaux dans les cantines.

Taux de pauvreté en France
Taux de pauvreté en France ( Simon MALFATTO / AFP )

Pour les jeunes, l'obligation de formation passera de 16 à 18 ans. Des moyens supplémentaires seront attribués aux missions locales pour qu'elles repèrent les décrocheurs du système scolaire et leur proposent des formations.

En outre, le dispositif "garantie jeune", pour les 16-25 ans les plus éloignés de l'emploi, sera étendu à "500.000 jeunes avant la fin du quinquennat", contre 100.000 actuellement.

L'Etat veut par ailleurs trouver des solutions avec les départements pour prolonger le suivi des enfants de l'Aide sociale à l'enfance. "Il sera possible de bénéficier de l'aide sociale à l'enfance jusqu'à 21 ans. On ne lâchera plus les jeunes précaires après leur majorité", assure Benjamin Griveaux.

En matière de santé, la CMU (couverture maladie universelle) sera étendue à plusieurs millions de personnes pour qu'elles bénéficient d'une complémentaire santé.

Concernant le "deuxième pilier", l'Elysée promet le "développement massif de dispositifs d'insertion par l'activité économique", considérant que "le retour au travail est le meilleur outil de lutte contre la pauvreté".

Chantiers d'insertion, territoires zéro chômeurs, Travail alternatif payé à la journée (Tapaj)... L'ambition est d'étendre ces dispositifs à 100.000 bénéficiaires supplémentaires d'ici 2022, contre 140.000 aujourd'hui.

Taux de pauvreté en France
Taux de pauvreté en France ( Maryam EL HAMOUCHI / AFP )

Pour Benjamin Griveaux, qui ne détaille pas les moyens supplémentaires, notamment humains, qui seront déployés, "il est normal d'attendre en retour une responsabilisation des personnes accompagnées. Ceux qui ne suivront pas les parcours d'emploi, les formations, ceux-là bien sûr seront sanctionnés".

Le président, qui s'était emporté en juin contre +le pognon de dingue+ que représentent les aides sociales, devrait en outre faire des annonces visant à "repenser les minima sociaux", dont le RSA. Il devrait ainsi annoncer une simplification des démarches afin que les travailleurs sociaux aient plus de temps pour accompagner les bénéficiaires.

L'Elysée a vanté un "changement radical d'approche" pour passer d'une "logique de prestation monétaire" au développement de l'"accompagnement social" dans un pays qui compte près de 9 millions de pauvres, dont 3 millions d'enfants.

jri-ab-jlo-cel/pb

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/11/2018

L'opération SQLI s'effectue au prix de 18 euros par action...

Publié le 16/11/2018

 CRÉDIT AGRICOLE S.A.   Société anonyme au capital de 8 559 311 468 EUROS Siège social : 12, Place des Etats-Unis - 92127 Montrouge Cedex France 784608416…

Publié le 16/11/2018

Veuillez trouver ci-dessous un communiqué de presse d'Aedifica (une société immobilière réglementée publique de droit belge, cotée sur Euronext Brussels), relatif à un rachat…

Publié le 16/11/2018

    Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Monthly information relating to the total number of…

Publié le 16/11/2018

    CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 167 886 006,48 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000 Saint-Etienne 554 501 171 R.C.S.…