En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 884.26 PTS
-
5 903.0
-
SBF 120 PTS
4 629.46
-
DAX PTS
13 221.64
-
Dow Jones PTS
28 132.05
+0.79 %
8 466.89
+0.77 %
1.117
-0.08 %

Un an après sa création, Place publique s'accroche à son ambition d'unir la gauche

| AFP | 303 | Aucun vote sur cette news
Raphaël Glucksmann, le 2 mai 2019 à Bordeaux
Raphaël Glucksmann, le 2 mai 2019 à Bordeaux ( NICOLAS TUCAT / AFP/Archives )

Un an après sa création, Place publique, co-fondée par l'essayiste Raphaël Glucksmann, s'accroche à son ambition d'unir la gauche sous une seule bannière, mais si le mouvement participe à nombre de rassemblements en vue des municipales de mars, il peine toujours à exister dans l'opinion.

A l'instar des autres formations de sa famille politique, Place publique a mis la "social-écologie" au cœur de son projet. Elle se veut aussi fortement "démocratisée", et toutes les décisions sont soumises au vote des militants.

"On a envie de créer une structure collective, où toutes les tendances sociales, écologistes et solidaires pourront se retrouver, et faire connaître les mobilisations citoyennes qui existent déjà", affirmait fin 2018 M. Glucksmann.

Un an plus tard, cette structure collective peine à se mettre en place. Pour Place publique, qui compte "plusieurs milliers" d'adhérents, selon ses dirigeants, amener les écologistes d'EELV dans le giron commun s'avère une tâche difficile. EELV, fort de son succès relatif aux élections européennes en mai (troisième position avec 13,5%), présentera une tête de liste écologiste dans la quasi totalité des villes de plus de 100 000 habitants.

Pourtant, "la seule possibilité pour nous (la gauche), c'est l'union. Pour une alternative crédible, il faut un seul mouvement. Sinon, nous seront condamnés à manger du pop-corn en regardant le match Macron-Le Pen" se répéter en 2022, analyse M. Glucksmann.

Avec sa stratégie de "rassemblement le plus large possible" dès le premier tour, Place publique ambitionne d'"apporter "un nouveau souffle" à la gauche, "en associant les citoyens aux décisions", explique Emilie Agnoux, chargée des municipales au sein du mouvement.

Par exemple, à Toulouse, Place publique participe à "l'Archipel citoyen" qui rassemble EELV, LFI et des collectifs citoyens derrière l'écologiste Antoine Maurice. A Saint-Malo, il organise des "+cafés malouins+, avec les citoyens pour co-produire le programme municipal".

"Nouveau souffle à gauche"

Presque partout ailleurs (Lyon, Marseille, Nantes, Paris...), il est de tous les rassemblements de gauche. Allié à LFI à Vannes, Place publique est même en tête de la liste, avec François Riou.

Aux Européennes, allié au PS - au grand dam des mitterrandistes historiques, outrés qu'il ait mis en cause leur ancien mentor dans un film sur le Rwanda - la liste Glucksmann n'avait réussi qu'un petit 6,5%. De quoi sauver les meubles malgré tout, avec l'envoi de six députés à Strasbourg, dont deux de Place Publique (lui-même et Aurore Lalucq).

"Après les Européennes, personne n'est mort, tout le monde est faible", juge-t-il aujourd'hui, promettant qu'il y aura "un rééquilibrage aux municipales". Après, "on fera le grand dépassement", veut-il croire. "Il nous restera deux ans (avant la présidentielle de 2022). Mais si la dynamique n'est pas enclenchée dans l'année qui suit les municipales, c'est cuit".

Ce qu'il souhaite, c'est un candidat unique à gauche en 2022, dès le premier tour. Pourquoi pas lui, l'interroge l'AFP ? "Je ne veux pas être président", assure-t-il dans un grand sourire.

Si le discours stratégique et théorique de Place publique est bien rôdé, la pratique est plus compliquée. Les deux autres co-fondateurs du mouvement ont ainsi déjà claqué la porte.

En mars dernier, l'économiste Thomas Porcher dénonçait "une liste d'apparatchiks, pas de citoyens". Et en octobre, c'était au tour de Claire Nouvian de rendre sa carte, "dégoûtée par les luttes intestines" d'un parti "où les courtisans réussissent plus que les combattants".

"Place publique ne s'est pas mal débrouillée stratégiquement", estime pourtant le politologue Jean-Daniel Lévy: "C'est une petite formation avec une personnalité identifiée qui ne la +ramène+ pas trop. Peu connue de l'opinion publique, elle est en revanche bien identifiée par la sphère politique".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2019

Le règlement-livraison des OCA aura lieu le 16 décembre 2019...

Publié le 12/12/2019

Le fonds activiste Elliott apporterait ses titres Altran à l'OPA de Capgemini à 18 euros par action, selon des sources citées jeudi par 'Reuters'. Pour l'instant, l'offre reste fixée à 14 euros.

Publié le 12/12/2019

L'action Facebook a perdu 2,7% jeudi à Wall Street après un article du 'Wall Street Journal' évoquant de possibles mesures anti-trust contre le réseau social.

Publié le 12/12/2019

Succès de l'opération d'actionnariat salarié de Spie : 'Share for you 2019'...

Publié le 12/12/2019

Le management de Biophytis rencontrera, de façon individuelle, des investisseurs et présentera les évolutions de son principal candidat-médicament Sarconeos (BIO101) actuellement en phase 2b…