5 302.17 PTS
+0.23 %
5 289.5
+0.04 %
SBF 120 PTS
4 251.13
+0.27 %
DAX PTS
12 470.49
-0.14 %
Dowjones PTS
25 052.03
+0.35 %
6 834.45
+0.81 %
Nikkei PTS
21 970.81
+0.21 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Ultime feu vert de l'Assemblée à la réforme de l'accès à l'université

| AFP | 107 | Aucun vote sur cette news
Des étudiants travaillent dans une bibliothèque de l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017
Des étudiants travaillent dans une bibliothèque de l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

L'Assemblée a donné jeudi son ultime feu vert à la réforme de l'accès à l'université, qui supprime le tirage au sort, la gauche réaffirmant vivement son opposition à une "sélection qui ne dit pas son nom".

Le texte, approuvé par 49 voix contre 13, qui devait être voté définitivement au Parlement dans la soirée avec un ultime vote du Sénat avait fait l'objet d'un accord entre députés et sénateurs mardi en Commission mixte paritaire (CMP).

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a défendu dans l'hémicycle un projet ayant "pour épine dorsale" la volonté "d'accompagner plus de lycéens et d'étudiants vers l'enseignement supérieur et la réussite".

Elle a assuré qu'avec la version de compromis Assemblée-Sénat "l'essentiel est bien là", insistant notamment sur le fait que "rien" ne permettra "d'établir un lien mécanique entre les capacités d'accueil et les taux d'insertion professionnelle".

Elle répondait ainsi à la Fage, premier syndicat étudiant, qui soutenait le texte jusqu'alors et a estimé jeudi qu'"une ligne rouge" avait été franchie sur ce point. L'organisation n'a pas exclu une mobilisation, alors que jusque là, le projet de loi a peu fait descendre les étudiants dans la rue.

Les LREM et MoDem ont défendu "une loi juste" et "la fin de la sélection par l'échec", les LR présents, qui avaient voté contre en première lecture, se sont abstenus.

Constance Le Grip (LR) a déploré que le mot de sélection soit "resté tabou" alors qu'il "commence de plus en plus à rimer avec qualité", dépeignant la réforme comme "une occasion manquée" et "timide".

Les trois groupes de gauche ont manifesté à nouveau leur franche opposition.

Marie-George Buffet (PCF) a notamment souligné que "la majorité a clairement choisi la sélection", dénonçant une réforme "idéologique".

Pour Nouvelle Gauche, George Pau-Langevin a exprimé des inquiétudes sur "cette nouvelle sélection qui ne dit pas son nom", craignant "une entrave à l'égalité d'accès et au savoir".

La socialiste a aussi jugé "vexant" que la loi soit débattue alors qu'elle a déjà commencé à s'appliquer avec la plateforme d'inscription Parcoursup, lancée en janvier, indiquant que son groupe rejetterait une réforme "qui se moque de ce que nous pouvons en penser".

Les Insoumis, qui ont défendu en vain une motion de rejet (rejetée par 44 voix contre 8), ont dénoncé un texte qui vient, selon Sabine Rubin, "ébranler les fondements de notre système éducatif".

L'occasion d'échanges tendus avec le rapporteur Gabriel Attal (LREM) qui a dénoncé des "contre-vérités" de leur part, se voyant accuser par Bénédicte Taurine (LFI) d'"aboyer" et de faire preuve d'"arrogance".

Pour Eric Coquerel (LFI), le texte, "liberticide", instaure "une frontière sociale pour des centaines de milliers de jeunes qui souhaitent accéder à l'enseignement supérieur". "J'espère que les jeunes sauront faire en sorte" qu'il aille "aux oubliettes de l'histoire", a lancé cet élu de Seine-Saint-Denis.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 21/02/2018

Robert Allard, petit-fils du sergent Fournier, prononce un discours pour l'inhumation de son grand-père à la nécropole nationale de Douaumont dans la Meuse, le 21 février 2018 (…

Publié le 21/02/2018

En repli en matinée, les principaux marchés actions ont finalement terminé en ordre dispersé dans le sillage de l'ouverture positive de Wall Street. Le CAC 40, qui a perdu jusqu'à 0,6%, clôture…

Publié le 21/02/2018

 Voir infographie et version PDF en pièce jointe. Rueil-Malmaison, le 21 février 2018   VINCI Construction retenu pour la construction d'une nouvelle liaison…

Publié le 21/02/2018

Presque chaque séance qui passe apporte un nouveau développement s’agissant de l’offre de rachat de Broadcom sur Qualcomm. Ce dernier ayant relevé hier le prix proposé pour s’offrir un autre…

Publié le 21/02/2018

Les prix des matières alimentaires et des matériaux industriels en France continue à évoluer à fronts renversés en janvier. Selon l'Insee, les premiers ont enchainé un deuxième mois…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2018

STM et AdaSky, une start-up israélienne qui met la technologie de l'infrarouge lointain (FIR) au service du marché automobile pour permettre aux...

Publié le 21/02/2018

TONNA ELECTRONIQUE Société anonyme au capital de 7.196.432 euros Siège social : 36, avenue Hoche 51100 REIMS 324 165 521 R.C.S. REIMS Cotée sur Euronext PARIS…

Publié le 21/02/2018

Le chiffre d'affaires des activités poursuivies de Technicolor s'est élevé à 4...

Publié le 21/02/2018

Faurecia annonce qu'il a mandaté BNP Paribas, Natixis et Société Générale en tant que Joint Global Coordinators et CM CIC, Commerzbank et Santander en...

CONTENUS SPONSORISÉS