En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 036.16 PTS
+0.22 %
5 012.5
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 013.65
+0.01 %
DAX PTS
11 347.87
+0.06 %
Dowjones PTS
25 413.22
+0.49 %
6 867.02
+0.00 %
1.142
+0.04 %

Ultime feu vert de l'Assemblée à la réforme de l'accès à l'université

| AFP | 420 | Aucun vote sur cette news
Des étudiants travaillent dans une bibliothèque de l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017
Des étudiants travaillent dans une bibliothèque de l'université de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, le 11 octobre 2017 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

L'Assemblée a donné jeudi son ultime feu vert à la réforme de l'accès à l'université, qui supprime le tirage au sort, la gauche réaffirmant vivement son opposition à une "sélection qui ne dit pas son nom".

Le texte, approuvé par 49 voix contre 13, qui devait être voté définitivement au Parlement dans la soirée avec un ultime vote du Sénat avait fait l'objet d'un accord entre députés et sénateurs mardi en Commission mixte paritaire (CMP).

La ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a défendu dans l'hémicycle un projet ayant "pour épine dorsale" la volonté "d'accompagner plus de lycéens et d'étudiants vers l'enseignement supérieur et la réussite".

Elle a assuré qu'avec la version de compromis Assemblée-Sénat "l'essentiel est bien là", insistant notamment sur le fait que "rien" ne permettra "d'établir un lien mécanique entre les capacités d'accueil et les taux d'insertion professionnelle".

Elle répondait ainsi à la Fage, premier syndicat étudiant, qui soutenait le texte jusqu'alors et a estimé jeudi qu'"une ligne rouge" avait été franchie sur ce point. L'organisation n'a pas exclu une mobilisation, alors que jusque là, le projet de loi a peu fait descendre les étudiants dans la rue.

Les LREM et MoDem ont défendu "une loi juste" et "la fin de la sélection par l'échec", les LR présents, qui avaient voté contre en première lecture, se sont abstenus.

Constance Le Grip (LR) a déploré que le mot de sélection soit "resté tabou" alors qu'il "commence de plus en plus à rimer avec qualité", dépeignant la réforme comme "une occasion manquée" et "timide".

Les trois groupes de gauche ont manifesté à nouveau leur franche opposition.

Marie-George Buffet (PCF) a notamment souligné que "la majorité a clairement choisi la sélection", dénonçant une réforme "idéologique".

Pour Nouvelle Gauche, George Pau-Langevin a exprimé des inquiétudes sur "cette nouvelle sélection qui ne dit pas son nom", craignant "une entrave à l'égalité d'accès et au savoir".

La socialiste a aussi jugé "vexant" que la loi soit débattue alors qu'elle a déjà commencé à s'appliquer avec la plateforme d'inscription Parcoursup, lancée en janvier, indiquant que son groupe rejetterait une réforme "qui se moque de ce que nous pouvons en penser".

Les Insoumis, qui ont défendu en vain une motion de rejet (rejetée par 44 voix contre 8), ont dénoncé un texte qui vient, selon Sabine Rubin, "ébranler les fondements de notre système éducatif".

L'occasion d'échanges tendus avec le rapporteur Gabriel Attal (LREM) qui a dénoncé des "contre-vérités" de leur part, se voyant accuser par Bénédicte Taurine (LFI) d'"aboyer" et de faire preuve d'"arrogance".

Pour Eric Coquerel (LFI), le texte, "liberticide", instaure "une frontière sociale pour des centaines de milliers de jeunes qui souhaitent accéder à l'enseignement supérieur". "J'espère que les jeunes sauront faire en sorte" qu'il aille "aux oubliettes de l'histoire", a lancé cet élu de Seine-Saint-Denis.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Différents Types d'Ordres de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

Tradez les indices mondiaux au travers des CFD
Mercredi 7 décembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 19/11/2018

Telecom Italia (TIM), dont Vivendi est le premier actionnaire avec 24% du capital, grimpe de 3,76% à 0,54 euro, dans le sillage de la nomination de Luigi Gubitosi au poste de Directeur général,…

Publié le 19/11/2018

Basé sur le signalement d’un lanceur d’alerte, Nissan a mené une enquête interne au cours des derniers mois concernant des pratiques inappropriées de Carlos Ghosn, le PDG de l’Alliance…

Publié le 19/11/2018

Carlos Ghosn, président du conseil d'administration de Nissan, donne une conférence de presse à Détroit aux Etats-Unis, le 11 janvier 2016 ( GEOFF ROBINS / AFP/Archives )Le constructeur…

Publié le 19/11/2018

Les hedge-funds continuent à parier sur une baisse des cours de l'or noir...

Publié le 19/11/2018

La 158e vente des Hospices de Beaune à Beaune (Côte-d'Or), le 18 novembre 2018 ( ROMAIN LAFABREGUE / AFP )La 158e vente des vins des Hospices de Beaune a battu un record historique pour la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/11/2018

D'un point de vue graphique, le titre repart à la baisse après avoir enfoncé le niveau de support des 8.95 euros, ainsi que ses moyennes mobiles à 20 et 50 séances. En outre, le trou de cotation…

Publié le 19/11/2018

Telecom Italia (TIM), dont Vivendi est le premier actionnaire avec 24% du capital, grimpe de 3,76% à 0,54 euro, dans le sillage de la nomination de Luigi Gubitosi au poste de Directeur général,…

Publié le 19/11/2018

  COMMUNIQUE DE PRESSE   Technicolor : Commentaires sur les informations circulant sur le marchE     Paris (France), 19 novembre 2018 - Des dépêches d'agence…

Publié le 19/11/2018

Basé sur le signalement d’un lanceur d’alerte, Nissan a mené une enquête interne au cours des derniers mois concernant des pratiques inappropriées de Carlos Ghosn, le PDG de l’Alliance…