En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 422.54 PTS
+0.24 %
5 436.00
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 340.58
+0.16 %
DAX PTS
12 661.54
+0.80 %
Dowjones PTS
25 119.89
+0.22 %
7 403.89
+0.63 %
Nikkei PTS
22 697.36
-

UE: pas d'action collective possible contre Facebook, selon l'avocat général de la CJUE

| AFP | 424 | Aucun vote sur cette news
L'Autrichien Max Schrems à la Cour de justice européenne à Luxembourg, le 6 octobre 2015
L'Autrichien Max Schrems à la Cour de justice européenne à Luxembourg, le 6 octobre 2015 ( JOHN THYS / AFP/Archives )

L'avocat général de la Cour de justice de l'UE (CJUE) a rejeté mardi la possibilité de lancer une action collective en Autriche contre le réseau social Facebook, comme le souhaite un juriste et militant autrichien au nom de consommateurs de différentes nationalités.

Max Schrems, également à l'origine de procès retentissants contre Facebook en Irlande, où est installé le siège européen de l'entreprise, peut en revanche poursuivre en son nom propre le géant américain devant la justice autrichienne, a estimé l'avocat général Michal Bobek.

Ces conclusions n'engagent pas la Cour, mais constituent un avis juridique pour lui permettre de trancher dans les prochains mois sur ce cas porté devant la justice européenne par la Cour suprême autrichienne.

Dans cette affaire autrichienne, M. Schrems estime que Facebook a violé ses droits au respect de la vie privée ainsi que ceux d'autres utilisateurs de Facebook, dont certains domiciliés dans d'autres pays de l'UE et des pays tiers, qui l'ont autorisé à les représenter.

Selon l'avocat général, M. Schrems "est en droit d'intenter une action contre son partenaire contractuel étranger devant les tribunaux de son domicile".

Mais il "ne peut pas faire valoir, en même temps que ses propres droits, des droits ayant le même objet cédés par d'autres consommateurs domiciliés dans le même Etat membre, dans d'autres Etats membres ou dans des Etats tiers".

De telles actions collectives à l'échelle européenne pourraient être bénéfiques aux consommateurs et au système judiciaire, "si elles elles sont bien conçues et bien mises en oeuvre", reconnaît l'avocat général.

Toutefois, "il appartient non pas à la Cour de créer de telles actions collectives en matière de contrats conclus par un consommateur, mais, en fin de compte, au législateur de l'Union", poursuit-il.

M. Schrems n'en est pas à son coup d'essai: c'est l'une de ses plaintes contre Facebook en Irlande qui a abouti à l'invalidation par la CJUE en 2015 de "Safe Harbour", le cadre juridique qui régissait depuis quinze ans les transferts de données personnelles à des fins commerciales entre l'UE et les Etats-Unis.

Ce cadre juridique a été remplacé à l'été 2016, après de longues négociations avec Washington, par de nouvelles règles plus protectrices pour les consommateurs européens, connues sous le nom de "Privacy shield".

Un porte-parole de Facebook a salué mardi les conclusions de l'avocat général, qui soutiennent "les décisions de deux cours selon lesquelles les requêtes de M. Schrems ne peuvent pas être traitées en tant qu'+actions collectives+ au nom d'autres consommateurs devant la justice autrichienne".

Facebook contestait par ailleurs la qualité de "consommateur" de M. Schrems, estimant qu'il fallait le considérer comme un professionel du fait de ses nombreuses activités militantes en faveur de la protection des données personnelles.

Mais l'entreprise n'a pas eu gain de cause sur ce point, à la grande satisfaction de M. Schrems, qui y a vu "un signal important pour tous les citoyens qui s'engage dans le bénévolat", dans un communiqué.

M. Schrems a en revanche déploré le rejet de la possibilité d'un recours collectif, le trouvant "difficile à comprendre" et souhaitant que les juges de la CJUE en décident autrement dans l'arrêt désormais attendu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

Le premier domaine d'application de ce partenariat concernera le raffinage...

Publié le 17/07/2018

Le Groupe anticipe une légère dégradation de son chiffre d'affaires sur l'exercice 2018-2019...

Publié le 17/07/2018

Le plan national égyptien vise à développer plus de 13 GW de capacité renouvelable...

Publié le 17/07/2018

Les OCA ne portent pas de bons de souscription d'actions (BSA), et portent sur 8 ME maximum de nominal...

Publié le 17/07/2018

Les ampoules seront commercialisées sous la marque AwoX avec le co-branding Deutsche Telekom Magenta SmartHome...