5 501.88 PTS
-
5 514.00
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 405.23
-
DAX PTS
13 010.55
-0.74 %
Dowjones PTS
25 090.48
-0.34 %
7 255.76
-0.33 %
Nikkei PTS
22 737.82
-0.50 %

Uber règle à l'amiable une plainte sur la protection des données

| AFP | 259 | Aucun vote sur cette news
L'application Uber utilisée à Londres, le 28 octobre2016
L'application Uber utilisée à Londres, le 28 octobre2016 ( DANIEL SORABJI / AFP/Archives )

Le service de location de voitures avec chauffeur Uber a réglé à l'amiable, et sans payer d'amende, des plaintes selon lesquelles il n'a pas suffisamment protégé les données informatiques de ses clients et des conducteurs, a annoncé mardi la Commission fédérale du commerce américaine (FTC).

Uber s'est engagé dans le cadre de cet accord à améliorer ses systèmes de protection des données.

Uber faisait notamment face à des accusations lui reprochant d'avoir laissé ses employés utiliser un logiciel, appelé "God View" (la vue de Dieu), permettant de suivre les déplacements de ses clients et qui avait été dénoncé comme susceptible de pister d'éventuels enquêteurs et journalistes.

Une autre plainte dénonçait Uber pour ne pas avoir suffisamment protégé les données de 100.000 de ses chauffeurs.

"Uber a manqué à ses obligations vis à vis des consommateurs de double façon: premièrement en ne disant pas la vérité sur la manière dont il contrôlait l'accès de ses employés aux données personnelles de ses utilisateurs et de ses chauffeurs et, deuxièmement, en affirmant faussement qu'il avait pris des mesures suffisantes pour protéger ces données", a déclaré le président par intérim de la FTC Maureen Ohlhausen, citée dans un communiqué.

Dans le cadre du règlement, Uber devra notamment mettre en place des audits indépendants et pourra être passible d'amendes s'il n'améliore pas la protection des données privées, indique la FTC. Celle-ci rappelle qu'en novembre 2014 Uber s'était déjà engagé à ce que ses employés ne puissent pas accéder aux données des clients et des chauffeurs en dehors des raisons de service.

Uber traverse depuis sa création une série de scandales et d'accusations liés à la manière dont il gère son service et paie ses chauffeurs ainsi que sur sa culture d'entreprise. Le groupe californien est de surcroît en pleine bataille entre ses actionnaires sur le remplacement de son ex-PDG et fondateur Travis Kalanick qui a démissionné en juin sous la pression d'une partie de son conseil d'administration.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/06/2018

Le contrat de Délégation de service public prévoit dans cette situation le paiement des pertes supportées par le concessionnaire soit 150 ME à fin 2017...

Publié le 15/06/2018

De nouveaux administrateurs...

Publié le 15/06/2018

Retour d'assemblée générale ABC arbitrage...

Publié le 15/06/2018

Le géants des concessions et du BTP aurait d'ores et déjà contacté des investisseurs en vue de la privatisation d'ADP, selon des sources citées par l'agence 'Reuters'.

Publié le 15/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles a été fixé à 108,58 euros...