5 390.46 PTS
+0.20 %
5 384.00
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 288.57
+0.16 %
DAX PTS
13 067.58
+0.45 %
Dowjones PTS
23 579.66
+0.23 %
6 406.39
+0.32 %
Nikkei PTS
22 550.85
+0.12 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump tweete à l'ombre de "la Grande muraille électronique" chinoise

| AFP | 136 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump, lors d'un discours à Séoul, le 8 novembre 2017
Le président américain Donald Trump, lors d'un discours à Séoul, le 8 novembre 2017 ( Lee Jin-man / AFP )

Donald Trump a franchi mercredi la "Grande muraille électronique" chinoise en se tournant depuis Pékin vers son outil de communication favori, Twitter, que le régime communiste bannit, au même titre que Facebook et Google.

Car Pékin censure scrupuleusement les contenus diffusés sur internet. La répression s'est encore accrue ces derniers mois, avec la fermeture de blogs et des enquêtes ouvertes pour "obscénité" contre certaines plateformes chinoises.

D'où les interrogations sur d'éventuels tweets de Donald Trump durant l'étape chinoise de sa tournée en Asie. Interrogations que le président américain a balayées mercredi soir en remerciant sur Twitter son homologue chinois Xi Jinping.

Le président américain Donald Trump, au côté de son épouse Melania Trump, à Pékin, le 8 novembre 2017
Le président américain Donald Trump, au côté de son épouse Melania Trump, à Pékin, le 8 novembre 2017 ( Andy Wong / POOL/AFP )

"Au nom de la première dame Melania et moi-même, MERCI pour cette après-midi et cette soirée inoubliables dans la Cité interdite, président Xi et madame Peng Liyuan", a-t-il écrit dans un premier tweet.

"Nous sommes impatients de vous retrouver demain matin!", a ajouté M. Trump, retweetant un tweet de l'AFP (@AFP) avec une photo des deux couples présidentiels, de dos, face à la Cité interdite, avant d'adresser un "MERCI à la Chine pour ce merveilleux accueil", dans un autre tweet.

Interrogé pour savoir si le président des Etats-Unis pourrait tweeter pendant sa visite, le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Zheng Zeguang s'était voulu rassurant vendredi devant la presse: "Les moyens de communication du président Trump avec l'extérieur ne doivent pas être pour vous un sujet de préoccupation".

"Le président tweetera ce qu'il voudra", avait assuré mercredi à la presse un haut responsable de l'administration américaine.

S'il a fréquemment utilisé sa messagerie fétiche depuis son élection il y a un an pour dénoncer l'excédent commercial chinois ou l'inaction supposée de Pékin face à la Corée du Nord, M. Trump n'a en revanche guère évoqué la situation des droits de l'Homme en Chine.

En vertu d'une loi adoptée par Pékin en 2013, les internautes peuvent être passibles de trois ans de prison pour un message diffamatoire rediffusé plus de 500 fois. La loi prévoit aussi la prison pour un tel message vu plus de 5.000 fois.

Une loi de 2016 interdit la publication de contenus portant atteinte à "l'honneur national", "troublant l'ordre économique ou social" ou destinés à "renverser le système socialiste".

Récemment, plusieurs grands groupes technologiques chinois ont été mis à l'amende pour n'avoir pas d'eux-mêmes éliminé des contenus illégaux tels que de la pornographie ou de la violence.

- 'Pas vivre sans Twitter' -

Comme tout visiteur étranger, Donald Trump peut, lui, continuer à tweeter en Chine à condition de payer des frais d'itinérance.

"Mais tout dépend de la politique des autorités chinoises. Si elles décident d'interdire l'itinérance, elles peuvent le faire", avertit James Gong, expert du droit d'internet au cabinet d'avocats Herbert Smith Freehills.

"Quand on est président, ça ne devrait pas poser de problème. Donald Trump ne peut pas vivre sans Twitter", observe-t-il.

Les téléphones en itinérance utilisent l'infrastructure locale, ce qui soulève la question de la confidentialité des conversations. Mais M. Trump utilise vraisemblablement une technologie ultra-sécurisée.

Le milliardaire pourrait toutefois utiliser un autre appareil que son téléphone habituel pendant son séjour en Chine, pour ne pas tenter d'éventuels pirates.

S'ils veulent pouvoir passer au dessus de la Grande muraille, les internautes doivent recourir à un VPN, un réseau privé virtuel, qui permet d'accéder aux sites bloqués en Chine. Mais Pékin a averti en début d'année que ces logiciels allaient être soumis à autorisation, faisant craindre une interdiction pure et simple.

Les téléphones utilisant un VPN sont "généralement" à l'abri des pirates informatiques, estime Charlie Smith, cofondateur du mouvement anti-censure Greatfire.org.

"Comme vous le savez, chaque jour, presque toutes les communications mobiles sont contrôlées en Chine et des dizaines de milliers de personnes sont sous étroite surveillance", explique-t-il à l'AFP.

La Chine dispose de sa version nationale de Twitter, Weibo, qui revendique plus de 300 millions d'utilisateurs actifs chaque mois.

Les weibonautes semblaient plutôt tièdes à l'égard de la visite de Donald Trump. L'un d'entre eux à diffusé un tableau montrant le niveau de pollution à Pékin, pour se demander si le président américain allait regretter d'avoir quitté l'accord de Paris sur le climat.

Mais les Chinois doivent faire attention à ce qu'ils écrivent. L'an dernier, un homme a été condamné à un an de prison pour avoir critiqué la réforme agraire sur un compte Weibo de la police routière.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/11/2017

Saint-Gobain a acquis 90% des actions d'Isoroc Pologne ainsi que la marque Isoroc en Europe...

Publié le 24/11/2017

XPO Logistics a remporté une importante extension de contrat avec CHEP France, l'un des leaders mondiaux de la location-gestion de palettes, caisses...

Publié le 24/11/2017

Sephora (LVMH) inaugure son nouveau siège social à Neuilly-sur-Seine...

Publié le 24/11/2017

Aquila publie un chiffre d'affaires du troisième trimestre en retrait de 2% à 4,74 ME, pour un chiffre d'affaires à neuf mois en déclin de 2%...

Publié le 24/11/2017

Le groupe familial Doulcet a déclaré avoir franchi en baisse, le 22 novembre 2017, les seuils de 10% et 5% du capital et des droits de vote de...

CONTENUS SPONSORISÉS