5 420.58 PTS
+1.33 %
5 414.5
+1.36 %
SBF 120 PTS
4 324.40
+1.35 %
DAX PTS
13 312.30
+1.59 %
Dowjones PTS
24 805.21
+0.62 %
6 518.29
+0.80 %
Nikkei PTS
22 901.77
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump-Poutine: contentieux en série

| AFP | 231 | Aucun vote sur cette news
Effigies de Poutine et Trump en forme de poupées russes. Photo prise le 6 juillet 2017 à Moscou.
Effigies de Poutine et Trump en forme de poupées russes. Photo prise le 6 juillet 2017 à Moscou. ( Kirill KUDRYAVTSEV / AFP )

Syrie, Ukraine, accusations d'ingérence russe dans l'élection on américaine: Donald Trump et Vladimir Poutine ont eu une explication de texte sur nombre de sujets vendredi lors de leur première rencontre en Allemagne.

Le poison de l'ingérence russe

Les deux dirigeants se sont d'abord efforcés de déminer un dossier explosif pour Donald Trump, soupçonné par ses détracteurs d'avoir bénéficié d'actions en coulisses des Russes pour saboter la campagne de Hillary Clinton lors de la présidentielle américaine en 2016.

Ils ont eu un échange "très vigoureux" et selon la version de Moscou, Donald Trump a finalement "accepté" les dénégations russes.

Le président américain avait pourtant concédé la veille à Varsovie que la Russie avait pu interférer dans l'élection américaine.

Plusieurs enquêtes, dont l'une menée par le FBI, sont par ailleurs en cours sur des liens présumés entre l’entourage de campagne de Donald Trump et le Kremlin.

Syrie, tentative de rapprochement

Donald Trump a ulcéré Moscou en ordonnant la première riposte américaine contre le régime syrien, allié de Moscou, à la suite d'une attaque chimique le 4 avril imputée aux forces de Bachar al-Assad.

Donald Trump a alors jugé "possible" que des Russes aient été au courant de l'attaque et traité le président syrien de "boucher et d'"animal". Il a promis de nouvelles représailles en cas de récidive chimique.

La destruction d'un avion syrien par la chasse américaine le 18 juin, qualifiée "d'agression" par la Russie, a aussi mis de l'huile sur le feu.

Dans ce contexte volatil, les deux pays sont toutefois convenus vendredi à Amman d'un cessez-le-feu à partir de dimanche 09H00 GMT dans une zone de désescalade établie par les Russes dans le sud-ouest de la Syrie.

Ukraine et sanctions

Les Etats-Unis continuent d'accuser la Russie de soutenir les rebelles séparatistes dans l'est de l'Ukraine et ont adopté de nouvelles sanctions le 20 juin à son encontre.

Le Kremlin dément tout soutien militaire et, profitant du sommet du G20, a affirmé que ces sanctions étaient assimilables à du protectionnisme caché.

Corée du Nord, nouvelle ligne rouge

Donald Trump a promis à Pyongyang une réponse "sévère" après le premier tir mardi par la Corée du Nord d'un missile balistique intercontinental, capable d'atteindre l'Alaska selon les experts.

Les Etats-Unis veulent imposer un nouveau train de sanctions contre le régime nord-coréen et n'excluent pas d'utiliser "toute la panoplie de leurs moyens", y compris militaires, pour se défendre.

La Russie a toutefois déjà prévenu qu'elle s'opposait à des sanctions et Vladimir Poutine a appelé vendredi à "garder son sang-froid" dans cette crise.

Frictions autour de l'Otan

Moscou perçoit toute extension de l'Otan comme un signe d'agression à son égard et ne cesse de dénoncer la politique d'"endiguement" de l'Alliance atlantique visant la Russie. Les Russes ont à plusieurs reprises estimé qu'une accumulation des forces de l'Otan dans les pays Baltes, à la frontière russe, enfreignait l'équilibre des forces.

Pour sa part, Donald Trump a appelé l'Otan à se concentrer notamment sur "les menaces de la Russie", lors d'un sommet de l'Alliance fin mai à Bruxelles.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

Un voyage immersif unique à chaque trajet grâce à l'intégration des données de navigation en temps réel...

Publié le 18/12/2017

La décision même de privatiser ADP n'est pas prise, a indiqué une source gouvernementale à l'agence 'Reuters'.

Publié le 18/12/2017

En 2017, Cibox a renforcé ses positions sur ses marchés stratégiques

Publié le 18/12/2017

  Paris, le 18 décembre 2017, 20h   Transfert du contrat de liquidité de la société KEPLER CHEUVREUX à PORTZAMPARC Société de Bourse     AdUX (Code ISIN : FR0012821890…

Publié le 18/12/2017

OneOS6 gère des services physiques ou virtuels, voix et données, en fournissant à la fois des PNF...

CONTENUS SPONSORISÉS