5 122.85 PTS
-0.18 %
5 118.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
4 092.54
-0.24 %
DAX PTS
12 189.07
-0.33 %
Dowjones PTS
21 819.05
-0.37 %
5 846.48
-0.46 %
Nikkei PTS
19 434.64
+0.26 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Trump-Poutine: contentieux en série

| AFP | 163 | Aucun vote sur cette news
Effigies de Poutine et Trump en forme de poupées russes. Photo prise le 6 juillet 2017 à Moscou.
Effigies de Poutine et Trump en forme de poupées russes. Photo prise le 6 juillet 2017 à Moscou. ( Kirill KUDRYAVTSEV / AFP )

Syrie, Ukraine, accusations d'ingérence russe dans l'élection on américaine: Donald Trump et Vladimir Poutine ont eu une explication de texte sur nombre de sujets vendredi lors de leur première rencontre en Allemagne.

Le poison de l'ingérence russe

Les deux dirigeants se sont d'abord efforcés de déminer un dossier explosif pour Donald Trump, soupçonné par ses détracteurs d'avoir bénéficié d'actions en coulisses des Russes pour saboter la campagne de Hillary Clinton lors de la présidentielle américaine en 2016.

Ils ont eu un échange "très vigoureux" et selon la version de Moscou, Donald Trump a finalement "accepté" les dénégations russes.

Le président américain avait pourtant concédé la veille à Varsovie que la Russie avait pu interférer dans l'élection américaine.

Plusieurs enquêtes, dont l'une menée par le FBI, sont par ailleurs en cours sur des liens présumés entre l’entourage de campagne de Donald Trump et le Kremlin.

Syrie, tentative de rapprochement

Donald Trump a ulcéré Moscou en ordonnant la première riposte américaine contre le régime syrien, allié de Moscou, à la suite d'une attaque chimique le 4 avril imputée aux forces de Bachar al-Assad.

Donald Trump a alors jugé "possible" que des Russes aient été au courant de l'attaque et traité le président syrien de "boucher et d'"animal". Il a promis de nouvelles représailles en cas de récidive chimique.

La destruction d'un avion syrien par la chasse américaine le 18 juin, qualifiée "d'agression" par la Russie, a aussi mis de l'huile sur le feu.

Dans ce contexte volatil, les deux pays sont toutefois convenus vendredi à Amman d'un cessez-le-feu à partir de dimanche 09H00 GMT dans une zone de désescalade établie par les Russes dans le sud-ouest de la Syrie.

Ukraine et sanctions

Les Etats-Unis continuent d'accuser la Russie de soutenir les rebelles séparatistes dans l'est de l'Ukraine et ont adopté de nouvelles sanctions le 20 juin à son encontre.

Le Kremlin dément tout soutien militaire et, profitant du sommet du G20, a affirmé que ces sanctions étaient assimilables à du protectionnisme caché.

Corée du Nord, nouvelle ligne rouge

Donald Trump a promis à Pyongyang une réponse "sévère" après le premier tir mardi par la Corée du Nord d'un missile balistique intercontinental, capable d'atteindre l'Alaska selon les experts.

Les Etats-Unis veulent imposer un nouveau train de sanctions contre le régime nord-coréen et n'excluent pas d'utiliser "toute la panoplie de leurs moyens", y compris militaires, pour se défendre.

La Russie a toutefois déjà prévenu qu'elle s'opposait à des sanctions et Vladimir Poutine a appelé vendredi à "garder son sang-froid" dans cette crise.

Frictions autour de l'Otan

Moscou perçoit toute extension de l'Otan comme un signe d'agression à son égard et ne cesse de dénoncer la politique d'"endiguement" de l'Alliance atlantique visant la Russie. Les Russes ont à plusieurs reprises estimé qu'une accumulation des forces de l'Otan dans les pays Baltes, à la frontière russe, enfreignait l'équilibre des forces.

Pour sa part, Donald Trump a appelé l'Otan à se concentrer notamment sur "les menaces de la Russie", lors d'un sommet de l'Alliance fin mai à Bruxelles.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS*

en Chèques-Cadeaux !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 août 2017

CODE OFFRE : ETE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, joignez le coupon ou saisissiez le code offre : ETE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/08/2017

Cette déclaration est établie en application de l'article L.233-8 II du Code de commerce et de l'article 223-11 du règlement général de l'Autorité des Marchés…

Publié le 23/08/2017

La défiance qui se manifeste en Europe à l'égard des valeurs du secteur de la publicité devrait aussi toucher les Etats-Unis. Les agences Omnicom et IPG sont toutes deux attendues en baisse, de…

Publié le 23/08/2017

Les rumeurs entourant Fiat Chrysler Automobiles se multiplient...

Publié le 23/08/2017

Deuxième journée de forte spéculation sur CGG...

Publié le 23/08/2017

L'entrée prochaine de Spie dans le STOXX 600 Europe est salué par les investisseurs...

CONTENUS SPONSORISÉS