En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

Trump-Pelosi, étincelles en vue à Washington

| AFP | 312 | Aucun vote sur cette news
Nancy Pelosi, Mike Pence, Donald Trump et Chuck Schumer à la Maison Blanche le 11 décembre 2018
Nancy Pelosi, Mike Pence, Donald Trump et Chuck Schumer à la Maison Blanche le 11 décembre 2018 ( Brendan Smialowski / AFP )

Lui à la Maison Blanche, elle au Congrès. Pendant deux ans, Donald Trump et Nancy Pelosi vont devoir travailler ensemble à Washington. Mais la cohabitation s'annonce terriblement compliquée.

Le président (républicain) des Etats-Unis ne pourra se passer de la présidente (démocrate) de la Chambre des représentants s'il veut étoffer un bilan législatif jusqu'ici plutôt maigre.

L'élue de Californie, désormais troisième personnage de l'Etat, aura besoin du locataire de la Maison Blanche pour démontrer, à l'approche de 2020, que les démocrates sont prêts à gouverner et ont autre chose à proposer que des slogans anti-Trump.

Le parcours, le style, les orientations: tout sépare le magnat de l'immobilier au goût assumé de la provocation, arrivé avec fracas à la présidence, et la députée de San Fransisco, fine connaisseuse des arcanes du pouvoir passée maître dans l'art des tractations au Capitole.

Ces dernières semaines, le président de 72 ans, jamais avare en surnoms, piques ou insultes pour ses adversaires, a soigneusement épargné l'élue démocrate, de six ans son ainée.

"Je l'aime bien. Vous pouvez le croire ? J'aime bien Nancy Pelosi. Elle est dure et elle intelligente, elle mérite d'être +Speaker+", lançait-il depuis les jardins de la Maison Blanche peu après la vague démocrate des élections de mi-mandat, offrant même d'aller chercher quelques votes républicains si la fronde au sein de son propre camp menaçait son élection.

Va-t-on assister à une relation d'un nouveau genre et voir émerger un Trump plus constructif face à une Pelosi pugnace qui devint, en 2007, la première femme de l'histoire des Etats-Unis à accéder au prestigieux perchoir, un poste qu'elle vient de retrouver jeudi ?

Dans la capitale fédérale américaine, peu y croient.

"Je ne pense pas qu'il la respecte, je pense qu'il la craint", résume Julian Zelizer, enseignant à l'université de Princeton. "Il a simplement conscience des luttes de pouvoir à Washington et de la façon dont les élections de mi-mandat ont modifié la dynamique", explique-t-il à l'AFP.

Et l'historien de ne pas exclure un spectaculaire et soudain changement de ton: "S'il sent qu'elle est sur la défensive ou vulnérable, il sonnera la charge sur Twitter".

"Vous avez dit Trump?"

Une brève mais mémorable passe d'armes a déjà eu lieu mi-décembre dans le Bureau ovale lorsque Nancy Pelosi a évoqué, à dessein, le "shutdown Trump", à propos de la paralysie budgétaire dont les deux camps se renvoient la responsabilité.

"Vous avez dit Trump?", a-t-il bondi, piqué au vif. "J'allais l'appeler le shutdown Pelosi....", a-t-il ajouté peu après, tentant de reprendre la main.

Quelques pistes de travail ont été évoquées: un plan de modernisation des infrastructures (routes, ponts, tunnels...) ou une loi visant à faire baisser les prix des médicaments sur ordonnance.

Mais la partie s'annonce rude.

"Ponctuellement, ils pourront joindre leurs efforts, mais ces moments resteront relativement rares", explique à l'AFP le politologue Larry Sabato, de l'université de Virginie.

"Trump ne peut être vu comme cédant à la volonté de Pelosi. Et Pelosi provoquera une révolte dans ses rangs à la Chambre si elle cède quoi que ce soit à Trump", explique-t-il. "Les démocrates ont été élus pour mettre Trump sous surveillance et contrarier ses projets, point barre".

Nancy Pelosi a déjà occupé le même poste à la Chambre, avec un président républicain aux commandes: George W. Bush. Mais le 45e président est très différent du 43e. Et l'élue de Californie, qui parle toujours en termes respectueux de la famille Bush, rejette toute comparaison entre les deux hommes.

"Lorsque vous négociez avec quelqu'un, vous devez partir sur des bases solides, sur des faits", a-t-elle souligné jeudi sur NBC. "C'est difficile de faire cela avec le président (Trump) car il ne respecte pas la science, les preuves, la vérité".

Reste une question: comment se comportera Donald Trump face à "Madame Speaker" ?

"Je ne sais pas s'il sait comment travailler avec des femmes au pouvoir et des femmes fortes. Nous verrons", a répondu cette dernière, quelques heures avant sa prise de fonction.

Et d'ajouter, en forme de mise en garde: "Espérons que cela se passera bien de ce point de vue, car aujourd'hui marque un tournant pour beaucoup de monde, au Congrès, à Washington et dans le pays tout entier".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…