5 309.23 PTS
+0.13 %
5 290.5
-0.18 %
SBF 120 PTS
4 251.61
+0.01 %
DAX PTS
12 461.91
-0.07 %
Dowjones PTS
24 984.80
+0.75 %
6 764.87
+0.08 %
Nikkei PTS
21 736.44
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Thierry Solère évoque la création d'un nouveau parti politique

| AFP | 213 | Aucun vote sur cette news
Thierry Solère, initiateur du groupe des Constructifs LR-UDI à l'Assemblée, le 28 juin 2017 à Paris
Thierry Solère, initiateur du groupe des Constructifs LR-UDI à l'Assemblée, le 28 juin 2017 à Paris ( GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP/Archives )

Le député Thierry Solère, initiateur du groupe parlementaire LR-UDI-Constructifs, a évoqué dimanche la création d'un nouveau parti de centre droit, pour occuper "l'espace politique considérable" entre la République en marche et Les Républicains.

"On va se fédérer", a dit M. Solère sur BFMTV, expliquant que devant "l'évolution prise par LR" vers "un petit parti franco-français qui fait des clins d'oeil de plus en plus forts au Front National" et d'un "populisme effrayant", "il y en a qui pensent qu'il existe un espace politique considérable et qu'il faut donc aujourd'hui créer une formation politique".

"Je suis frappé de voir le nombre de maires qui ne se reconnaissent pas dans l’évolution prise par LR et attendent de voir comment on s'organise", a fait valoir Thierry Solère, qui veut réunir les "pro-européens, réformateurs et qui veulent faire à l'extrême droite une barrière infranchissable".

"On va donc travailler à ça, rapidement, avec Les Constructifs, Franck Riester, Christian Estrosi et de très nombreux maires", de villes grandes et moyennes, a-t-il lancé, alors que les Constructifs se réunissent en séminaire mercredi et jeudi à Trouville.

"Si on veut être dans la critique permanente d'opposition parce qu'on pense en permanence à 2022, on n'a rien à faire au groupe Les Constructifs", a-t-il ajouté.

Certains prônent pour Les Constructifs une autre solution, celle d'un ralliement à la République en marche, a noté M. Solère, citant le cas de Bruno Le Maire, qui s'est fait élire député sous l'étiquette du parti d'Emmanuel Macron.

Se défendant de songer déjà à la prochaine élection présidentielle, il a cependant imaginé un scénario défavorable à Emmanuel Macron.

"Je ne pense pas tous les matins à 2022. Emmanuel Macron, comme tout président sortant, a vocation à être candidat à sa succession. S'il a réussi ce sera envisageable pour lui. S'il a échoué parce que le chômage a continué à progresser, ce sera très compliqué pour lui". Mais "Ce n'est pas mon sujet. Mon sujet ce sont les réformes", a-t-il conclu.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2018

La trésorerie nette d'endettement, hors avances remboursables, s'élève donc à 28,6 ME...

Publié le 22/02/2018

La trésorerie nette est solide à fin décembre 2017, à 34 ME...

Publié le 22/02/2018

Cette opération s'inscrit dans le cadre du contrat d'émission d'OCABSA signé entre Delta Drone et YA II CD Ltd en octobre 2016...

Publié le 22/02/2018

L'offre est formulée à 30 euros/action...

Publié le 22/02/2018

La date d'émission et de règlement-livraison des obligations est prévue pour le 8 mars 2018...

CONTENUS SPONSORISÉS