En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.138
-0.09 %

Terrorisme: le "niveau de protection" a baissé depuis deux ans, estime Wauquiez

| AFP | 338 | Aucun vote sur cette news
Le vice-président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez à Colombey-les-deux-Eglises, dans le nord-est de la France, le 9 novembre 2017
Le vice-président du parti Les Républicains Laurent Wauquiez à Colombey-les-deux-Eglises, dans le nord-est de la France, le 9 novembre 2017 ( FRANCOIS NASCIMBENI / AFP/Archives )

Laurent Wauquiez, candidat à la présidence de LR, estime, deux ans après les attentats du 13 novembre, que le "niveau de protection" des Français a "baissé", contrairement à ce qu'affirme le gouvernement.

"Je crains que toutes les leçons n'aient pas été tirées" depuis 2015, a regretté M. Wauquiez dans l'émission Dimanche en politique sur France 3.

Selon lui, "on a baissé le niveau de protection des Français par rapport à la loi sur l'état d'urgence", instauré après les attaques du 13 novembre.

A la veille des commémorations des attentats du 13 novembre 2015, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb estime au contraire que face au terrorisme, la France est "mieux armée qu'il y a deux ans", dans une interview au Journal du Dimanche (JDD).

M. Wauquiez a donné deux exemples: la loi sur l'état d'urgence, remplacée il y a quelques semaines par une nouvelle loi antiterroriste, "permettait de fouiller un véhicule sans autorisation du conducteur", ce qui n'est plus possible selon lui aujourd'hui.

De même, "la nouvelle loi ne permet plus que des perquisitions judiciaires" alors que l'état d'urgence autorisait des perquisitions administratives.

M. Wauquiez s'est aussi démarqué d'Emmanuel Macron, qui prône un traitement "au cas par cas" du retour potentiel des jihadistes français sur le territoire. "Je ne veux pas de cas par cas, ça ouvre la voie à une faiblesse dangereuse", a-t-il mis en garde. Il a rappelé qu'"au moment où nous parlons, il y a 110 jihadistes en liberté sur le sol français", un nombre donné par M. Collomb.

"Ce qu'on attend d'un président, ce n'est pas le cas par cas", a-t-il fait valoir, se disant favorable à ce que les jihadistes français soient jugés en Syrie et en Irak. "Je demande surtout qu'ils ne reviennent pas en France".

"Il faut que nous ayons le courage de remettre sur la table la déchéance de nationalité, François Hollande là-dessus avait raison", a-t-il aussi préconisé, accusant le chef de l'Etat d'être "trop souvent dans la naïveté sur ces questions".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…