5 417.60 PTS
+1.28 %
5 407.0
+1.22 %
SBF 120 PTS
4 317.40
+1.18 %
DAX PTS
13 255.32
+1.16 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+0.00 %
Nikkei PTS
22 901.77
+1.55 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Taxe soda: l'Assemblée vote une formule encore modifiée

| AFP | 187 | Aucun vote sur cette news
L'Assemblée nationale a voté mercredi soir une formule encore modifiée de la taxe soda devant mieux lutter contre l'obésité
L'Assemblée nationale a voté mercredi soir une formule encore modifiée de la taxe soda devant mieux lutter contre l'obésité ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

L'Assemblée nationale a voté mercredi soir une formule encore modifiée de la taxe soda devant mieux lutter contre l'obésité, avec un barème en fonction du taux de sucre revu en baisse, via un amendement voté en nouvelle lecture du projet de budget de la Sécu.

Le Sénat avait voté la taxe issue de la première lecture à l'Assemblée, où six des sept groupes l'avaient soutenue.

Le nouveau barème, applicable début juillet prochain, entend éviter que la taxe ne produise un rendement fiscal supplémentaire. "Le pari est que les industriels vont reformuler les boissons pour moduler le taux de sucre, ce qui aura un effet sur la fiscalité", a souligné le rapporteur Olivier Véran, qui a évoqué "un vrai travail d'échange" avec les industriels et ministères pour aboutir à cette "dernière mouture".

Le produit de la taxe contribue à financer la branche maladie de la Mutualité sociale agricole (MSA).

Dans le barème tel qu'adopté, la taxation commence au seuil de trois euros par hectolitres, au lieu de 3,50 euros. Et la modulation apparaît plus progressive. Pour une boisson contenant 11 kg de sucres ajoutés par hectolitre, la taxe s'élèvera à 23,5 euros, contre 17,5 euros dans la version précédente.

Au-delà de quinze kilogrammes de sucres ajoutés par hectolitre de boisson, le tarif par kilogramme supplémentaire sera de 2 euros par hectolitre.

Pour justifier ce nouveau remodelage, le député de l'Isère (LREM, ex-PS) a plaidé que "le travail du législateur fiscal est difficile car nous connaissons pas bien l'assiette que nous taxons".

Des députés UDI-Agir et LR notamment se sont alarmés pour les boissons à base de lait de soja, taxées car comportant du sucre, alors qu'elles étaient exemptées de la taxe soda existant depuis 2013. "La filière soja se structure, sans OGM, avec peu de sucre" et ces laits constituent "une alternative nutritionnelle notamment pour les enfants allergiques aux protéine de lait animale", a ainsi plaidé Thierry Benoît.

Face à diverses remarques en ce sens, le rapporteur a exclu ces laits de soja dans la taxe, votée à main levée, avec quelques applaudissements.

L'Insoumis Loïc Prud'homme avait suggéré en vain d'exclure aussi les laits de riz, d'arachide, d'amande, d'avoine, de coco.

Le centriste Charles de Courson (UDI) a plaidé pour taxer davantage les boissons avec édulcorants, pronostiquant qu'"il va y avoir des optimisations, on va baisser le sucre et y substituer des édulcorants de synthèse".

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, lui a répondu que la taxe soda a été "légèrement baissée pour se rapprocher de la taxe sur le sucre" et que "les édulcorants favorisent l'addiction au sucre mais ne sont pas responsables en eux-mêmes de toxicité ou diabète".

Depuis l'instauration de la "taxe soda" sous le quinquennat Sarkozy, des parlementaires avaient tenté à plusieurs reprises de la rehausser. Face à une telle proposition en 2016, le syndicat des boissons rafraîchissantes (Coca-Cola, Orangina Suntory, Pepsico...) s'était dit "scandalisé", dénonçant une motivation "exclusivement fiscale".

Ce syndicat se disait désormais favorable à l'idée de "retravailler la fiscalité pour lui redonner du sens", sous réserve que ce soit "à budget égal", alors que selon ses calculs, la mesure initiale entraînerait "une hausse importante".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2017

L'analyste reste acheteur...

Publié le 18/12/2017

Dans des volumes soutenus, Biom'Up bondit de 9% à 11,9 euros en matinée à Paris...

Publié le 18/12/2017

Après la fiction live et le documentaire, l'animation ? Mediawan est entré en négociation exclusive avec les actionnaires de ON kids & family, en vue...

Publié le 18/12/2017

Atos a renoncé à Gemalto. Pour mieux se consacrer à sa filiale ?

CONTENUS SPONSORISÉS