En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 836.08 PTS
-0.36 %
4 834.5
-0.24 %
SBF 120 PTS
3 846.22
-0.30 %
DAX PTS
10 886.44
+0.19 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
+0.00 %
1.134
+0.29 %

Taxation des géants du numérique: "nous risquons d'être un tout petit peu courts" prévient Moscovici

| AFP | 242 | Aucun vote sur cette news
Pierre Moscovici, le 21 novembre 2018 à Bruxelles
Pierre Moscovici, le 21 novembre 2018 à Bruxelles ( JOHN THYS / AFP )

Le commissaire européen Pierre Moscovici a prévenu jeudi qu'il pourrait ne pas y avoir d'accord début décembre entre les pays membres de l'Union européenne sur la taxation des géants du numérique, estimant que "nous risquons d'être un tout petit peu courts".

"Sur la taxation sur le digital, je pense que nous ne sommes pas loin d'un accord, (mais) que nous risquons d'être un tout petit peu courts", a reconnu le commissaire lors d'une audition devant la Commission des Affaires européennes à l'Assemblée nationale.

"Je suis lucide et j'observe que l'atteinte d'un consensus n'est pas simple" d'ici la réunion des ministres des Finances de l'UE le 4 décembre prochain, date cruciale pour l'approbation de cette taxe sur le chiffre d'affaires des géants du numérique, a-t-il admis.

Face aux députés, M. Moscovici a évoqué deux scénarios qui pourraient conduire à l'échec de la directive proposée par la Commission européenne et soutenue avec force par le gouvernement français, mais qui se heurte aux réserves des autorités allemandes qui n'ont toujours pas dit publiquement si elles soutenaient ou pas cette taxe.

L'absence d'un accord franco-allemand constitue d'ailleurs le premier scénario présenté par le commissaire européen. "Ce serait tout à fait regrettable parce que cette taxe est de l'intérêt général", a-t-il expliqué.

"Je souhaite vraiment que les discussions intensives entre Bruno Le Maire (et son homologue allemand) Olaf Scholz, et entre la chancelière (Angela Merkel) et le président Macron aboutissent à un accord", a-t-il affirmé.

Il a toutefois reconnu que même si Paris et Berlin se mettent d'accord, cela pourrait s'avérer insuffisant, son deuxième scénario étant le rejet déjà annoncé par trois pays (Irlande, Danemark et Suède). Or, cette taxe doit être approuvée à l'unanimité par les 28 membres de l'UE.

"On risque d'être trop court (...) parce c'est un peu compliqué pour eux d'approuver cela.", a-t-il expliqué.

"Mais je souhaite aller le plus loin possible le 4 décembre et qu'on ne termine pas cette année sans des avancées décisives en matière de taxation du numérique", a-t-il ajouté.

Face à cette situation, M. Moscovici a annoncé son intention de présenter une mesure en début d'année prochaine pour que les principales décisions sur la fiscalité ne soient plus prises à l'unanimité par les pays membres, mais avec une majorité qualifiée.

"Tant que l'on sera à l'unanimité, nous allons rester bloqués sur ces sujets-là", a-t-il reconnu, l'opposition d'un seul pays pouvant empêcher l'approbation de mesures fiscales.

"C'est pourquoi je proposerai le passage du vote à la majorité qualifiée sur certains aspects de la fiscalité en début d'année prochaine", a-t-il affirmé, rappelant qu'il s'agissait d'un engagement pris par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, lors de son discours sur l'état de l'Union début septembre.

Pour convaincre les pays réticents à la taxe sur les géants du numérique, l'Allemagne en tête, Paris avait déjà accepté il y a quelques semaines de repousser à 2020 une entrée en vigueur de cette taxation portant sur les recettes (et non sur les bénéfices comme en général) générées par l'exploitation d'activités numériques.

Berlin veut d'abord attendre la fin des travaux de l'OCDE sur le sujet, prévue pour l'été 2020.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

D'un point de vue graphique, le titre est sous pression après avoir stoppé son rebond technique aux environs du niveau de résistance majeur des 37.54 euros. Du côté des indicateurs techniques, le…

Publié le 17/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France. Pour les salariés ayant un salaire annuel brut inférieur à 25 000 euros,…

Publié le 17/12/2018

Asos plonge de 41,47% à 2 450 pence après avoir revu à la baisse ses prévisions annuelles, dans le sillage d’un mois de novembre nettement inférieur aux attentes. Ainsi, l’entreprise…

Publié le 17/12/2018

SMCPSMCP est pour le moins malmené en matinée à Paris, en retrait de près de 10% à 13,4 euros...

Publié le 17/12/2018

Le choix de l'indépendance...