5 273.88 PTS
-0.15 %
5 268.0
-0.19 %
SBF 120 PTS
4 222.68
-0.21 %
DAX PTS
12 411.54
-0.32 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
22 149.21
+1.97 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Sursis et inéligibilité requis contre un élu qui proposait de "récupérer les dents en or" des Roms

| AFP | 147 | Aucun vote sur cette news
Le Palais de Justice de Grenoble le 12 décembre 2015
Le Palais de Justice de Grenoble le 12 décembre 2015 ( JEAN PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

De la prison avec sursis et une peine d'inéligibilité ont été requises à Grenoble contre un conseiller municipal d'extrême droite de Fontaine (Isère), Franck Sinisi, qui avait proposé de "récupérer les dents en or" des Roms pour "les nourrir et les loger", a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

M. Sinisi comparaissait mardi devant le tribunal correctionnel de Grenoble pour "provocation à la discrimination ou à la haine" raciale.

Le 27 février, lors d'un conseil municipal à Fontaine, M. Sinisi, élu sous la bannière Front National, avait déclaré notamment, concernant les Roms, que "pour les loger, il (pouvait) y avoir un autofinancement". "Il suffit au niveau de la métropole d'investir, de leur payer des dentistes", poursuivait-il.

"Oui, je m'explique, de leur payer des dentistes, de leur mettre des dents nickel, de récupérer leurs dents en or, je pense que juste ça, ça leur permet de se nourrir et de se loger", avait-il continué.

Ses propos avaient été enregistrés et diffusés sur le site internet de la section locale du Parti communiste.

M. Sinisi avait été exclu du FN quelques mois après.

Mardi devant le tribunal, une peine de deux à trois mois de prison avec sursis, 2.000 euros d'amende et deux à trois ans d'inéligibilité a été requise à son encontre.

La commune de Fontaine et des associations se sont constitué partie civile dans cette affaire.

Selon le maire PCF de Fontaine, Jean-Paul Trovero, la municipalité a demandé "un euro symbolique" de dommages et intérêts, qui, s'ils obtiennent gain de cause, sera "reversé à la Caisse centrale d'activités sociales" de la ville.

"Il est inacceptable qu'un élu ne respecte pas les règles fondamentales de la République", a fustigé l'édile, dénonçant la "défense incompréhensible" de M. Sinisi à la barre. "Il a persisté, il n'a rien retiré à ce qu'il avait dit mais, soit disant, ce n'était pas ce qu'il voulait dire, il voulait faire de l'humour", a rapporté M. Trovero.

Le jugement a été mis en délibéré au 28 novembre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

A la demande d'Euronext...

Publié le 19/02/2018

Le groupe émet 600 ME à 10 ans...

Publié le 19/02/2018

Nouvelle bataille en vue entre Siemens et Bombardier...

Publié le 19/02/2018

Le titre flirte avec les 10 euros, au plus bas depuis mai 2017...

Publié le 19/02/2018

Du volume en séance...

CONTENUS SPONSORISÉS