En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 844.54 PTS
-0.48 %
4 840.50
-0.49 %
SBF 120 PTS
3 866.46
-0.42 %
DAX PTS
11 091.26
-0.40 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.00 %
1.136
-0.07 %

Soupçons d'emploi fictif de Penelope Fillon: Ladreit de Lacharrière choisit le "plaider-coupable"

| AFP | 340 | Aucun vote sur cette news
Marc Ladreit de Lacharrière, le 24 novembre 2016 à Paris
Marc Ladreit de Lacharrière, le 24 novembre 2016 à Paris ( IAN LANGSDON / POOL/AFP/Archives )

L'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, soupçonné d'avoir accordé un emploi fictif à la femme de François Fillon, a accepté d'entamer une procédure de "plaider-coupable", a appris vendredi l'AFP de source judiciaire, confirmant une information du Monde.

Selon le quotidien, le milliardaire a accepté la peine proposée par le parquet national financier et approuvée par les juges d'instruction dans le cadre d'une "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité" (CRPC).

Cette procédure, surnommée le "plaider-coupable à la française", doit encore faire l'objet d'une homologation par un juge du tribunal de Paris en audience publique, sans quoi une chambre correctionnelle devra trancher l'affaire.

Le 12 mai 2017, M. de Lacharrière, patron de la société Fimalac, avait été mis en examen pour "abus de bien sociaux" par les juges d'instruction en charge de l'enquête qui a entraîné la chute du candidat de la droite à la présidentielle.

Les magistrats, qui ont notifié vendredi la fin de leurs investigations, soupçonnent l'entrepreneur d'avoir offert un emploi fictif à Penelope Fillon, salariée de mai 2012 à décembre 2013 à La Revue des deux mondes, dont il est le propriétaire.

Mme Fillon avait affirmé avoir rédigé des "notes et des fiches de lecture", mais seules deux ont été publiées dans la revue. M. de Lacharrière et elle-même s'étaient aussi défendus en invoquant un rôle de conseil de l'épouse de l'ex-Premier ministre pour relancer la publication.

Le contrat de Mme Fillon, établi sur 281 jours par an, "lui laissait une totale liberté" pour organiser son travail, avait justifié l'avocat de François Fillon, Me Antonin Levy.

A l'époque, M. Fillon avait demandé à son ami "s'il avait une idée pour trouver du travail pour son épouse (...) Elle n'a pas demandé de salaires. Lui non plus", a relaté une source proche du dossier. Après son embauche, elle avait cumulé cet emploi avec un contrat de collaboratrice à l'Assemblée, à partir de juillet 2012, lorsque son mari était redevenu député.

"A aucun moment (...) je n'ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire", avait cependant assuré le directeur de la revue d'alors, Michel Crépu, au Canard enchaîné.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Safran a acquis une participation dans Oxis Energy au travers de sa filiale Safran Corporate Ventures dédiée aux investissements dans de jeunes sociétés technologiques. Oxis Energy est…

Publié le 22/01/2019

Le titre casse la résistance des 10.4 euros, qui contenait les cours depuis février 2018. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances sont proches d'effectuer un…

Publié le 22/01/2019

L'italien Autogrill aurait soumis une offre sur Areas, filiale d'Elior, qui regroupe les activités de restauration de concession du groupe. C'est ce que révèle Reuters, qui indiquait plus tôt dans…

Publié le 22/01/2019

Free annonce avoir franchi le cap du million d’abonnés Fibre.Tout au long de l’année 2018, Free a accéléré ses déploiements sur l’ensemble du territoire, y compris dans les zones les moins…

Publié le 22/01/2019

Lille, Forum International de la Cybersécurité, 22 janvier 2019 - Atos, leader international de la transformation digitale, annonce aujourd'hui la sortie de la suite de…