En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 811.23 PTS
-0.87 %
4 804.0
-0.87 %
SBF 120 PTS
3 823.00
-0.90 %
DAX PTS
10 763.37
-0.94 %
Dowjones PTS
24 100.51
+0.00 %
6 594.96
+0.00 %
1.135
+0.40 %

Sondages de l'Élysée: le parquet veut un procès pour Guéant

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
Claude Guéant, à Paris le 14 janvier 2017
Claude Guéant, à Paris le 14 janvier 2017 ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Le parquet national financier (PNF) demande un procès pour "favoritisme" contre Claude Guéant, Patrick Buisson et d'anciens proches de Nicolas Sarkozy dans l'affaire des sondages de l'Elysée sous son mandat, entre 2007 et 2012, a appris lundi l'AFP de source proche du dossier.

Le PNF demande aux juges d'instruction d'ordonner le renvoi en correctionnelle de l'ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant pour "détournements de fonds publics par négligence" et "favoritisme", au bénéfice de Patrick Buisson, ancien conseiller officieux du président, visé lui pour "recel" de ces délits. Il est reproché à ce dernier d'avoir refacturé des sondages à l'Elysée à des "prix exorbitants", via ses sociétés, selon les réquisitions du 6 novembre dont a eu connaissance l'AFP.

Plus d'un an après la fin de l'instruction, le ministère public réclame un procès pour six protagonistes au total, dont trois autres ex-collaborateurs de l'Elysée, notamment l'ex-directrice de cabinet Emmanuelle Mignon, et le politologue Pierre Giacometti.

L'enquête, lancée en 2013 après une âpre bataille procédurale, avait été déclenchée par une plainte de l'association anticorruption Anticor, après un rapport accablant de la Cour des comptes en 2009.

Par la voix de son avocat Jérôme Karsenti, Anticor s'est dit "satisfaite" de ce réquisitoire tout en regrettant "une réponse judiciaire tardive".

L'enquête s'est concentrée d'une part sur des commandes passées par l'Elysée auprès d'instituts de sondages comme Ipsos, "en méconnaissance" des règles des marchés publics. De l'autre, elle s'est intéressée aux contrats noués, là aussi, sans appels d'offres, avec les sociétés de M. Buisson (Publifact puis Publi-Opinion) et de M. Giacometti.

Le parquet demande le renvoi de ces sociétés et d'Ipsos pour "recel de favoritisme".

Influent inspirateur du président, venu de l'extrême droite, Patrick Buisson avait signé une convention avec l'Elysée en 2007 lui confiant une mission de conseil rémunérée 10.000 euros HT par mois et octroyant à Publifact "l'exécution de sondages", à sa liberté d'appréciation.

L'enquête a identifié 235 sondages achetés par le cabinet de Patrick Buisson et revendus à la présidence entre 2007 et 2009 avec des marges de 65% à 70%, pour un bénéfice de quelque 1,4 million d'euros.

Plusieurs mis en examen avaient tenté en vain d'invoquer une "tradition" au sein de la Présidence qui aurait permis de se soustraire aux règles de la commande publique.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

Nissan n’a toujours pas trouvé de remplaçant à Carlos Ghosn pour occuper le poste de président de son conseil d’administration. Des discussions sont toujours en cours, a indiqué aujourd’hui…

Publié le 17/12/2018

L'équipe de TradingSat propose aux investisseurs actifs en quête de produits de couverture, dans ces conditions de marché dégradées, une prise de position sur un cracker (de mnémo SHC) qui a la…

Publié le 17/12/2018

La société de private equity Thoma Bravo LLC est en pourparlers préliminaires pour acheter l’éditeur de logiciels de sécurité McAfee à TPG Capital et Intel Corp, a indiqué à Reuters une…

Publié le 17/12/2018

A la demande de la société, Euronext a annoncé ce matin que la cotation des actions Harvest était suspendue sur Euronext Growth Paris, dans l'attente...

Publié le 17/12/2018

Offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques...