En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 609.77 PTS
+0.13 %
5 612.00
+0.18 %
SBF 120 PTS
4 427.68
+0.14 %
DAX PTS
12 365.70
-0.12 %
Dowjones PTS
27 042.28
-0.13 %
7 857.26
+0.06 %
1.105
+0.49 %

Sondages de l'Elysée: Guéant et d'ex-proches de Sarkozy renvoyés devant le tribunal correctionnel

| AFP | 260 | 3 par 1 internautes
Claude Guéant. Photo prise à Paris le 14 janvier 2017.
Claude Guéant. Photo prise à Paris le 14 janvier 2017. ( THOMAS SAMSON / AFP )

L'ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant, Patrick Buisson et quatre autres personnes sont renvoyés devant le tribunal correctionnel dans l'affaire des sondages de l’Élisée sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Dans sa décision signée mardi, le juge d'instruction Serge Tournaire a ordonné un procès pour "favoritisme" et "détournement de fonds publics par négligence" pour M. Guéant et l'ex-directrice de cabinet de M. Sarkozy, Emmanuelle Mignon.

Ancien conseiller officieux de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson est pour sa part renvoyé pour "recel de favoritisme", "détournement de fonds publics" et "abus de biens sociaux", selon l'ordonnance du juge dont a eu connaissance l'AFP.

Deux autres anciens collaborateurs de Nicolas Sarkozy, Jean-Michel Goudard et Julien Vaulpré, sont aussi renvoyés pour "favoritisme", tandis que le politologue Pierre Giacometti et sa société Giacometti Peron, devenue No Com, le sont pour "recel de favoritisme"

Cette enquête avait démarré en 2013 à la suite d'une plainte de l'association anticorruption Anticor, après un rapport de la Cour des comptes en 2009.

Elle s'est concentrée d'une part sur des commandes passées par l’Élisée auprès d'instituts de sondages comme Ipsos, "en méconnaissance" des règles des marchés publics. De l'autre, elle s'est intéressée aux contrats noués, là aussi sans appels d'offres, avec les sociétés de M. Buisson (Publifact et Publi-Opinion) et de M. Giacometti.

Publifact et Publi-Opinion sont renvoyés pour "détournement de fonds publics" et "recel de favoritisme". Ipsos l'est uniquement pour "recel de favoritisme".

"C'est une grande satisfaction que ce dossier arrive à son terme", a réagi auprès de l'AFP Jérôme Karsenti, avocat d'Anticor. Toutefois, "il y aura un grand absent à ce procès: grâce à une immunité présidentielle déraisonnable, Nicolas Sarkozy aura été protégé alors que c'est lui le principal instigateur", a-t-il estimé.

"C'est une décision sans surprise mais la partie sera difficile pour le tribunal sur une question inédite et très juridique: le code des marchés publics ne s'était jamais appliqué à la présidence depuis le début de la Ve République. Or si la règle n'est pas claire, le doute doit profiter aux mis en cause", a déclaré à l'AFP Philippe Bouchez-El Ghozi, avocat de M. Guéant.

Plusieurs mis en examen avaient invoqué une "tradition" à l’Élisée qui aurait dispensé d'appliquer les règles de la commande publique.

Influent inspirateur du président, aux idées proches de l'extrême droite, Patrick Buisson avait signé une convention avec l’Élisée dès 2007 lui confiant une mission de conseil rémunérée 10.000 euros HT par mois et octroyant à Publifact "l'exécution de sondages", à sa liberté d'appréciation.

L'enquête a identifié 235 sondages achetés par son cabinet et revendus à la présidence entre 2007 et 2009 avec des marges de 65% à 70%, pour un bénéfice de quelque 1,4 million d'euros.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/09/2019

A tort ou à raison ?

Publié le 17/09/2019

L’américain Boeing et le français Safran ont annoncé mardi leur investissement conjoint dans Electric Power Systems (EPS), une entreprise proposant une gamme de produits de stockage…

Publié le 17/09/2019

La date d'ouverture officielle de la récolte du raisin a débuté le 9 septembre dernier en Champagne...

Publié le 17/09/2019

Calme plat sur Cast au lendemain de la publication des comptes intermédiaires...

Publié le 17/09/2019

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme de rachat d’actions, Safran a annoncé le 24 mai 2017, son intention de procéder à un programme de rachat d’actions ordinaires pour un montant…