En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 105.16 PTS
+0.20 %
5 110.50
+0.32 %
SBF 120 PTS
4 090.06
+0.42 %
DAX PTS
11 651.20
+0.32 %
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
+0.00 %
1.159
+0.07 %

Soirée Macron à Las Vegas: Muriel Pénicaud s'est expliquée face aux juges

| AFP | 237 | Aucun vote sur cette news
Muriel Pénicaud en avril 2018
Muriel Pénicaud en avril 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

La ministre du travail Muriel Pénicaud a été placée sous le statut de témoin assisté après plusieurs d'heures d'audition mardi matin chez les juges qui enquêtent sur le déplacement controversé organisé en 2016 pour Emmanuel Macron à Las Vegas, a appris l'AFP auprès de son avocat.

La ministre est repartie vers 14h15, cinq heures après son arrivée au pôle financier du nouveau palais de justice, dans le nord-ouest de Paris, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Muriel Pénicaud évite donc une mise en examen dans cette enquête pour "favoritisme et recel de favoritisme" visant Business France (BF), l'organisme public de promotion de l'économie française à l'étranger dont elle était directrice générale à l'époque.

Interrogée par l'AFP à la sortie du tribunal, la ministre n'a pas souhaité faire de commentaires.

Le 6 janvier 2016, Emmanuel Macron, ministre de l’Économie qui cachait de moins en moins ses ambitions présidentielles, avait rencontré des centaines d'entrepreneurs français lors d'une soirée au Consumer Electronics Show (CES), grand-messe de l'innovation technologique.

Contrainte de monter cette opération de plus de 300.000 euros en urgence sous la pression du cabinet du ministre, BF l'avait intégralement confiée à l'agence Havas, sans recourir à la mise en concurrence prévue par le code des marchés publics pour de telles sommes.

Havas affirme au contraire avoir été sollicité légalement en vertu d'un contrat-cadre signé six mois plus tôt avec BF et qui lui octroyait une forme d'exclusivité. Pour l'évènement, l'agence avait perçu 289.019 euros, après renégociation.

Les enquêteurs cherchent néanmoins à déterminer si Havas a pu être favorisé par rapport à ses concurrents et si Muriel Pénicaud a eu connaissance en amont des modalités d'organisation et d'éventuels dysfonctionnements, ce qu'elle a toujours nié.

Même si les juges peuvent revoir leur position et prononcer ultérieurement une mise en examen, ce statut de témoin assisté est pour l'instant à l'avantage de la ministre, dont le vaste projet de loi sur la formation, l'assurance chômage et l'apprentissage arrive en commission à l'Assemblée dans une semaine.

C'est un rapport critique de l'Inspection générale des finances (IGF) transmis par Bercy qui avait conduit le parquet de Paris à ouvrir cette enquête en mars 2017, confiée le 7 juillet à trois magistrats instructeurs.

- Présentation tronquée -

Depuis le début de l'affaire, Muriel Pénicaud assure avoir été mise au courant d'éventuels dysfonctionnements un mois après l'organisation de l'événement et avoir immédiatement diligenté un audit indépendant auprès du cabinet EY.

Son ancienne directrice de la communication, Fabienne Bothy-Chesneau, a livré une autre version aux enquêteurs.

Elle a expliqué que si elle était elle-même chargée de mettre en œuvre la soirée, elle ne disposait d'aucun pouvoir décisionnaire. A partir de fin novembre 2015, soit plus d'un mois avant l'événement, l'opération avait été évoquée avec Muriel Pénicaud de manière continue et avec des détails chiffrés, a-t-elle ajouté. Entendue par les juges en septembre, elle a été placée sous le statut de témoin assisté.

Muriel Pénicaud est aussi soupçonnée de n'avoir averti son conseil d'administration que plusieurs mois après les rapports d'EY et de lui avoir transmis une présentation tronquée de ces documents qui ne laissaient guère de doutes sur "le risque pénal" encouru.

Dans sa note juridique, EY n'exclut pas que la "responsabilité" pénale de la ministre "soit envisagée", même si sa "participation personnelle dans le cadre du marché (...) n'a pas été identifiée".

Du côté de Havas, on soutient que l'opération de Las Vegas relevait de la campagne de promotion "Creative France", pour laquelle l'agence avait remporté, le 2 juin 2015, l'appel d'offres lancé par Business France. Ce contrat-cadre, prévu pour dix-huit mois, avait rapporté 6,6 millions d'euros à l'agence. Il avait été obtenu notamment grâce à l'implication du vice-président d'Havas, Stéphane Fouks, dont les relations avec Muriel Pénicaud interrogent aussi les enquêteurs.

Malgré la menace de cette enquête, Muriel Pénicaud était devenue ministre au printemps dernier, chargée de mettre en œuvre le premier défi du quinquennat d'Emmanuel Macron: les ordonnances réformant le droit du travail.

Cette ancienne DRH de Danone, déjà cible de critiques pour une plus-value réalisée deux mois après un plan de départs volontaires, s'était retrouvée fragilisée au fur et mesure des révélations de l'enquête, sans pour autant être empêchée de mener sa réforme.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

Toutabo a vu son activité, tous métiers confondus, progresser pour atteindre 11,2 ME au premier semestre (+ 285 % par rapport au 1er semestre 2017) et...

Publié le 16/10/2018

Lysogene prend 48% à 2,60 euros dans un volume représentant 0,3% du tour de table ce mardi...

Publié le 16/10/2018

Suite à l'obtention du permis d'exploitation délivré par le Service Public de Wallonie le 24 mai 2018, La Française de l'Energie, via sa filiale Gazonor Benelux, a démarré hier les tests de…

Publié le 16/10/2018

Le groupe de cliniques et d'hôpitaux Ramsay Générale de Santé a reçu de l'Autorité de la Concurrence française l'autorisation requise aux fins d'acquérir l'ensemble des actions de la société…

Publié le 16/10/2018

Crédit Agricole Assurances annonce la signature d’un accord avec Seguradoras Unidas, pour l’acquisition d’une participation de 25 % dans GNB Seguros. Après la clôture de l’opération, la…