En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 480.96 PTS
+0.54 %
5 480.5
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 389.61
+0.54 %
DAX PTS
12 405.46
+0.64 %
Dowjones PTS
26 656.98
+0.95 %
7 569.03
+0.00 %
1.177
-0.02 %

SNCF: l'intersyndicale veut négocier avec Edouard Philippe

| AFP | 372 | Aucun vote sur cette news
Assemblée générale de salariés de la SNCF en gare de Lyon Perrache le 3 avril 2018
Assemblée générale de salariés de la SNCF en gare de Lyon Perrache le 3 avril 2018 ( JEFF PACHOUD / AFP/Archives )

L'intersyndicale CGT-Unsa-SUD-CFDT de la SNCF a décidé jeudi de suspendre sa participation à la concertation avec la ministre des Transports Elisabeth Borne et veut négocier avec le Premier ministre Édouard Philippe sur la réforme ferroviaire, a annoncé à la presse Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

Ces quatre syndicats représentatifs de la SNCF ont établi cette "position unitaire sur la négociation", lors d'une réunion à Paris, après "les annonces du Premier ministre ces derniers jours qui (les) ont tous surpris", a déclaré M. Brun. Il faisait référence à l'annonce, lundi, du projet de filialisation du fret de la SNCF et à celle, mercredi, de la date de la fin du recrutement au statut de cheminot (au 1er janvier 2020).

Le trio CGT Cheminots, Unsa ferroviaire et CFDT Cheminots a confirmé la poursuite de la grève selon "le calendrier annoncé", par épisode de deux jours sur cinq, "jusqu'à fin juin". Ce mouvement est entré jeudi dans sa huitième journée, en quatre séquences.

SUD-Rail appelle, lui, à une grève illimitée depuis le lancement début avril du mouvement de protestation contre la réforme de la SNCF, dont la fin des embauches au statut de cheminot.

"Nous avons décidé collectivement d'adresser un courrier au ministère (des Transports, ndlr) pour lui dire que nous suspendons notre participation aux (réunions) bilatérales" prévues "cette semaine et la semaine prochaine", a indiqué M. Brun.

Les quatre syndicats représentatifs vont également "adresser un courrier unitaire au Premier ministre pour lui demander de (les) recevoir et pour que ce soit lui qui organise, à partir de maintenant, la négociation puisque, semble-t-il, c'est lui qui prend toutes les décisions concernant l'évolution du dossier", a ajouté M. Brun.

"L'unité syndicale est totale sur l'interprétation de la situation, sur la colère par rapport aux annonces gouvernementales et sur l'appel aux cheminots à renforcer la mobilisation", a-t-il poursuivi.

Le ministère des Transports "n'est pas le lieu où sont prises les décisions aujourd'hui", a déclaré Didier Aubert, secrétaire général de la CFDT Cheminots. "Quand on est en négociation la veille au ministère des Transports, on ne nous dit pas que la décision est prise sur la date de suppression du statut" de cheminot et "le lendemain, on (l')apprend par la presse", après une annonce de Matignon, donc "manifestement, c'est au minimum Matignon" qui prend les décisions, a-t-il ajouté.

"On a besoin d'une méthode et d'un engagement ferme de négociation", a souligné M. Aubert, qui a appelé au "renforcement de la mobilisation". "L'accélération de l'annonce démontre peut-être une certaine fébrilité aussi de la part du gouvernement, qui souhaiterait en finir rapidement avec ce sujet et les périodes de mobilisation (...) On veut imposer une négociation dans la durée", a-t-il dit.

Roger Dillenseger, secrétaire général de l'Unsa ferroviaire, a souligné le "déficit de confiance" des syndicats à l'égard du ministère des Transports. "On a demandé des négociations, on se retrouve à des réunions d'échanges et in fine", la presse publie "des dates sans même qu'on nous en parle", a-t-il dénoncé.

"J'ai exprimé très violemment mon agacement hier (mercredi) soir, autant du côté du ministère que du côté de la direction de l'entreprise" car il n'est "pas normal qu'on soit informé dans cette période un peu rugueuse via les médias", a critiqué M. Dillenseger. Il a rappelé que son syndicat avait "boycotté" mercredi soir une réunion au ministère, en signe de protestation.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Global Bioenergies connait un début de séance très difficile, en forte baisse de 17% à 11,3 euros dans un volume représentant 0,8% du tour de table...

Publié le 21/09/2018

L'indice flash composite en France d'IHS Markit se replie à 53,6 en septembre (54,9 en août), un plus bas de 21 mois. Les économistes tablaient sur 54,7. Dans les services, l'indice se replie à…

Publié le 21/09/2018

Fort d'un chiffre d'affaires en hausse de 24% au premier trimestre, Geci International indique viser des revenus supérieurs à 32 ME sur l'ensemble de...

Publié le 21/09/2018

Fort effet de levier sur les marges

Publié le 21/09/2018

Avec une progression du chiffre d'affaires de 24% au premier trimestre, la croissance permet à Geci d'aborder l'exercice sereinement. Dans un contexte favorable, le groupe envisage un chiffre…