En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
-
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

SNCF: l'Assemblée adopte très largement la réforme en première lecture

| AFP | 237 | Aucun vote sur cette news
La ministre des Transports Elisabeth Borne sourit après l'adoption par les députés du projet de loi de réforme de la SNCF, à l'Assemblée nationale, le 17 avril 2018
La ministre des Transports Elisabeth Borne sourit après l'adoption par les députés du projet de loi de réforme de la SNCF, à l'Assemblée nationale, le 17 avril 2018 ( GERARD JULIEN / AFP )

L'Assemblée nationale a très largement adopté mardi en première lecture, par 454 voix contre 80, le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire", à l'origine d'un mouvement de grève à la SNCF depuis début avril.

Outre la majorité LREM-MoDem, une large majorité des LR mais aussi les élus UDI-Agir ont voté pour, tandis que les trois groupes de gauche - Nouvelle Gauche, communistes et Insoumis -, ont voté contre. 29 députés se sont abstenus.

La ministre des Transports, Élisabeth Borne, a salué à l'issue du vote "un moment important, une étape décisive dans la conduite de cette réforme".

Celle-ci "est indispensable", et à l'issue d'un "débat démocratique riche, tonique", "ceux qui dénonçaient un +passage en force+ en sont pour leurs frais", a-t-elle estimé, dans un communiqué à l'AFP.

Après un total de 24 heures de débat dans l'hémicycle, Laurianne Rossi (LREM) avait salué peu avant une "réforme majeure" qui "tient ses promesses à tous les égards", Florence Lasserre-David (MoDem) affirmant pour sa part que la SNCF sera "mieux armée et donc plus agile pour relever les défis du XXIe siècle".

Guy Bricout (UDI-Agir-Indépendants) a vu dans la réforme "une chance pour la SNCF", tout en disant rester "sur sa faim" sur la question de la reprise de la dette ferroviaire.

"Quel gâchis!", s'est en revanche exclamé Jean-Marie Sermier (LR). "Sur la méthode, le gouvernement a tout faux: les syndicats sont braqués, la grève est massive, la population est prise en otage", et le texte, "s'il n'est pas inutile, est une occasion manquée" de moderniser la SNCF.

"Nous aurions eu de nombreux arguments pour ne pas voter ce texte, mais les députés LR ne sont jamais en posture politicienne et ils n'ont pour boussole que l'intérêt de la France", a-t-il toutefois ajouté, alors que son groupe, favorable à l'ouverture à la concurrence, a joué les équilibristes sur cette réforme.

Les élus des trois groupes de gauche ont à nouveau dénoncé le texte, le communiste Hubert Wulfranc voyant notamment dans la suppression du statut des cheminots pour les nouveaux embauchés "une agression de classe" et l'Insoumis Loïc Prud'homme fustigeant les "fossoyeurs" de la SNCF que sont les dirigeants de l'entreprise et "la conductrice du corbillard" qu'est Mme Borne.

Le socialiste Christophe Bouillon a aussi évoqué une "présomption de privatisation" avec le changement de statut de l'entreprise, et soulevé "l'inquiétude grandissante" pour les "petites lignes", qui "sont sans doute dans le collimateur de Bercy".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…