En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 382.66 PTS
-0.80 %
5 377.50
-0.67 %
SBF 120 PTS
4 261.07
-0.88 %
DAX PTS
11 603.89
-1.57 %
Dowjones PTS
25 745.67
-0.55 %
7 380.75
+0.43 %
1.143
+0.06 %

Slovaquie: cinq candidats en tête de la course présidentielle

| AFP | 186 | Aucun vote sur cette news
Zuzana Caputova, candidate à la présidentielle, lors d'un meeting de campagne, le 7 mars 2019 à Dunajska Streda, en Slovaquie
Zuzana Caputova, candidate à la présidentielle, lors d'un meeting de campagne, le 7 mars 2019 à Dunajska Streda, en Slovaquie ( VLADIMIR SIMICEK / AFP/Archives )

Une avocate experte de l'environnement, critique du gouvernement, un commissaire européen soutenu par le parti au pouvoir, un juge de la Cour suprême, un dirigeant néo-nazi et un représentant de la minorité hongroise briguent, entre autres, la succession du président slovaque d'Andrej Kiska.

- Zuzana Caputova, favorite progressiste du scrutin

Cette avocate libérale et activiste âgée de 45 ans était peu connue avant son ascension fulgurante dans les sondages à quelques semaines des élections.

Oratrice hors pair, Mme Caputova condamne la corruption et s'engage à oeuvrer en faveur de l'égalité devant la loi. Elle est cheffe adjointe du parti Slovaquie progressiste, non représenté au parlement.

En 2016, elle obtient le très prestigieux Goldman Environmental Prize, une sorte de Nobel pour les défenseurs de l'environnement. Elle est membre de l'organisation Environmental Law Alliance Worldwide.

Soutenue par le président libéral sortant Andrej Kiska, cette mère divorcée de deux adolescents est une adepte du pro-choix et des droits élargis pour les couples de personnes de même sexe, ce qui dans la Slovaquie conservatrice pourrait jouer contre elle.

"La ponctualité n'est pas mon point fort", admet-elle, reconnaissant aussi manquer d'expérience dans le domaine de la défense.

- Maros Sefcovic, soutenu par le gouvernement

Le principal rival de Mme Caputova a axé sa campagne sur la promotion de la famille traditionnelle. Cet ex-communiste de 52 ans est marié, père de trois enfants.

Maros Sefcovic, candidat à la présidentielle, lors d'un débat avec sa rivale Zuzana Caputova, le 11 mars 2019 à Bratislava, en Slovaquie
Maros Sefcovic, candidat à la présidentielle, lors d'un débat avec sa rivale Zuzana Caputova, le 11 mars 2019 à Bratislava, en Slovaquie ( VLADIMIR SIMICEK / AFP/Archives )

Bien que candidat indépendant, il est soutenu par le parti Smer-SD au pouvoir.

Commissaire européen à l'Energie, il a fait ses études à l'Institut d'Etat des relations internationales de Moscou et occupé plusieurs postes diplomatiques, dont celui d'ambassadeur en Israël.

Membre de la Commission européenne depuis 2009 et son vice-président depuis 2014, il est pro-UE mais refuse d'être perçu comme "un gentleman de Bruxelles". Il est mieux connu à l'étranger que dans son pays.

Son large sourire lui a valu bien des mèmes et le surnom de "PrésiDENT" dans les médias sociaux.

- Stefan Harabin, un passé assombri

Juge de la Cour suprême et ancien ministre de la Justice, nommé à ce poste par Vladimir Meciar, le Premier ministre autoritaire dans les années 1990.

A l'époque où il était ministre, il a survécu à une motion de censure ouverte suite à son prétendu entretien téléphonique avec un chef mafieux. En 2006, il a limogé en deux jours sept présidents de tribunaux régionaux, sans le justifier. Connu pour ses décisions controversées lorsqu'il était président de la Cour suprême.

Ex-communiste de 61 ans, eurosceptique, anti-establishment et partisan de la levée des sanctions européennes à l'égard de Moscou, il a été critiqué pour avoir diffusé sur son compte Facebook des fake news sur les migrants.

- Marian Kotleba, député d'extrême droite

L'ancien gouverneur régional de Banska Bystrica, 41 ans, est connu pour avoir conduit des marches avec des membres de son parti vêtus d'uniformes néo-nazis. Il a été accusé de discours de haine, sans être jamais condamné.

Député du parti LSNS (opposition), hostile tant à la minorité rom qu'aux élites, il est nostalgique du régime du prélat Jozef Tiso, allié de l'Allemagne nazie.

Ancien professeur de lycée, arborant une moustache crayon, il est diplômé en éducation et économie.

Son parti d'extrême droite, qui mène une campagne acharnée contre l'accueil de migrants par la Slovaquie, a gagné ses premiers sièges de députés en mars 2016. La Cour suprême envisage de l'interdire.

- Bela Bugar, visage de la minorité hongroise

Seul candidat de la minorité hongroise (8,5% de la population), M. Bugar a un visage bien connu. Chef du parti Most-Hid, membre de la coalition gouvernementale, il siège au parlement depuis 27 ans, comptant à 60 ans parmi les députés les plus anciens.

Surnommé par un journaliste "George Clooney au rabais de la politique slovaque", il adore le jardinage et charme avec son accent hongrois.

Pro-UE et pro-Otan, ce père d'un enfant est opposé au mariage gay et à l'adoption d'enfants par les personnes de même sexe, et se prononce contre l'euthanasie.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/03/2019

Le Conseil d'administration de Foncière Euris proposera à l'Assemblée générale du 16 mai le versement d'un dividende de 2,15 euros...

Publié le 20/03/2019

Sa nouvelle mission consistera à développer et amplifier dans le monde, les excellents résultats obtenus en Asie...

Publié le 20/03/2019

Elior Group est entré en discussions exclusives...

Publié le 20/03/2019

Lors de l'Assemblée générale qui se tiendra le 20 juin, il sera proposé le versement d'un dividende de 0,06 euro par action....

Publié le 20/03/2019

Coheris dispose d'environ 8 ME de déficits fiscaux reportables...