5 332.37 PTS
+0.25 %
5 323.50
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 241.25
+0.15 %
DAX PTS
13 014.86
+0.16 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
+0.00 %
Nikkei PTS
22 261.76
-0.60 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Sénatoriales: la République en marche contrainte de la jouer modeste et rassembleuse

| AFP | 190 | Aucun vote sur cette news
L'hémicycle du Sénat au Palais du Luxembourg à Paris, le 17 novembre 2016 à Paris
L'hémicycle du Sénat au Palais du Luxembourg à Paris, le 17 novembre 2016 à Paris ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

La République en marche a revu à la baisse ses ambitions aux élections sénatoriales du 24 septembre et s'active désormais en coulisses pour rassembler au-delà de son groupe, afin d'espérer faire adopter les prochaines réformes constitutionnelles.

Le vent d'euphorie des renversantes conquêtes électorales s'est dissipé au sein du parti présidentiel. L'été aura sérieusement modéré ses prétentions sur le Sénat, alors que François Patriat, président du jeune groupe REM au Palais du Luxembourg, fixait encore l'objectif de 50 sénateurs en guise de "fourchette basse" début août.

"J'ai fait la bêtise de donner un chiffre, je n'aurais pas dû dire ça", regrette-t-il désormais auprès de l'AFP. "Il faut déjà reconduire le groupe (29, ndlr) et on veut essayer d'aller plus loin", ajoute-t-il, à deux semaines du renouvellement de 170 sièges.

"Le contexte n'a plus rien à voir par rapport aux législatives. Sur le terrain, il n'y a pas de dynamique En Marche", estime en écho le patron des sénateurs Les Républicains Bruno Retailleau.

Les ambitions de la REM pâtissent de deux freins.

L'un, structurel, concerne la composition du collège électoral (élus municipaux, départementaux, régionaux...) qui appartient dans l'essentiel "au monde d'avant", dixit un sénateur REM, donc moins sensible au "souffle nouveau" que veut imposer la République en marche.

L'autre, conjoncturel et sans doute plus déterminant, est dû "aux annonces gouvernementales sur les collectivités locales", entre suppression des emplois aidés, mesures d'économie et reprise en main de la taxe d'habitation par l’État.

"Le gouvernement a accumulé une série de gaffes et il a tout fait pour prendre les élus à rebrousse-poil. C'était un vrai concours Lépine", grince ainsi Vincent Capo-Canellas, vice-président du groupe centriste.

- Objectif 3/5e -

Dans ce contexte, la REM est obligée de changer de stratégie en martelant un élément de langage résumé par un proche de M. Macron: "Pour nous, ce n’est pas tellement le groupe estampillé REM qui est important, mais les constructifs qui voteront avec nous" certaines lois.

Car le chef de l’État, qui entend faire adopter d'importantes réformes constitutionnelles d'ici à l'été 2018, a besoin dans cette perspective de s'assurer le soutien des 3/5e de l'Assemblée nationale et du Sénat, soit 555 parlementaires. Si quelque 400 députés devraient lui être acquis (dont 313 REM, 47 MoDem, 35 LR Constructifs), manquent donc près de 160 sénateurs.

François Patriat, président du groupe REM au Sénat, à Verseilles près de Paris,le 3 juillet 2017
François Patriat, président du groupe REM au Sénat, à Verseilles près de Paris,le 3 juillet 2017 ( Eric FEFERBERG / POOL/AFP/Archives )

En coulisses, les caciques de la REM font donc chauffer la calculette. Le soutien d'une bonne partie du groupe centriste (UDI et MoDem) et du groupe RDSE, tenu à distance par le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard, semble à portée de main, soit un potentiel d'une grosse cinquantaine de sénateurs.

Et chez les socialistes et LR, on s'évertue à appuyer sur les fractures internes.

Le contingent PS (86 actuellement) est "scindé en deux", assure ainsi un sénateur REM. "Une partie, dont le président Didier Guillaume, nous soutiendra à la carte et une autre s'inscrira clairement dans l'opposition", prédit-il encore.

"Des collègues du PS vont rejoindre le groupe (après l'élection)", ajoute un autre parlementaire REM. "A un moment ça va friter dans le groupe PS où il y a toujours eu des réformistes. Cette ambiguïté, ils (les réformistes, ndlr) ne vont pas pouvoir la vivre toute leur vie".

Même tendance chez LR - fort actuellement de 142 sénateurs - où "une partie a l'impression qu'avec l'émergence de Laurent Wauquiez, ils perdent leur âme. Ils ne sont pas dans ce trip +à droite toute+", souligne ce même parlementaire.

Une "quarantaine" de sénateurs, emmenés par Fabienne Keller, pourraient ainsi créer un groupe +Constructifs+, avance ainsi un sénateur REM. Un pronostic douché par un parlementaire LR qui ne les voit "vraiment pas nombreux".

Reste à savoir quelles seront les contreparties pour ces appuis, alors que la réduction du nombre de parlementaires ou le non-cumul des mandats dans le temps pourraient ne pas plaire à tout le monde.

De sources concordantes, l'exécutif pense ainsi à reporter à 2021 les élections municipales et sénatoriales de 2020. Offrant ainsi une année de mandat supplémentaire aux sénateurs et à leurs principaux électeurs.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

Les points My Paris permettent d'avoir des points Flying Blue...

Publié le 20/11/2017

Air France KLM rebondit de près de 2% à 11,2 euros en ce début de semaine, alors que JPMorgan n'est plus vendeur de la valeur...

Publié le 20/11/2017

Le fabricant américain de puces Marvel Technology a annoncé l'acquisition de son concurrent Cavium pour environ 6 milliards de dollars. L'opération va donner naissance à l'un des principaux…

Publié le 20/11/2017

 Le 20 novembre 2017     Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social   à l'issue de la réduction de…

Publié le 20/11/2017

Le groupe allemand a révisé en hausse ses objectifs 2020...

CONTENUS SPONSORISÉS