En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 373.12 PTS
-0.18 %
5 366.50
-0.10 %
SBF 120 PTS
4 255.45
-0.13 %
DAX PTS
11 526.23
-0.67 %
Dowjones PTS
25 803.54
+0.22 %
7 405.61
+0.34 %
1.138
-0.32 %

Sénat: la commission d'enquête demande des poursuites contre Benalla et Crase pour "faux témoignage"

| AFP | 221 | 3 par 2 internautes
L'ancien conseiller sécurité de l'Elysée Alexandre Benalla le 21 janvier 2019 lors d'une audition au Sénat à Paris
L'ancien conseiller sécurité de l'Elysée Alexandre Benalla le 21 janvier 2019 lors d'une audition au Sénat à Paris ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

La commission d'enquête sénatoriale sur l'affaire Benalla a demandé au Bureau du Sénat de saisir la justice pour "faux témoignage" de la part d'Alexandre Benalla et de Vincent Crase, tous deux en détention provisoire depuis mardi.

Dans une lettre adressée au président du Sénat Gérard Larcher, dont l'AFP a eu connaissance mercredi, la commission met également en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Elysée, Patrick Strzoda, Alexis Kohler et le général Lionel Lavergne, les soupçonnant d'"omissions, incohérences" et "contradictions".

"Tout témoignage mensonger devant une commission d’enquête parlementaire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d’amende", rappellent dans leur lettre le président de la commission Philippe Bas et les deux corapporteurs, Jean-Pierre Sueur et Muriel Jourda.

Concernant M. Benalla, ancien chargé de mission à l'Elysée, ils estiment que "contrairement à ses affirmations, (il) assurait bien, dans les faits, une fonction de protection rapprochée du chef de l’Etat". Ils épinglent aussi ses déclarations sous serment sur ses passeports diplomatiques.

M. Benalla et Vincent Crase, ex-employé de LREM et ex-gendarme réserviste en fonction à la présidence de la République, sont aussi soupçonnés d'avoir menti sur le contrat de sécurité privé négocié avec un oligarque russe, Iskander Makhmudov.

Concernant Patrick Strzoda, directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Alexis Kohler, secrétaire général de l'Elysée, et le général Lionel Lavergne, chef du Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR), la commission estime avoir "bénéficié d’utiles informations" de leur part mais elle a "également mis au jour dans leurs déclarations un certain nombre d’omissions, d’incohérences et de contradictions", est-il indiqué dans la lettre.

Ces trois hauts responsables "ont retenu une part significative de la vérité à la commission", notamment "sur le périmètre de la mission de sécurité exercée par Alexandre Benalla", juge la commission, qui demande au Bureau du Sénat "de saisir le ministère public", qui pourra "procéder aux investigations qu’il jugera opportunes afin de déterminer s’il y a lieu de donner des suites judiciaires à ces déclarations".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/03/2019

A l’occasion du Workshop #NoBullshitTalk organisé le 19 mars dernier au Wagon à Paris avec France Digitale, CNP Assurances a partagé son expérience de collaboration avec les start-up pour…

Publié le 21/03/2019

Séance très contrastée pour Cellnovo et Stallergenes Greer...

Publié le 21/03/2019

SMCP est sanctionné en bourse malgré l'annonce de résultats 2018 en nette progression...

Publié le 21/03/2019

Euroland Corporate revalorise le dossier Visiativ de 31,4 à 33,6 euros après avoir rehaussé ses prévisions de résultats...

Publié le 21/03/2019

Gain express