En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 375.11 PTS
-0.19 %
5 324.0
-0.17 %
SBF 120 PTS
4 246.77
-0.13 %
DAX PTS
12 147.84
+0.04 %
Dowjones PTS
25 877.33
+0.77 %
7 451.02
+0.00 %
1.116
-0.00 %

Santiago Abascal, l'homme au pistolet qui a ressuscité l'extrême droite espagnole

| AFP | 277 | Aucun vote sur cette news
Le candidat aux élections législatives pour le parti Vox Santiago Abascal, le 14 avril 2019 à Burgos, en Espagne
Le candidat aux élections législatives pour le parti Vox Santiago Abascal, le 14 avril 2019 à Burgos, en Espagne ( CESAR MANSO / AFP/Archives )

En pourfendant les "traîtres à l'Espagne" et la "droite lâche", Santiago Abascal est parvenu, avec son parti Vox, à ressusciter une extrême droite marginale depuis la fin de la dictature franquiste en 1975.

"Bienvenue dans la résistance !", a lancé devant ses sympathisants ce quadragénaire barbu au regard perçant, habitué à se mettre en scène sur Instagram dans des poses viriles.

Vox, qu'il a fondé il y a cinq ans avec des déçus d'un Parti populaire (PP) accusé d'avoir "trahi (leurs) valeurs et (leurs) idées", est devenu dimanche la cinquième force politique en Espagne à l'issue d'élections législatives anticipées remportées par les socialistes.

Avec 10% des voix, ce parti obtient après le dépouillement de près de 98% des bulletins de vote 24 des 350 sièges de la chambre des députés, qui n'avait jusqu'ici accueilli qu'un seul député d'extrême droite en quarante ans de démocratie.

"24 députés au parlement représenteront la fierté d'être espagnol", a déclaré Santiago Abascal.

Depuis son premier succès aux régionales d'Andalousie (sud) en décembre avec près de 11% des voix, Vox a occupé le terrain médiatique et les réseaux sociaux en Espagne, suscitant tollé sur tollé avec ses propositions ultraconservatrices.

Interdiction des partis séparatistes, abrogation de la loi contre les violences sexistes... et défense de la famille traditionnelle, quand bien même les quatre enfants de Santiago Abascal sont issus de deux mariages différents.

En meeting, les foules se sont pressées pour l'écouter fustiger une "dictature gauchiste" et les "ennemis de l'Espagne" que sont pour lui les nationalistes catalans et basques.

Menacé par l'ETA

Elevé à Amurrio, un village basque dont son grand-père fut maire pendant la dictature de Franco, Santiago Abascal, 43 ans, raconte volontiers que son père, conseiller municipal PP, a échappé à trois tentatives d'assassinat par les séparatistes de l'ETA.

Encarté dès 18 ans au parti conservateur, il devait lui aussi toujours sortir accompagné de deux gardes du corps dans cette région du nord où les élus PP ou socialistes étaient des cibles du groupe armé qui s'est dissous l'an dernier.

"Son expérience politique au Pays basque, les années à être menacé, ont certainement marqué ses idées. Mais il est évident que tous les gens menacés par l'ETA n'ont pas connu cette radicalisation. Je suppose que la tradition idéologique de sa famille a aussi joué un rôle", a déclaré à l'AFP Beatriz Acha, politologue à l'Université publique de Navarre.

Héritage de cette époque, il ne cache pas encore posséder un Smith & Wesson, fait rare dans un pays à la législation très restrictive sur le port d'armes qu'il entend d'ailleurs assouplir.

Outre la pluie de critiques sur ses idées, ses détracteurs lui rappellent son passé de dirigeant -très bien rémunéré- d'agences et de fondations publiques lorsqu'il était au PP. Des organismes dont il a reconnu lui-même a posteriori "l'inutilité".

"Santiago Abascal vit depuis toujours des fonds publics", dénonçait en janvier Irene Montero, le numéro deux du parti de gauche radicale Podemos.

Une façon de critiquer son programme économique prévoyant de fortement réduire les dépenses publiques, dans la lignée de l'ex-chef du gouvernement PP (1996-2004) José Maria Aznar, partisan d'une ligne libérale et conservatrice décomplexée, et qu'il ne critique jamais.

M. Aznar, qui le qualifiait en octobre dernier de "garçon plein de qualités", a depuis haussé le ton, lui lançant : "Moi, personne ne me parle d'une droite lâche en me regardant dans les yeux !"

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/05/2019

Casino a confirmé l’information du Figaro selon laquelle des agents de la Commission européenne ont rendu visite à son siège parisien mardi, dans le cadre d’une enquête sur les pratiques…

Publié le 22/05/2019

Timide hausse pour Devoteam (+0,8% à 101,8 euros) au lendemain du relèvement de son objectif annuel de chiffre d'affaires et de l'annonce d'une...

Publié le 22/05/2019

L'escalade de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine va-t-elle pénaliser Apple ? Les analystes sont nombreux à se pencher sur le sujet...

Publié le 22/05/2019

Contrat en Suisse pour la société française

Publié le 22/05/2019

Casino et Intermarché sont dans le viseur de Bruxelles...