En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 358.16 PTS
-1.09 %
5 379.50
-0.68 %
SBF 120 PTS
4 308.38
-0.62 %
DAX PTS
12 581.80
-0.82 %
Dowjones PTS
25 064.50
+0.00 %
7 352.36
+0.00 %
1.171
+0.53 %

Salut "fasciste" ou anodin ? Mediapart face à un frontiste au tribunal

| AFP | 337 | Aucun vote sur cette news
Axel Loustau, le 13 mars 2017 à Paris
Axel Loustau, le 13 mars 2017 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

Sur deux photos de 2011, le frontiste Axel Loustau apparaissait bras tendu, main levée. Un salut "fasciste" pour Mediapart, mais un geste amical selon ce proche de Marine Le Pen, qui attaquait vendredi en diffamation le site d'information.

Au cœur des débats devant le tribunal correctionnel de Paris, deux photos révélées par un documentaire de Canal+ diffusé le 24 novembre 2014 et reprises dans un long article de Mediapart le même jour, "Le salut fasciste de l'argentier de Marine Le Pen".

Des images prises d'angles différents, lors d'une soirée privée sur une péniche pour le 40e anniversaire de M. Loustau, trésorier de Jeanne, le micro-parti de Marine Le Pen.

"Je salue mes invités", "j'ai 150 personnes et des bougies qui illuminent mon visage", décrit à la barre le conseiller régional FN d'Ile-de-France, "profondément révolté".

Ces photos "ont clairement les codes d'un salut fasciste, et j'aurais pu préciser nazi", rétorque la journaliste Marine Turchi, auteur de l'article. "Le pouce replié bien fermement sur la main, les autres doigts collés, et surtout l'inclinaison", "le bras est bien à la verticale".

Voilà une "spécialiste ès bras tendus", raille l'avocat du frontiste, Me Frédéric Pichon. Il exhibe une photo de Nicolas Sarkozy dans une posture comparable. "Le pouce n'est pas replié sur les doigts", observe la journaliste.

Même constat du journaliste Thierry Vincent, qui le premier avait récupéré les photos litigieuses "par une source qui les a eues sur le compte Facebook de M. Loustau". "Le bras est bien tendu, le pouce bien plié", décrit-il à son tour, "vu l'environnement et les gens qui sont là, il y a toutes les raisons de penser qu'il s'agit d'un geste politique".

- "Ça fuite" -

Les photos illustrent une enquête réalisée pendant plus deux ans par Mediapart sur le cercle des "anciens" du Groupe union défense - Gud, le syndicat étudiant d'extrême droite - qui entoure Marine Le Pen, notamment Frédéric Chatillon et Axel Loustau - par ailleurs poursuivis dans l'enquête sur le financement des campagnes 2012 du FN.

Pour le directeur de publication de Mediapart, Edwy Plenel, "on veut effacer ce qui pourrait nuire à une image de respectabilité" du FN.

Et si son média voit là un salut "fasciste", c'est aussi au regard du "puzzle" amassé par la journaliste, témoignages et contexte sur le passé des anciens du Gud, dit-il.

Ainsi, explique Marine Turchi, les photos apportent "du concret" à ces témoignages qui pour l'un évoquait d'anciennes soirées "en petit comité où on commémore l'anniversaire d'Hitler", où "tout est prétexte pour parler des juifs", pour l'autre décrivait des "soirées pyjama rayé".

"La qualification de ce salut relève de l'interprétation" et "à aucun moment, M. Loustau n'a renié un passé non pas néonazi, mais au Gud", plaide son avocat, en demandant 20.000 euros de dommages et intérêts. "Ils aurait dû dire: +Le geste ambigu+".

Axel Loustau est peut-être "un vilain pas beau", lance-t-il, "mais pas totalement stupide, il ne va pas s'amuser à prendre le moindre risque: ce genre de chose, ça fuite", d'autant que l'assistance, en cette fête d'anniversaire, n'était pas composée que "d'anciens camarades".

Le procureur déplore "l'absence de toute précaution oratoire", regrette que Mediapart n'ait pas donné à ses abonnés l'"élément pédagogique" du pouce replié. "Nous ne nous situons pas sur le terrain de la vérité", comme Mediapart le souhaiterait, mais de la "bonne foi", tranche-t-il, préconisant la condamnation du journal.

Sur les réseaux sociaux, "les photos ont disparu !", s'émeut le conseil de Mediapart, Me Emmanuel Tordjman. "Il a compris qu'il faut supprimer ça car tout le monde en ferait la même lecture".

Jugement le 10 octobre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

Le numéro un mondial du secteur parapétrolier Schlumberger a présenté des comptes en nette amélioration grâce à la hausse des cours du pétrole. Au deuxième trimestre, le bénéfice net a…

Publié le 20/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 20/07/2018

General Electric publie aujourd’hui des résultats du deuxième trimestre 2018 en baisse, mais supérieurs aux attentes. Ainsi, le conglomérat américain a réalisé un bénéfice net part du…

Publié le 20/07/2018

Boiron est malmené à la mi-journée à Paris, en retrait de 4,3% à 69,7 euros...

Publié le 20/07/2018

L'histoire pourrait s'accélérer prochainement