En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 773.70 PTS
+0.41 %
4 775.0
+0.45 %
SBF 120 PTS
3 791.32
+0.40 %
DAX PTS
10 796.86
+0.52 %
Dowjones PTS
23 675.64
+0.00 %
6 491.52
+0.00 %
1.141
+0.37 %

Salomé Zourabichvili, ex-diplomate française et 1ère femme présidente de Géorgie

| AFP | 167 | Aucun vote sur cette news
Salomé Zourabichvili le 9 novembre 2018 à Tbilissi, en Géorgie
Salomé Zourabichvili le 9 novembre 2018 à Tbilissi, en Géorgie ( Vano Shlamov / AFP/Archives )

Salomé Zourabichvili, devenue jeudi à 66 ans la première femme présidente de Géorgie, avait quitté la diplomatie française pour plonger dans la politique mouvementée du pays "de ses ancêtres".

Son parcours a éveillé un vif intérêt, mais aussi des controverses lors du scrutin. Car Mme Zourabichvili est née à Paris en 1952, de parents géorgiens ayant fui leur pays en 1921 pour échapper aux répressions bolchéviques.

Malgré la distance, sa famille a gardé un lien fort avec la vie et la culture géorgiennes. Son arrière-arrière-grand-père, Niko Nikoladze, était un célèbre écrivain libéral, membre d'un mouvement de libération appelant à l'indépendance de la Géorgie par rapport à l'empire russe.

Après des études au prestigieux Institut d'études politiques (Sciences Po) à Paris, elle entame une carrière diplomatique qui durera trente ans et la verra occuper des postes aux Nations unies à New York, à Washington et au Tchad.

Nommée ambassadrice de France par Jacques Chirac, elle est arrivée en Géorgie en octobre 2003. Mais personne n'envisageait alors le séisme politique qui allait bouleverser la Géorgie quelques semaines plus tard.

Salomé Zourabichvili, candidate à la présidentielle, fait une déclaration aux médias, le 28 novembre 2018 à Tbilissi, en Géorgie
Salomé Zourabichvili, candidate à la présidentielle, fait une déclaration aux médias, le 28 novembre 2018 à Tbilissi, en Géorgie ( Vano SHLAMOV / AFP )

"J'ai toujours pensé que j'aiderais un jour, à un certain niveau, ce pays à avancer vers la démocratie", a expliqué Salomé Zourabichvili dans une interview à l'AFP le mois dernier. "Il y a plusieurs décennies, jeune diplomate française, je n'aurais pas pu imaginer que je serais candidate à la présidence dans le pays de mes ancêtres, qui se trouvait alors dans les griffes de l'Empire soviétique".

Élu président en janvier 2004, Saakachvili, à la recherche de cadres expérimentés pour intégrer son administration et mener à bien ses promesses de moderniser le pays, fait de l'ex-diplomate française sa ministre des Affaires étrangères.

"Elle a eu une brillante carrière en France mais est restée Géorgienne dans son cœur et une véritable patriote", déclarait M. Saakachvili à l'époque. Elle est cependant rapidement accusée d'arrogance et d'impulsivité jusque dans les rangs de la majorité, et perd le soutien d'une partie des diplomates et parlementaires.

Impulsivité

Au bout d'un an, Salomé Zourabichvili est limogée, malgré des manifestations contre son départ qui rassemblent plusieurs milliers de personnes dans les rues de Tbilissi. L'ancienne diplomate rejoint alors l'opposition, comme députée, et devient une des plus féroces critiques de Mikhaïl Saakachvili.

"Il faut désormais m'engager comme jamais. Dans un combat politique, qui ne m'a jamais attiré, que je n'ai jamais pratiqué, mais qui s'impose à moi. (...) La route est longue et difficile", écrivait-elle après son départ du ministère dans son livre "Une femme pour deux pays", publié en France chez Grasset en 2006.

En 2010, elle quitte la politique géorgienne, affirmant qu'"il n'y a pas le minimum de démocratie en Géorgie nécessaire à l'existence de l'opposition".

Elle devient alors coordinatrice du groupe d'experts qui assiste le comité des sanctions contre l'Iran du Conseil de sécurité de l'ONU, poste qu'elle occupera pendant cinq ans. Puis elle revient dans son pays d'origine.

Sa candidature à la présidentielle géorgienne a décollé lorsqu'elle a reçu le soutien du richissime ex-Premier ministre Bidzina Ivanichvili, soupçonné par beaucoup de continuer à tirer les ficelles du pouvoir malgré son retrait officiel de la politique en 2013.

Elle emporte l'adhésion des électeurs malgré son statut d'"outsider" et ses quelques gaffes pendant la campagne, comme des erreurs commises en parlant géorgien. Si son accent et sa grammaire ne sont pas parfaits en géorgien, il ne s'agit que d'une des nombreuses langues qu'elle parle, avec le français, l'anglais, l'italien, l'allemand et le russe.

Prolixe sur Twitter, elle y a exprimé son soutien au président français Emmanuel Macron.

Son mari Janri Kashia, décédé en 2012, était un écrivain et journaliste né en Géorgie. Sous l'ère soviétique il a été contraint de quitter son pays en tant que dissident. Il est par la suite devenu présentateur d'une émission populaire à la télévision géorgienne.

La famille Zourabichvili a fait bloc derrière la candidate: ses enfants - une fille journaliste sportive à France-24 à Paris et un fils diplomate à l'ambassade française à Londres - ont assisté à la campagne de leur mère à Tbilissi.

Salomé Zourabichvili avait dénoncé une campagne malveillante à son égard, indiquant qu'elle et ses enfants avaient reçu des menaces de mort.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition du Presqu’Ile, un immeuble de bureaux situé dans le quartier innovant de la presqu’île Bouchayer-Viallet à Grenoble. Il s’agit de son premier…

Publié le 19/12/2018

Rien ne va plus pour DIA (Distribuidora de Alimentacion) ...

Publié le 19/12/2018

GSEZ Airport, filiale de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), fruit d'un partenariat public-privé entre Olam International, la République gabonaise et...

Publié le 19/12/2018

La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché de Dengvaxia, le vaccin de Sanofi contre la dengue. L'autorisation suit la recommandation émise le 18 octobre 2018 par le…

Publié le 19/12/2018

Le vaccin Dengvaxia® est approuvé en Europe pour la prévention de la dengue   Paris, France - Le 19 décembre 2018 - La Commission européenne a délivré une…