En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
+0.57 %
SBF 120 PTS
4 340.39
-
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.03 %

Saad Hariri, pourfendeur du Hezbollah et de l'Iran

| AFP | 420 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre libanais Saad Hariri le 24 janvier 2017 à Beyrouth
Le Premier ministre libanais Saad Hariri le 24 janvier 2017 à Beyrouth ( JOSEPH EID / AFP/Archives )

Saad Hariri, qui a annoncé samedi sa démission du poste de Premier ministre un an après sa nomination, est le fils du milliardaire et dirigeant Rafic Hariri assassiné en 2005, et un virulent opposant au Hezbollah et à ses alliés syrien et iranien.

Agé de 47 ans, cet homme corpulent et souriant, le visage mangé par une barbe noire, est né en Arabie saoudite, où son père avait fait fortune.

Il était à la tête du géant de la construction Oger --aujourd'hui criblé de dettes-- quand la famille lui demande en avril 2005 de reprendre le flambeau politique et dirigea une première fois le gouvernement de 2009 à 2011.

En novembre 2016, il était revenu au pouvoir avec l'objectif de rétablir sa prééminence au sein de la communauté musulmane sunnite et faire contrepoids au Hezbollah chiite, auquel il a été confronté durant toute sa carrière politique.

Mais il n'a pas réussi à dompter le puissant mouvement, seule formation libanaise à avoir gardé ses armes après la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990).

D'ailleurs, en annonçant sa démission depuis Ryad, ce protégé de l'Arabie saoudite a accusé le Hezbollah et l'Iran de "mainmise" sur le Liban.

"Je sens que ma vie est visée", a-t-il ajouté, affirmant que le Liban vivait une situation similaire à celle qui prévalait avant l'assassinat en février 2005 de son père Rafic Hariri, ex-Premier-ministre et opposant à Damas, dans un attentat à Beyrouth.

Saad Hariri accuse le régime syrien d'avoir planifié le meurtre de son père et avait demandé en 2005 le départ des troupes syriennes du Liban. A l'inverse, le Hezbollah, dont cinq membres sont accusés d'implication dans l'assassinat de Rafic Hariri, appuie sans réserve la Syrie.

Les troupes syriennes finissent par se retirer du Liban en avril 2005 après 29 ans de présence, et dans la foulée, le courant hostile à la Syrie, dont M. Hariri prend la tête, gagne les législatives.

- 'Mollesse' -

En 2008, des affrontements entre les partisans du leader sunnite et ceux du parti chiite ont failli plonger le pays dans une nouvelle guerre civile.

Le Courant du Futur, formé en 2007 et dirigé par Saad Hariri, l'emporte à nouveau aux législatives de 2009.

M. Hariri devient alors Premier ministre et forme un gouvernement d'union qui rend l'âme début 2011 après la démission des ministres du camp du Hezbollah. Saad Hariri avait ensuite quitté le Liban avant d'y revenir en juin 2016.

Pour reprendre la main, il provoque en octobre 2016 un coup de théâtre en annonçant son soutien à son contempteur, Michel Aoun, élu ensuite président de la République. Il est nommé Premier ministre le 3 novembre 2016.

Face au Hezbollah et à l'Iran, autre allié de poids de Damas, Saad Hariri se fait l'avocat inlassable de l'Arabie saoudite, rivale de l'Iran et adversaire de M. Assad.

Outre ses déboires financiers, il fait face à une contestation de sa prééminence dans les rangs sunnites au Liban, certains l'accusant de "mollesse" face au Hezbollah.

Licencié en économie de l'université américaine de Georgetown (Washington), Saad Hariri, qui possède également la nationalité saoudienne, est marié à une Syrienne, Lara Bachir Azm, dont la famille avait exercé le pouvoir en Syrie dans les années 1950.

Le couple a trois enfants qui vivent avec leur mère en Arabie saoudite.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…