En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Russie: quels scénarios pour Poutine en 2024?

| AFP | 320 | Aucun vote sur cette news
Le président russe Vladimir Poutine, le 4 avril 2018 à Ankara lors d'une rencontre Iran-Turquie-Russie sur la Syrie
Le président russe Vladimir Poutine, le 4 avril 2018 à Ankara lors d'une rencontre Iran-Turquie-Russie sur la Syrie ( ADEM ALTAN / AFP/Archives )

En 2024, au terme de son quatrième mandat, Vladimir Poutine aura dirigé la Russie pendant un quart de siècle et sera septuagénaire. Prendra-t-il sa retraite? Cherchera-t-il à rester au pouvoir?

Dans un pays qui n'a jamais connu d'alternance politique normale, la question de la fin de sa carrière et de la désignation d'un éventuel successeur ne s'est jamais autant posée qu'au début de ce quatrième mandat. Voici quelques scénarios possibles pour 2024.

- Départ -

Sauf réforme constitutionnelle, Vladimir Poutine ne pourra pas être à nouveau candidat en 2024: la Constitution russe interdit de briguer plus de deux mandats consécutifs.

En 2024, il fêtera ses 72 ans et pourrait alors décider de quitter le Kremlin après 24 ans au pouvoir.

Dans un entretien avec la chaîne de télévision américaine NBC, Vladimir Poutine a dit avoir songé à un potentiel successeur dès 2000: "Cela ne fait pas de mal d'y penser mais en fin de compte, c'est le peuple russe qui décidera", a-t-il déclaré.

Mais pour l'instant, le président russe s'est bien gardé de donner la moindre indication sur la personne à qui il pense éventuellement pour prendre sa succession.

En 2008, Vladimir Poutine qui ne pouvait se représenter après deux mandats consécutifs, avait laissé sa place à son actuel Premier ministre Dmitri Medvedev, avant de revenir au Kremlin en 2012, ce qui ne fait pas pour autant de ce dernier un dauphin en puissance.

La vie politique russe est marquée par une lutte feutrée entre deux clans rivaux, les "siloviki", issus de l'armée et des services de sécurité, et les représentants d'une mouvance plus libérale liée aux milieux d'affaires.

"La lutte est déjà en cours", assure à l'AFP l'analyste indépendant Nikolaï Petrov, ajoutant que "personne ne va attendre passivement, chaque groupe va tenter de promouvoir ses intérêts."

Le président ne partira pas sans avoir désigné de successeur, assure M. Petrov.

- Alternance -

S'il souhaite rester au pouvoir, Vladimir Poutine pourrait être tenté de reproduire le scénario de 2008, lorsqu'il avait propulsé à la présidence Dmitri Medvedev et était devenu Premier ministre pendant quatre ans tout en gardant la main sur les domaines clés du pays.

Il pourrait renoncer à ce scénario en raison de son âge: en 2030, quand un retour au Kremlin se ferait dans le respect de la Constitution, il aura 78 ans.

Interrogé par un journaliste au soir de sa victoire en mars dernier sur un éventuel nouveau mandat en 2030, Vladimir Poutine a semblé écarter une telle hypothèse: "Vous devez plaisanter! Qu'est-ce je dois faire? Rester ici jusqu'à mes 100 ans? Non".

- Présidence à vie -

Bénéficiant d'une forte popularité, omniprésent dans les médias russes, Vladimir Poutine a bâti l'autorité de l'Etat en formant une "verticale du pouvoir" dépendant de lui seul.

Il a cependant démenti vouloir s'accrocher au pouvoir lors d'un entretien avec la chaîne américaine NBC, diffusé le 9 mars.

"Je n'ai jamais modifié la Constitution (...) et je n'ai aucune intention de faire ce genre de choses aujourd'hui", a-t-il déclaré.

Vladimir Poutine a ainsi laissé entendre qu'il n'envisageait pas de régner indéfiniment et de suivre l'exemple du président chinois Xi Jinping, qui a obtenu la suppression de la limitation du nombre des mandats présidentiels.

Interrogé par l'AFP, l'analyste Dmitri Orechkine reste sceptique: "Je ne crois pas qu'il refusera le pouvoir en 2024, même s'il en a vraiment assez". "Il ne peut pas partir parce qu'il ne croit pas que qui que ce soit pourra alors le protéger".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…