5 501.88 PTS
-0.48 %
5 514.00
-0.15 %
SBF 120 PTS
4 405.23
-0.43 %
DAX PTS
13 010.55
-0.74 %
Dowjones PTS
25 090.48
-0.34 %
7 255.76
-0.33 %
Nikkei PTS
22 851.75
-

Rôle de Brigitte Macron: Bergé (REM) soutient la "transparence"

| AFP | 369 | Aucun vote sur cette news
La porte-parole du groupe REM à l'Assemblée Aurore Bergé le 19 juin 2017 à Paris
La porte-parole du groupe REM à l'Assemblée Aurore Bergé le 19 juin 2017 à Paris ( Thomas Samson / AFP/Archives )

Aurore Bergé, porte-parole du groupe REM à l'Assemblée, a défendu mardi la clarification du rôle de Brigitte Macron, appelant à la même "transparence" pour les moyens alloués à la première dame que pour le budget de la présidence.

"On a une transparence sur le budget de la présidence de la République mais une opacité sur les moyens alloués à la première dame. L'idée c'est qu'on cesse avec cette hypocrisie" a souligné la députée des Yvelines sur Europe 1.

"L'idée c'est que les Français puissent savoir combien coûte ce rôle. Il faut que cette transparence puisse exister", a-t-elle ajouté.

L’Élysée doit préciser dans les prochains jours le "rôle public" de Brigitte Macron dans un document sur lequel ses services travaillent depuis plusieurs semaines, a-t-on appris lundi auprès de l'entourage de Mme Macron.

Le document devrait notamment préciser le nombre de collaborateurs de l'épouse du chef de l’État, ce qui n'a jamais été fait dans le passé. Il n'y a pas de budget spécifique attribué à Mme Macron, qui ne sera pas rémunérée, et aucune modification de la Constitution n'est envisagée, a-t-on fait valoir dans son entourage.

"Ce qui m'étonne c'est cette forme un peu de schizophrénie où d'un côté on réclame de la transparence et de l'autre on s'insurge contre le fait que la première dame puisse exister. Elle ne sera évidemment pas rémunérée pour ce rôle (...) par contre il faut qu'on sache l'argent public qui est mobilisé pour qu'elle puisse effectuer le rôle qui est le sien", a lancé Mme Bergé.

Une pétition "contre le statut de première Dame pour Brigitte Macron", a réuni plus de 270.000 signatures en deux semaines sur internet, quand des voix se font également entendre dans l'opposition.

"On peut pas à la fois avoir une exigence très grande vis-à-vis des élus (...), et dans le même temps organiser pour le conjoint du chef de l'Etat des moyens importants aux frais de la République", avait déclaré lundi le secrétaire général du FN Nicolas Bay sur RFI, en référence à l'interdiction d'emploi familiaux pour les élus.

"Elle n'est pas rémunérée, il n'y a pas de lien entre l'embauche d'un assistant parlementaire dans le cercle familial et le travail de représentation qui a toujours eu lieu de tout temps de la première dame", a défendu mardi sur LCI le député REM de Paris Pierre Person.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/06/2018

Le contrat de Délégation de service public prévoit dans cette situation le paiement des pertes supportées par le concessionnaire soit 150 ME à fin 2017...

Publié le 15/06/2018

De nouveaux administrateurs...

Publié le 15/06/2018

Retour d'assemblée générale ABC arbitrage...

Publié le 15/06/2018

Le géants des concessions et du BTP aurait d'ores et déjà contacté des investisseurs en vue de la privatisation d'ADP, selon des sources citées par l'agence 'Reuters'.

Publié le 15/06/2018

Le prix d'émission des actions nouvelles a été fixé à 108,58 euros...